Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Feria.

lundi 13 septembre 2021, par jy.D - 2 coms

Monsieur le natif de Nîmes.

Je vais vous dire une chose pas trop élégante.

Non seulement je vais vous dire quelque chose de pas très élégante, mais en plus je vais y prendre un plaisir fou, plus profond que la mer Méditerranée, plus extrême que le Mistral en Novembre, et plus ridicule encore que votre culte du western dans votre très joli pays.

Très joli, je dois l’admettre, le Gard est superbe quand on le compare à mon département natif, le 77, où la terre est aussi belle qu’une betterave.

Je vais vous dire que très bientôt je vais quitter vôtre pays de cépage de Grenache (par ailleurs sous estimé) et de toreros, pour lesquels je n’ai pas de mots pour vous dire à quel point je les déteste.

C’est dommage, c’est parce que l’école publique ne m’a pas donné assez de mots.

Mais par exemple, s’il existait une échelle de Richter pour la détestation, il me semble que je ferais sauter le thermomètre.

Non l’appareil pour mesurer la puissance sismique de la bêtise tauromachique ne s’appelle pas un thermomètre, mais cela n’enlève rien au fait que s’il existait une mesure pour la répugnance que m’inspire votre lâche activité, alors je pense qu’il n’y aurait pas de nombre assez grand pour mesurer ce sentiment.

Tellement je vous déteste, je préférerais être encorné plutôt que de serrer une de vos mains.

Vous coupez les oreilles des taureaux, et c’est pas pardonnable.

Je vous rassure, je vais m’enfuir de votre région si belle, si diversifiée, si glaciale en hivers et si chaude en été, l’odeur des feuilles de figuiers va me manquer, mais que la révolution soit maintenant représentée par des types comme vous, drapeau bbr, avec le costume moule burne, je peux plus.

Alors je vais m’évader vers une région très froide et sans importance touristique, et je vais me satisfaire de la rudesse d’une terre sans charme.

Avec la Seine & Marne, je pense que je pourrai m’adapter.

Mais quelle injustice qu’une terre qui possède la mer, la montagne, la garrigue si superbe à n’importe saison, quel dommage que je sois obligé de la quitter, car comme les gens comme vous le disent, tu l’aime où tu la quittes.

Je l’aime et la quitte.

Moi je préfère une terre maussade à vôtre royaume de bateaux de luxe et de villas sur lesquelles sont plantées des oliviers où les olives ne serviront qu’à nourrir la terre en décembre.

Je suppose que mon départ ne va pas proposer beaucoup de larmes.

Des larmes, j’en verserai en quittant le pays des figuiers des vignes et des petites maisons abandonnées du temps où il y avait des paysans.

Je ne vous insulte pas, je suis juste fier de quitter un pays où je ne ne suis né par hasard.

Balades toi une fois dans ta vie dans un champ de betterave, et il est possible que tu comprennes la raison pour laquelle les corbeaux survivent dans le 77 et que les tourterelles sont si rares.

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :