Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

L’UE publie la liste des colonies israéliennes qui ne jouissent pas de privilèges douaniers

jeudi 16 août 2012 - Contacter l'auteur - 1 com

Israël bénéficie depuis près de 20 ans des mêmes privilèges douaniers à l’exportation que les pays européens. En 2005, face aux protestations, l’UE a annoncé exclure les produits en provenance des colonies de ces exemptions de taxes. Aujourd’hui, pour dissiper les doutes sur l’application de cette mesure, l’UE publie la liste de ces colonies privées de passe-droits. Une publicité qui provoque l’ire de l’occupant.

Un "acte unilatéral !" s’indignent les dirigeants israéliens. Pourquoi une telle publicité à la colonisation, s’énerve-t-on ?

Non contents de profiter d’un accord d’association commercial avec l’Europe, qui piétine l’article 2 de ce même accord, —lequel stipule que seuls des pays respectant les droits de l’homme peuvent en bénéficier—, les dirigeants israéliens émettent des "protestations officielles" concernant la publication de cette liste.

Cette liste publiée sur le site de l’UE (Taxes et douanes) englobe toutes les localités qui sont au-delà de la ligne verte (frontière d’avant la guerre des six jours en juin 1967), y compris Jérusalem est et les hauteurs du Golan.

En fait, ces énormes privilèges ne devraient pas exister. Non seulement parce qu’Israël bafoue les droits de l’Homme et le droit international en permanence, mais aussi parce que le Parlement européen a voté en avril 2002 la suspension de cet accord entre l’UE et Israël.

Un vote en bonne et due forme où la majorité des parlementaires européens ont clairement dit NON à la poursuite de ces avantages tant qu’Israël ne respecterait pas l’article 2 de cet accord, passé à un moment où des négociations engagées avec les Palestiniens laissaient espérer "une paix juste et durable"...

Mais ce vote, les gouvernements européens, qui nous parlent tant de démocratie, se sont assis dessus, et ont continué comme si de rien n’était à exempter Israël des taxes douanières dûes par tous les pays non Européens.

Pendant longtemps, ils n’ont même pas été très regardants sur la provenance des produits exportés par Israël, faisant bénéficier les produits des colonies installées illégalement sur les territoires palestiniens des même passe-droits.

La campagne BDS les amenés à reculer un peu et à déclarer exclure en 2005 les produits des colonies de cette manne (avec pas mal d’entre eux passant au travers des mailles apparemment).

Mais l’UE n’a pas pour autant accepté de communiquer aux parlementaires —sans parler des consommateurs— la liste des produits étiquetés "Israël" qui sont exclus des avantages douaniers. La plus grande opacité est maintenue dans ce domaine, et seuls quelques pays ont fait savoir récemment qu’ils n’accepteraient plus un label "made in Israël" sur les produits des colonies.

Un progrès certes. Mais en réalité ces produits illégaux ne devraient même pas pouvoir franchir les douanes et être importés. Ils ne devraient pas pouvoir se retrouver sur les rayons des magasins, que ce soit avec tel ou tel code ou zip.

Ils sont le fruit d’un "crime de guerre", selon la Quatrième Convention de Genève, qui interdit toute puissance occupante d’exploiter à son profit les ressources des terres qu’elle occupe. Et ces Conventions disent par ailleurs qu’une occupation ne peut être que transitoire, après une situation de guerre. Or l’occupation israélienne des territoires palestiniens dure depuis plus de 45 ans !

STOP A L’HYPOCRISIE ET A LA COMPLICITÉ AVEC LES CRIMES DE GUERRE !





Exemple des produits illégaux AHAVA fabriqués dans la colonie de Mitzpe Shalem, importés en France et vendus par SEPHORA sous l’étiquette "Israël"

http://www.europalestine.com/spip.php?article7549

Mots clés : Economie-budget / Europe / Proche & Moyen Orient /

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :