Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

L’Union de la gauche : un devoir moral et politique, un désir profond et réel d’avenir

lundi 7 mai 2007 - Contacter l'auteur - 3 coms

« Échec de la gauche », « Il faut se rassembler », « sursaut des forces vives de gauche »…Que veut dire échec sinon reconnaissance de ses insuffisances ? Que veut dire échec sinon regarder devant nous avec espérance ? La gauche est dans une crise, elle doit trouver une identité forte pour une nation forte. La gauche est à quelques semaines d’un scrutin qui pourrait être rédempteur ou catastrophique. La gauche doit offrir à la France une opposition forte à ce que prépare l’équipe de la droite dure.

L’échec de la gauche, c’est l’échec de toute la gauche : du PS à Lutte Ouvrière inclus. Ce n’est pas l’échec des « dirigeants » : Ségolène Royal, Marie-Georges Buffet, Dominique Voynet, Olivier Besancenot, José Bové…Non, c’est l’échec aussi de tous les militants de gauche et de tout le peuple de gauche (de l’ouvrier à l’intellectuel). Aucun bouc-émissaire ne doit être cherché. Une question est valable en ces temps : « Est-ce que je porte les valeurs de gauche en moi suffisamment pour les partager avec d’autres ? ».

Ceux qui brûlent par amertume, ceux qui assènent : « Honte d’être français », ceux qui critiquent le sarkozysme ont à se questionner : « Qu’ai-je fait moi pour que mon peuple en arrive là ? N-y-a-t’il pas un moment où j’ai été plus égoïste que solidaire ? N’y a-t-il pas à un moment où j’ai pris l’option de moi-moi et pas celle des autres ? ». Moi, je n’ai pas honte d’être français, 47% ont choisi Ségolène ! La nation n’est ni de droite ni de gauche, les français n’ont voté qu’à 53% pour Nicolas Sarkozy. La nation française a sûrement plus à voir avec la fibre de la révolution qu’avec le parterre des conservateurs.

Si certains ont le mot « échec » à la bouche, en fait ils ont la vengeance à l’esprit. Certains veulent rassembler autour d’eux-mêmes, pas autour de la gauche. Certains vont préférer la dissension, sans se questionner eux-mêmes, pour reprendre le flambeau. En somme, ceux-là n’auront ni le comportement ni le discours éthique requis en ces moments de crise. Ils préféreront donner le spectacle de la division aux triomphants !

Échouer ce n’est pas chercher un bouc-émissaire, se flageller, retourner à sa vie quotidienne pour oublier…c’est se questionner, contribuer chaque jour à construire un programme de gauche, une nation de gauche. A construire sa vie à gauche.

Aujourd’hui, nous avons une échéance : les élections législatives. La majorité des députés est à droite, l’élan des présidentielles va tendre l’élection à droite, le mouvement « centriste » se met en branle, que de mauvais signes qui devraient conduire à un raisonnement simple : l’Union de la gauche. S’unir à gauche sans que chacune des composantes ne perde son âme.

Il ne s’agit pas de battre la droite seulement, il s’agit de proposer, d’être force de propositions pour bâtir un avenir de gauche pour notre nation, il s’agit de se trouver une identité forte de< la gauche pour aspirer réellement et profondément, une identité d’avenir pour une nation d’avenir. Vilipender quelqu’un qui fait appeler à Jean Jaurès, c’est mou : il faut relire Jaurès, se le réapproprier et ressortir avec de la force, de la force interne, de la force de cohésion et de la force dans le discours. La politique vise-t-elle à s’opposer à l’ennemi ou à proposer un avenir à son peuple, à toutes les catégories de son peuple ?

Comment s’unir sans perdre son âme ? Quoiqu’on en dise, le PS a plus à voir avec la LCR, qu’elle n’a avoir avec le centre démocrate-chrétien. Unissez-vous PS, PCF, LCR, LO, collectifs Bové ! Pourquoi ne pas s’unir pour gagner en force ? S’unir ce n’est pas s’identifier, adhérer aux thèses des autres. S’unir accepter d’être de gauche. Aujourd’hui, c’est le moment de l’union. Dans ces moments de désastre imminent, il faut savoir rentrer en résistance contre ses propres égoïsmes et parcelles de pouvoir stupides et déplorables. Si les reconnaissances d’échec sont authentiques de part et d’autre autant que les appels aux rassemblements, alors l’union est inévitable.

Dans chaque circonscription, le candidat de gauche qui a le plus de chance de gagner gagnera, il doit gagner. Mais les socialistes ne doivent en aucun cas être dans l’arrogance, un groupe de l’Union de la gauche doit réunir des députés communistes, Verts, LCR, LO, Bové. La gauche ne doit pas perdre un seul député, elle a une mission : en gagner. Et les étiquettes importent peu lorsque le pouvoir risque de tomber totalement à droite.

Je n’ai proféré aucun nom, je n’ai nommé aucun bouc-émissaire car la gauche n’a pas besoin de mesquines luttes internes. La gauche a besoin de militants, de dirigeants, d’élus avec une éthique forte et ferme. Cette éthique, c’est l’union de la gauche. Les partis et les mouvements sociaux doivent porter cette responsabilité pour l’avenir : s’unir de toutes ces forces sans perdre sa singularité.

Sans cette union, je dirai presque sacrée, la gauche ne pourra se reconstruire, résister à la vague bleue, elle-même aura la responsabilité forte, pleine et entière d’avoir donner la France et son peuple à la droite dure.

wil_human (chez) yahoo.fr

Mots clés : Collectifs Unitaires / Législatives 2007 / Partis politiques /

Messages

  • IL y a un centre droit, social démocrate, de Rocard à Bayrou ; ne le nions pas !!!
    L rssemblement ne pourra se faire que si la déchirure au sein du PS se fait jour...

  • Emmanuelli aurait pu signer ce texte. Un grand rassemblement à gauche avec les sociaux-libéraux prêts à s’allier à Bayrou ?

    Non merci très peu pour moi

  • S’unir sur des objectifs précis oui, des objectifs contrôlables oui. Il y a eu plusieurs fois des unions de la gauche qui ont abouti à de très lourds échecs et la venue par exemple de Le Pen au second tour et d’une droite agressive, et pire que ces deux mauvaises choses :
    - Des agressions sociales contre la population
    - Des privatisations à tour de bras
    - Le cassage des retraites, etc .

    Toutes choses commencées par la droite, continuées par la gauche et ensuite renforcées par la droite....

    S’unir à nouveau, sans se poser de questions, sans jamais se remettre en cause c’est bondir d’échec en échec.

    Comment peut-on encore sortir un truc aussi creux ? En plus nationaliste.... Bonjour l’universalisme, l’internationalisme, valeurs essentielles de la gauche.

    Lire et relire, se souvenir du passé, pour ne pas ressortir toujours les mêmes niaiseries comme si elles étaient nouvelles....

    L’union de la gauche est un truc creux quand les définitions sont creuses. Les mots doivent s’étayer sur des contenus...

    Aïe aïe..... Fatigant les gens sans mémoire...

    Copas

Derniers articles sur Bellaciao :