Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Afghanistan, il ne s’agit pas de la burqa, il s’agit du pétrole et de sa Souveraineté !

dimanche 22 août 2021, par joclaude - 2 coms

SOURCE : Telesur(traduction Google)19 août 2021| Itzamná Ollantay
Blog
Afghanistan, il ne s’agit pas de la burqa, il s’agit du pétrole et de son autodétermination.
"NDLR : Sauf que de nos jours le monde unipolaire sous dictature impérialiste c’est FINI, ce qu’il a du mal à digérer ! Et si en s’inspirant de la prédiction de GRAMSCI, ce monde multipolaire venait de naître en ce clair obscur où surgissent encore des monstres ?

L’armée américaine a fui l’Afghanistan le 15 août, après 20 ans d’occupation, période au cours de laquelle l’Amérique du Nord et l’Europe ont garanti la construction du pipeline tant attendu qui transporterait le pétrole de la mer Caspienne vers l’Ouest.

Afghanistan, il ne s’agit pas de la burqa, il s’agit du pétrole et de son autodétermination
L’Afghanistan est un pays multiculturel qui compte plus de 35 millions d’habitants, en grande majorité musulmans, répartis sur un territoire de plus de 650 000 kilomètres carrés (Km2).

Ce territoire, étant dans le passage inévitable entre l’Est et l’Ouest, a été et est historiquement un chemin obligé pour la rencontre de diverses cultures. Les musulmans y sont arrivés vers le 10ème siècle, et ils sont restés la religion la plus influente du pays.

Étant composé de différents peuples d’origine semi-nomade et sédentaire, les conflits guerriers entre les peuples étaient constants.

La Russie a occupé le pays militairement avec la promesse de « pacifier » à la fin des années 1970. Mais, avec la chute de l’Union soviétique (1989), les Russes se sont retirés et des affrontements entre les peuples ont réapparu, cette fois financés par les gouvernements américains. Dans ce contexte, le groupe des talibans (novices religieux) a émergé et s’est imposé, et a gouverné le pays jusqu’en 2001.

Le gouvernement américain a accepté les talibans au pouvoir parce qu’ils ont promis de construire le pipeline tant attendu qui traverserait le territoire de l’Afghanistan pour transporter le pétrole de la mer Caspienne vers l’ouest. Mais les talibans ont renié cette promesse et les gringos les ont présentés comme le groupe terroriste le plus meurtrier d’Asie centrale.

Ainsi, en 2001, lors de l’attaque des tours jumelles à New York, le gouvernement américain a accusé les talibans de cet acte terroriste, a envahi militairement l’Afghanistan, et imposé un gouvernement qu’il a qualifié de démocratique.

Ce gouvernement démocratique imposé par les États-Unis, dès la première année de son mandat, a facilité la conception de la construction de l’oléoduc. Les compagnies pétrolières euro-américaines sont entrées et ont repris les affaires pétrolières.

De cette façon, les États-Unis avaient enfin atteint leur objectif... et organisé leur retrait du pays car ils avaient déjà dépensé environ deux milliards de dollars sur un tel projet.

Dans ce processus d’occupation militaire et de "retrait planifié", ils ont sous-estimé la mystique de la résistance militaire des "chefs de chiffon" (comme les gringos appellent les talibans), "vaincus il y a 20 ans".

Les talibans, profitant des circonstances, ont avancé et occupé le pays complètement, l’armée américaine et ses alliés européens ont fui l’Afghanistan dans l’humiliation, laissant le secteur pétrolier en grave danger.

Les talibans sont-ils des démons ?

Les talibans, quels que soient les efforts médiatiques déployés par les sociétés de communication comme CNN pour les diaboliser, n’avaient pas été « aussi cannibales » qu’ils disaient que les sociétés euro-américaines l’étaient.

Une fois qu’ils ont pris le pouvoir à Kaboul, ils n’ont pas assassiné le président imposé par les États-Unis, ils n’ont pas massacré l’armée américaine qui restait encore sur place, ils n’ont pas massacré les femmes « libérées » par les gringos. Aucun cannibale ne laisse sa proie s’enfuir indemne ! Les cannibales avaient été d’autres.

Qu’arrivera-t-il à l’Afghanistan ?

Désormais, sans la présence physique d’aucune puissance étrangère, ils reconstruiront leur histoire de manière souveraine. Espérons dans le cadre des droits universels et de la dignité. Ils reprendront le contrôle de leurs biens communs sur leur territoire.

Apparemment, les États-Unis ont fui l’Afghanistan, mais ce n’est pas tout à fait vrai. L’activité pétrolière n’est pas entièrement assurée par l’oléoduc en cours. Ce vol pourrait même être une stratégie nord-américaine pour frapper plus durement l’humanité.

Comme données, deux jours avant la fuite des troupes nord-américaines d’Afghanistan, un autre peloton nord-américain est entré au Congo, un pays de réserve mondiale de cobalt, avec l’argument que le groupe terroriste ISIS (également fabriqué aux États-Unis) serait dans ce pays . . .

Les leçons de l’Afghanistan

Tout cela nous montre que l’occupation de l’Afghanistan par l’armée américaine n’était pas pour la démocratie, mais pour le pétrole. De plus, les groupes terroristes (tels qu’Al-Qaïda, les talibans ou ISIS), en plus d’être créés / promus par les États-Unis, sont présentés comme des démons tant qu’ils ne sont pas au service des intérêts nord-américains.

Une autre vérité est que les talibans, étant un groupe politico-militaire patriarcal d’inspiration monothéiste, comme tout groupe politique militaire chrétien, chercheront toujours à imposer une morale monothéiste patriarcale, ce qui est en effet répréhensible.

Mais cela ne signifie pas que nous devons réduire la question de l’Afghanistan à l’usage ou à l’abus de la burqa pour les femmes. La lutte des peuples afghans est pour leur émancipation et leur autodétermination en tant que pays multiculturel, avec de grands défis.

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :