Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Non à la sélection à l’Université. Inscription pour tous les sans-facs.

samedi 18 septembre 2021

Rassemblement lundi 20 septembre à 13h à l’Université Paris-Nanterre !

Bonjour,

Ce lundi se tiendra un rassemblement appelé par les organisations de jeunesse de l’Université Paris-Nanterre (UNEF, les Jeunes Insoumis, la FSE, le NPA Jeunes) afin d’exiger l’inscription des jeunes sans affectation dans l’Enseignement supérieur. A Nanterre, ce sont plus de 300 jeunes qui ont déposé un recours gracieux demandant à M. Gervais-Lambony, président de l’Université, de leur attribuer une inscription. Or à ce jour, aucun jeune n’a trouvé de solution, alors qu’ils ont candidaté dans de très nombreuses universités, en Licence comme en Master.

Le rassemblement est lundi 20 septembre à 13h au bâtiment Grappin (B), de l’Université Paris-Nanterre. Il se tiendra en même temps que la Commission de formation et vie universitaire (CFVU), deuxième instance la plus importante de l’établissement, chargée notamment des questions d’inscriptions.

Je vous partage ici le communiqué unitaire avec plus d’informations.

Cordialement,
Victor Mendez élu étudiant pour l’UNEF Nanterre
Barthélémy Piron-Palliser élu étudiant


Evènement facebook :
- https://www.facebook.com/events/643869959911760/

NON A LA SÉLECTION À L’UNIVERSITÉ ! M. GERVAIS-LAMBONY, INSCRIVEZ TOUS LES SANS-FACS ET RÉTABLISSEZ LES DROITS ÉTUDIANTS SUPPRIMÉS (COMPENSATION INTÉGRALE, AJAC, RÈGLE DU MAX, ETC…) !

Rassemblement lundi 20 septembre à 13h devant le bâtiment B à l’occasion de la CFVU !

Signataires : UNEF, les Jeunes insoumis, la FSE, le NPA Jeune, l’Assemblée générale des sans-facs

Alors que les cours reprennent, des dizaines de milliers de jeunes n’ont toujours pas trouvé de place dans la fac et la filière de leur choix, qu’il s’agisse des personnes refusées sur Parcoursup ou sur Campus France, ou des étudiant-e-s sans Master ! Alors que le nombre de candidat-e-s s’accroît, le gouvernement répond à la pénurie de places par la sélection. C’est pourtant possible d’augmenter le nombre de places. Selon la FSU, il faudrait investir 20 milliards sur dix ans pour faire face à l’augmentation du nombre d’étudiant-e-s. Un chiffre dérisoire comparé aux 500 milliards d’euros d’aides donnés aux entreprises depuis le début de la crise du COVID-19 !

Si le président de l’Université Philippe Gervais-Lambony est aussi soucieux du sort des étudiant-e-s qu’il le dit, trouver une place aux sans-facs doit être sa priorité, d’autant plus en période de crise sanitaire, qui creuse les inégalités et accentue la précarité. Or, à ce jour, extrêmement peu de dossiers ont eu une inscription et la quasi-totalité des dossiers n’ont même pas été examinés ! La Présidence ne s’est engagée sur aucun délai de réponse, laissant les sans-facs dans une incertitude insupportable, et délègue l’examen des dossiers aux commissions pédagogiques, sans s’engager à créer des places supplémentaires.

A Nanterre, ce sont plus de 600 dossiers de sans-facs qui ont été recensés par l’assemblée des sans-facs et leurs soutiens ! L’Université débloque 1,8 millions d’euros pour des vigiles privés, 1 million dans de la signalétique, mais dès qu’il s’agit d’ouvrir des places, d’embaucher des enseignant-e-s pour garantir l’accès aux études et le 100% présentiel, on nous répond qu’il n’y aurait pas le budget ou les capacités. Qu’il s’agisse d’un présentiel précaire sans réel protocole sanitaire ou des inscriptions à l’Université, les étudiant-e-s n’ont pas à payer le manque de moyens et à être une génération sacrifiée.

La sélection ne s’arrête pas à l’entrée de l’Université. Depuis septembre dernier, la Présidence a modifié de nombreux droits étudiants en supprimant la compensation avec les UE fondamentales, le caractère obligatoire des rattrapages, en réduisant le nombre d’absences autorisées, en durcissant le passage en AJAC, parmi d’autres droits. La suppression de ces droits étudiants rend plus difficile la réussite, notamment en Licence. Elle ne sert qu’à renforcer la sélection en cours de Licence, à trier les étudiant-e-s pour réduire le nombre de celles et ceux qui auront un diplôme et pourront candidater en Master. A Lille, où la compensation a été supprimée, le taux de réussite en deuxième année de Licence a chuté de 70 à 40% ! Nous exigeons le rétablissement de tous ces droits ! La mobilisation de l’année dernière avait alors permis de gagner le retour des semaines de révision. Nous porterons cette demande lors de ce prochain rassemblement et dans les prochaines semaines nous appellerons à des nouvelles initiatives afin d’amplifier la mobilisation et gagner le retour de tous nos droits !

Ce lundi 20 septembre, se tient une Commission de Formation et de la Vie Universitaire. A cette occasion, nous appelons à un rassemblement ce même jour à 13h devant le bâtiment Grappin pour l’ouverture de places, l’inscription des sans-facs dans la filière de leur choix, et des moyens à la hauteur des besoins ! Les sans-facs ont demandé à pouvoir être reçus à cette instance. Soyons nombreux et nombreuses pour exiger une fac ouverte à toutes et à tous, sans aucune forme de sélection !