Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

ETATS-UNIS : ONG. pirates soudoyées

jeudi 7 août 2014, par JO

"Journal américain dénonce programme subversif contre Cuba La Havane, 5 Aout (acn) Le journal The Christian Science Monitor a publié un article aujourd’hui sur le programme subversif, récemment dévoilé, de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) contre Cuba. Ce dimanche, l’agence de nouvelles américaine Associated Press (AP) a révélé que l’USAID et son sous-traitant, Creative Associates International, ont utilisé des jeunes du Costa Rica, le Venezuela et le Pérou, depuis le début d’Octobre 2009 dans le but d’organiser la subversion interne à Cuba et provoquer une rébellion. Le journal américain rapporte que ce n’est pas la première plainte de l’ingérence politique de l’USAID dans les affaires intérieures de Cuba et d’autres pays d’Amérique latine. Il ajoute que la réception de l’USAID dans la région s’est refroidie chaque fois plus depuis l’arrestation en 2009 d’Alan Gross, qui menait des activités secrètes contre la sécurité cubaine, jusqu’à l’expulsion des « missionnaires » en Bolivie par le président Evo Morales, en 2013. Il a également noté qu’au début 2014, l’USAID a annoncé son intention de cesser ses activités en Équateur, en raison de plaintes du président Rafael Correa sur les actions subversives de l’agence dans son pays. Toutes ces activités proviennent d’un organisme, qui pendant des décennies, a tenté en vain de dissiper les soupçons sur sa participation à des missions d’espionnage pour le gouvernement des Etats-Unis, a déclaré l’article. Il s’agit d’un programme complémentaire de ZunZuneo, connu sous le nom de Twitter cubaine, lancé par l’USAID en 2009 et exposée par l’AP elle-même en Avril 2014. Prensa Latina a publié que malgré les plaintes du journal américain, un porte-parole de l’USAID, a déclaré lundi que son travail à Cuba « n’est pas un secret ». "

Cuba : APRES LA BNP Paribas, LES Etats-Unis PREVOIENT DE DONNER UNE AMENDE AU Crédit Agricole

Prensa Latina (traduction Françoise Lopez)

Paris - Après l’amende record contre la BNP Paribas, les autorités nord-américaines enquêtent sur une autre banque française, le Crédit Agricole, pour une soi-disant violation du blocus imposé par les Etats-Unis à plusieurs pays.

Selon ce qu’a indiqué le directeur général de cette banque, Jean-Paul Chifflet, il y a plusieurs semaines, un audit interne a été achevé et ils ont envoyé un dossier au Département de la Justice étasunienne et au Bureau de Contrôle des Actifs Etrangers (OFAC, pour son sigle en anglais).

"Nous sommes dans une phase de discussion de ce dossier avec les autorités nord-américaines", a déclaré le fonctionnaire, selon PL.

Chifflet a ajouté que la période examinée est celle de 2003 à 2008 et que le volume des opérations en dollars est très inférieur à celui des autres grandes banques présentes aux Etats-Unis bien qu’il ait évité de révéler avec quels pays ils ont fait les transactions sur lesquelles on enquête.

"Pour nous, il n’y a rien de commun avec aucun autre dossier qui peuvent être évoqués", a dit Chifflet, faisant directement allusion au cas de la BNP Paribas.

Cette dernière banque a été condamnée le 30 juin dernier aux Etats-Unis à payer 8 830 millions de dollars pour avoir violé le blocus imposé par cepays à l’Iran, au Soudan et à Cuba.

De plus, le groupe a été sanctionné avec la suppression partielle pendant 1 an de ses opérations en dollars, surtout celles liées au négoce international du pétrole et du gaz, et 13 de ses directeurs et de ses employés ont dû partir.

La sanction est la plus élevée qui ait été imposée à une banque européenne et a été considérée par les autorités françaises comme disproportionnée, injuste et unilatérale.

Comme si ce n’était pas assez, Washington a imposé une autre amende de 80 millions de dollars à la BNP Paribas après l’avoir accusée de détourner des subsides accordés par le secrétariat à l’Agriculture aux entreprises exportatrices.

Le chancelier Laurent Fabius a qualifié a sanction d’injuste et d’unilatérale alors que le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg a déploré le fait que le premier groupe de banques français soit sanctionné sous la législation étasunienne pour des opérations qui, en France et en Europe sont légales.

texte en espagnol : http://www.granma.cu/mundo/2014-08-05/despues-del-bnp-paribas-eeuu-preve-multar-al-credit-agricole

URL de cet article : http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2014/08/cuba-apres-la-bnp-paribas-les-etats-unis-prevoient-de-donner-une-amende-au-credit-agricole.html