Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Gratuité. « Un pas de plus vers la civilisation »

mercredi 19 septembre 2012 , par SVPat - Contacter l'auteur - 1 com

Gratuité. « Un pas de plus vers la civilisation »http://13.pcf.fr/28166

Magali Giovannangeli et Jean-Louis Sagot-Duvauroux ont présenté leur livre et (ré)ouvrent le débat.

Beau succès pour la sortie de Voyageurs sans ticket, Liberté Égalité Gratuité, une expérience sociale à Aubagne(1). Ses auteurs, Magali Giovannangeli et Jean-Louis Sagot-Duvauroux, venus le présenter mardi au Comoedia, ont eu du mal à satisfaire toutes les demandes de dédicaces. Et c’est Christian Digne, le rédacteur en chef de La Marseillaise, dépêché pour l’événement, qui a dû interrompre la séance pour lancer le débat sur la mesure phare de l’agglomération aubagnaise. L’occasion pour le philosophe et la Présidente de l’intercommunalité d’aborder la forme du dispositif mais aussi les valeurs qu’il sous-tend et « le champ des possibles » qu’il révèle.

Desinfantilisation du citoyen

Les deux compères ont ainsi développé comment la gratuité traduisait une nouvelle façon de faire de la politique. « Ce qui m’a marqué avec Aubagne », raconte Jean-Louis Sagot-Duvauroux, « c’est que ce qui n’était qu’une idée, a été saisi par le peuple alors même que les élites ne cessent de nous rabâcher que l’on n’est pas compétent pour changer le monde -il n’y a qu’à voir ce que nos dirigeants ont fait à propos du traité européen-… La gratuité, poursuivra le philosophe, a désinfantilisé les citoyens et leur a donné l’occasion de faire un pied de nez à cet état de pensée généralisé des puissances capitalistes. La connexion citoyens-politiques-techniciens est venue proposer au contraire une chaîne de compétences et la réaffirmation de ce "oui nous sommes compétents pour choisir la vie que nous voulons" est une façon inédite de faire de la politique ».

Une analyse partagée par Magali Giovannangeli qui explique que l’idée a germé sur le terreau « d’une constance à nepas vouloir se résigner et à être à contre-courant », rappelant que la décision de mettre en place la gratuité fut prise sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy et son fameux « travailler plus pour gagner plus ». « Etre dans l’air du temps c’est une idée de feuille morte », résumera la Présidente du pays d’Aubagne et de l’Étoile qui défend l’idée qu’« en redonnant du sens à la politique on offre aux citoyens de quoi mieux affronter la crise ».

Investir au lieu d’évaluer

« Justement, rebondira Christian Digne, la gratuité serait-elle un antidote à la crise que nous traversons ? » « Oui, dans une certaine mesure », répondra, Jean-Louis Sagot-Duvauroux, « car avec elle, le bien devient sans prix et au lieu d’évaluer la chose, on l’investit ! » Et de prendre pour exemple, l’amélioration des rapports entre usagers et conducteurs ou la baisse des dégradations observées depuis la mise en place de la mesure en 2009. « Ca c’est une énorme richesse pour sortir la société de la crise », en terminera l’auteur avant de rajouter : « sans parler du pouvoir d’achat augmenté que représente le passage aux transports gratuits ! »

Avant de se livrer aux questions de la salle, les deux auteurs clôtureront l’interview sur le lien entre gratuité et transformation sociale. « A travers la gratuité, le citoyen à une mainmise sur un service qui devient un rempart contre l’extension du capitalisme, expliquera le dramaturge, c’est pour cela que nous employons l’expression dans le livre : la gratuité prend le capitalisme par la queue. Quant à l’idée de déplacer le financement des coûts de la poche des gens vers le versement transport (taxe payée par les entreprises), il s’agit ni plus ni moins qu’un pas de plus de la société vers la civilisation ». Et de conclure pour Magali Giovannangeli, dans un avertissement à peine voilé aux apôtres de la métropole, « Après trois ans de gratuité, la mesure est devenue un patrimoine politique et social des Aubagnais : je souhaite bien du courage à ceux qui voudraient leurs retirer ! »

Frédéric Dutilleul (La Marseillaise, le 13 septembre 2012)
(1) « Voyageurs sans ticket, Liberté Égalité Gratuité, une expérience sociale à Aubagne », Magali Giovannangeli et Jean-Louis Sagot-Duvauroux, Ed. Au diable Vauvert.

Mots clés : Economie-budget / Littérature-Philo-Livres /

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :