Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Pompidou Metz : le bastringue de la Culture, la presse française est très bonnarde (zaz)

mardi 18 mai 2010 - Contacter l'auteur - 36 coms

Sous-titre : "Pour rigoler le matin, payez-vous sur le web le Pompidou Metz" ,... mais SVP pas les Messins, qui n’y sont exactement pour rien (zaz)

************

Avertissement

Le collectif Ocséna a choisi l’humour-zaz comme mode d’expression heuristique et démocratique. Certes, ainsi que le disent nos propres amis, c’est le plus souvent raté.

- Ach ! c’est facheux ! mais c’est le genre qui le veut.

****************

Réf. texte anté

Subject : Pompidou-Metz : grandeur et mystification, le pipeau culture (zaz)

http://ocsena.ouvaton.org/article.p...

*************

1. Un point de notre part pour être clair :

Si le Pompidou Metz se trouve ici presque fortuitement support ou victime de notre critique de la Culture (culture prise on l’a compris en tant que politique et plus encore en tant qu’idéologie), il va de soi que nous n’avons rien contre Metz elle-même (surtout si les Messins qui ont payé l’ardoise s’en trouvent joyeusement satisfaits). Nous ne pensons pas que l’opération d’inauguration ait été techniquement un raté et que l’expo ait été discutable ou en elle-même antipathique.

Simplement la Culture en général en fait passablement trop selon nous depuis un bail et joue commodement sous l’aile facile du prestige. La Culture devra revenir sous contrôle si le souverain estime après dûe réflexion qu’elle le doit. Nous pensons qu’un nouveau deal politique doit s’établir en ce domaine.

Simplement dans l’immédiat et dans le cas précis qui nous occupe c’est vous Messieurs les journalistes et messieurs les organisateurs de l’événement, qui avez trop poussé le bouchon. D’autant qu’on se trouvait dans un mauvais moment pour la nation.

De cette inauguration apparemment réussie, nous voyons nous (et nous nous étonnons que cela vous échappe) l’énorme bétisier qui pèse des tonnes.

Si on veut être très rapide on dira qu’il est inadmissible en 2010 aujourd’hui de faire certaines opérations de lobbying dépassées, complètement anti-démo. En déplaçant quelque 500 personnes et journalistes à vos frais pour votre pub, vous vous êtes malencontreusement et sans l’avoir prévu fait passer disons-le pour des cons.

Ce n’est pas définitif, mais daignez qu’on en parle.

2. O joie de la Culture !

"Économie : les Français pessimistes" (Le Figaro ‎Il y a 52 minutes)
"Plus des trois quarts des Français (77%) ne croient pas en une amélioration de la situation économique en France... selon un baromètre TNS Sofres et Publicis ... "

"Ils sont d’ailleurs 85% à se montrer inquiets du problème de la dette et des déficits. Parmi les autres domaines qui les inquiètent principalement : le financement des retraites (85% de réponses pessimistes), le pouvoir d’achat (85%), le niveau des prix (83%) et le chômage (84%)."

...

Nous maintenons donc que le raout du Pompidou Metz, sur fond de rigueur, tombait indépendamment de sa valeur et par malchance au plus mauvais moment possible.

En se montrant jusqu’au ridicule dithyrambique sur l’affaire ponctuelle qu’elle traitait, la presse a été globalement et sans même le voir à côté de la plaque et contreperformante. La visite du Président dans ces conditions n’était peut-être pas une vraie gloire. Les titres choisis par les glorieux plumitifs resteront longtemps un modèle de bonnarde idiotie nationale.

La chance est toutefois que nous comptons ici encore un bon moment s’en réjouir.

3. La presse culturelle française est trop "bonnarde" !

A titre d’exemples, nous avons beaucoup aimé pour notre part :

- "La Lorraine se relève avec Pompidou-Metz" (Obiwi - Expos et créations)

- "Culture. Pompidou : le grand retour de Wendel en Lorraine" (Le Républicain Lorrain)
- "Laurent Le Bon, conservateur et directeur du centre Pompidou-Metz, insiste sur le fait que le musée inaugurée mardi 11 mai 2010 s’adresse bien aux visiteurs."

