Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

La pétition pour « la culture en danger » est une tromperie !

mardi 15 mars 2011 - Contacter l'auteur - 3 coms

Dans un contexte national de liquidation de la vie culturelle, de Révision générale des politiques publiques (RGPP) qui liquide 60 ans de Ministère de la culture, dans un contexte d’austérité aggravée et de creusement des inégalités d’accès au savoir et à l’art, dans un contexte de mépris Présidentiel de la création artistique, nous voulons informer, avec la plus grande inquiétude de faits choquants survenus en Seine Saint-Denis.

Décembre 2009 Claude Bartolone, nouveau président (PS) du Conseil général de Seine Saint-Denis lance avec force-communication un appel : « La culture en danger ».

2011 : le Conseil général de Seine Saint-Denis liquide des compagnies et des dispositifs culturels..

Cherchez l’erreur !

En effet, dès 2010, malgré l’annonce en fanfare d’un moratoire sur le budget départemental de la culture, de nombreuses structures ont vu leur subvention amputée ou purement supprimée.

La culture en danger ? Effectivement et en catimini : des courriers discrètement envoyés fin juin, des structures qui apprennent de la bouche de leur élus locaux, informés par les services du Conseil général de la fin d’une résidence soutenue, sans que la compagnie n’en soit elle même informée ; plusieurs festivals de cinéma mis en danger par des baisses conséquentes ; la mise à mort programmée d’une structure qui fait un super boulot de sensibilisation à la lecture et au livre en direction des touts petits...

Résultat : mise à mal d’équipes qui labourent le terrain de la Seine-Saint-Denis avec conviction, attachement, ardeur et de longue date, et dans la discrétion…

Loin de la concertation affichée, à l’opposé de l’éthique proclamée du nouvel exécutif départemental, les services se comportent d’une manière brutale et irrespectueuse envers la profession. Ils ne lisent pas les courriers et répondent uniquement selon leur point de vue, sans discussion possible.

Je vous livre ici, l’exemple typique d’une compagnie qui intervient en Ile de France depuis 2003 et qui a développé son travail en Seine-Saint-Denis au milieu des années 2000 : la compagnie Yorick, présidée par Alain léonard, sous la Direction Artistique de Michael Batz.

Après plusieurs aides au projet (2006,2007), cette compagnie a été conventionnée en 2008, pour 3 années civiles (2008-2009-2010) par Emmanuel Constant vice-président en charge de la Culture au Conseil Général.

En juillet 2010, alors que l’exercice est largement entamé, elle reçoit un courrier de Monsieur Moisselin (DAC) qui annonce sa décision de ne pas subventionner la dernière année de convention triennale.

Celui-ci y affirme que la compagnie ayant été aidée auparavant pour des aides au projet, la convention n’a plus lieu d’être.

La convention est pourtant très claire : elle est bien valide en 2010, au delà de toutes considérations opportunistes de Monsieur Moisselin qui économise au passage 23 000 euros.

D’autre part, cette annonce de la suppression pure et simple de la subvention 2010, au septième mois de l’année, quand la majeure partie des interventions de la compagnie sont déjà réalisées ou engagées, handicape grandement les tentatives d’une nouvelle implantation et d’un rebond réussi en 2011. Aujourd’hui, la compagnie est en grand danger, le non versement de cette subvention, grève lourdement le budget et provoque des soucis énormes de trésorerie.
Tout cela nous laisse songeur quant au discours et la volonté affichée par Claude Bartolone de soutenir l’avenir de la culture en Seine Saint Denis. Quelle confiance peut alors avoir une compagnie en la tutelle qui lui confie des missions de service public et qui lui retire les crédits prévus une fois les missions engagées. N’est-ce pas ce qui différencie fondamentalement le public du privé, le respect et la garantie des engagements ?!

Les structures se sont alors tournées vers le Président Claude Bartolone, afin de connaître son avis sur la manière dont ses services culturels mettent en oeuvre sa nouvelle politique.

N’ayant aucune nouvelle de sa part, tout laisse à penser qu’on lui cache cette information ou que ce sujet est embarrassant pour le cabinet d’un homme politique qui a encore annoncé en grande pompe à Avignon qu’il avait gelé et maintenu le budget culture 2010 en l’état.

Nous sommes déçus et inquiets des contradictions que nous rencontrons entre le discours et les actes. Devant ce manque de concertation et d’échange, il nous paraît important d’exprimer publiquement notre colère et nos inquiétudes. Nous avons décidé de nous tourner vers le tribunal administratif pour faire valoir notre bon droit.

Nous connaissons la situation difficile que rencontre le Département, essentiellement due aux désengagements de l’Etat. Nous attendions de M. Bartolone qu’il prenne des initiatives dans cette direction,. Hélas, ce n’est pas le cas. Mais en tant que pétitionnaires, nous nous sentons à juste titre propriétaire de l’Appel « La culture en danger »
C’est pourquoi nous invitons les citoyens, chercheurs, opérateurs, spectateurs et acteurs culturels, à signer notre re-pétition en faveur du respect des engagements pris concernant la Culture en Seine Saint-Denis et ailleurs.

Lien pour signer la pétition

http://www.mesopinions.com/respect-des-engagements-pris-pour-la-Culture-en-Seine-saint-denis-petition-petitions-16915cf61090d51c690838e088a1744d.html

la compagnie rendra public cette protestation

lors d’une conférence de presse :

Le mercredi 16 mars à 18h30

au Bar Le Nomad de l’Espace 1789

2/4 rue Alexandre Bachelet - 93400 Saint-Ouen

M° Garibaldi - ligne 13

Contact :

La Compagnie Yorick

cieyorick@gmail.com / 06 72 88 53 31

Mots clés : Arts, Spectacle, Culture / Economie-budget / FR - Ile de France (01) / Pétitions /

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :