Soutenez Bellaciao
  Newsletters
  Agenda
  Commentaires
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Bellaciao version texte pour mobiles   |   Accueil  |   Qui sommes-nous ?   |   Souscription  |   Liens  |   Contact  |   Recherche
Suite à des actes de malveillance, les contributions "sous proxy" (anonymisers, TOR...) ne seront plus validées, et ce quel que soit le contenu du message.
Nous effacerons les messages à caractère diffamatoire, injurieux, xénophobe, sexiste, les menaces, la pub commerciale et politique... et quand un commentaire est effacé, les messages qui y répondent le sont aussi !
Evitez de publier des infos personnelles : adresse, téléphone...

En réponse à :

Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"

19 avril 2011 10:32, par Mengneau Michel
Tu déformes encore mes propos, je n’ai aucun cas glorifié Staline, J’ai d’ailleurs utiliser une formule non définitive en disant qu’il fut un moteur important, ce qui n’exclut pas les autres. D’ailleurs si cela avait été quelqu’un d’autre j’aurais dit la même chose en la circonstance, mais il se trouve que Staline était là à ce moment là, et ça c’est l’histoire. Si j’avais accordé la prépondérance à Staline, j’aurais écrit qu’il fut le principal moteur, c’est toute une nuance qui est loin de ma (...)


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]



accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je voudrais seulement comprendre comment il se peut que tant d'hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n'a de puissance que celle qu'ils lui donnent, qui n'a de pouvoir de leur nuire qu'autant qu'ils veulent bien l'endurer. Etienne de La Boétie, 1576