Soutenez Bellaciao
  Newsletters
  Agenda
  Commentaires
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Bellaciao version texte pour mobiles   |   Accueil  |   Qui sommes-nous ?   |   Souscription  |   Liens  |   Contact  |   Recherche
Suite à des actes de malveillance, les contributions "sous proxy" (anonymisers, TOR...) ne seront plus validées, et ce quel que soit le contenu du message.
Nous effacerons les messages à caractère diffamatoire, injurieux, xénophobe, sexiste, les menaces, la pub commerciale et politique... et quand un commentaire est effacé, les messages qui y répondent le sont aussi !
Evitez de publier des infos personnelles : adresse, téléphone...

En réponse à :

Quelques réflexions sur le mouvement des "Indignés" en France et la tentative de campement de la Bastille

1er juin 2011 00:22, par Mouton Noir
Bon alors, je précise car AC et LL ne m’ont peut-être pas bien compris : les structures existantes aujourd’hui en France, partis ou syndicats, sont les alliées objectives du système en place. Elles canalisent et neutralisent les énergies militantes et le potentiel subversif de tous ceux qui les rejoignent. Non pas qu’il s’agisse d’une décision explicite prise par leurs dirigeants à l’occasion d’un diner (du siècle ou autre), mais tout simplement parce que leur mode de fonctionnement et leurs structures de pouvoir les conduisent forcément à se (...)


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]



accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les grandes choses de l'Etat sont tombées, les petites seules sont debout, triste spectacle public. On ne songe plus qua soi. Chacun se fait, sans pitié pour le pays, une petite fortune particulière dans un coin de la grande infortune publique. Victor Hugo, 1838