- "Le tout-Paris s’est déplacé" (Le Républicain Lorrain)

"Parmi les ministres qui ont suivi le projet... seule Christine Albanel était absente."

- "Centre Pompidou-Metz tout savoir" (www.louvrepourtous.fr)

"La Lorraine est le centre d’intérêt de toute la France avec l’inauguration du Centre Pompidou-Metz qui doit beaucoup aux ambitions personnelles de Jean-Jacques Aillagon."

4. A l’aimable interlocuteur, Messin sans doute, que nous avons apparemment peiné

Mais nous ne mettons pas un seul instant en doute, monsieur, votre bonne foi et votre sincérité, voyons !

Vous avez affaire de notre part à un texte critique, moqueur de la culture en général, laquelle est -nous le craignons- un peu trop souvent du genre piège à gogos.

L’affaire Metz n’est pas vu d’ici antipathique, elle a seulement pour des raisons diverses, beaucoup trop disserté à contre-temps, car il faut le dire le contexte économique n’est pas joyeux pour des tas de gens. On sait bien que tout cela n’est pas la faute des Messins.

Mais à dissertation dans un sens, contre-dissertation dans l’autre peut-être ! c’est sans doute encore un peu cela la démocratie.

Merci en tout cas de défendre votre position comme vous le faites, nous ne la jugeons évidemment en aucun cas malhonnête sur le fond.

*********************

Les Inoxydables philosophes de l’Ocséna vous saluent bien. Avec la participation active des Nosotros Incontrolados

................................................

Ocséna, Organisation contre le système-ENA et pour la démocratie avancée
- http://ocsena.ouvaton.org

Mots clés : Expos-musées / Ocsena /

Messages

    • RAPPEL

      Avertissement 1

      Le collectif Ocséna a choisi l’humour-zaz comme mode d’expression heuristique et démocratique. Certes, comme l’observent nos propres amis, c’est le plus souvent raté. Mais bon ! c’est le genre qui le veut.

      Avertissement 2

      Ne ratez pas non plus à la suite de notre texte, les abondants autocommentaires que l’Ocséna se fait à elle-même. Dans l’art subtil du zaz, L’Ocséna a beaucoup été influencée par la technique du lance-patates.

  • Oui mais c’est quand même très bon pour le tourisme, regarde les Pyramides.

  • La Culture c’est d’abord un acte démocratique, c’est à dire ludique, médiatique, bref ! comme la politique c’est primo de l’entertainment.

  • Un grand musée d’art par rapport à Holiday on ice, qui est aussi porteur, c’est beaucoup moins de charges récurrentes.

  • "A propos du package !"

    Primo : Concédons sincèrement au CPM qu’une inauguration ça se prépare sérieusement sur le plan médiatique : C’est ce qui a été fait.

    L’ennui c’est qu’avec la presse en France aussitôt qu’on la débonde, le meilleur et le pire deviennent également possibles.

    Deux ans avant Pompidou Metz, il y avait eu une campagne de promo énorme à Paris, infiniment plus polluante et ridicule dans son succès, c’était l’expo Picasso.

    Nous en tirons pour notre part la nécessité collective d’un peu de brain-storming de la profession et aussi des politiques (et aussi des citoyens) sur ce type d’opé un peu chargé, eu égard notamment au contexte économique ambiant.

    Jusqu’où la culture peut-elle aller sans se montrer odieuse et contreperformante ?

    Journalistes à force de prendre les Français pour des caves, vous avez creusé votre caveau !

    Dans le package CPM, tout a été bourré dans la gueule des Français comme un acquis non-contesté, l’investissement, sa portée économique, etc....

    Pour le moment, nous concédons bien volontiers le succès strictement événementiel : Il est vrai que c’est déjà quelque chose ! ça ne nous suffit pas, il y a un débat Culture à ouvrir !

  • "Metz hopes rub of Pompidou’s ’magic lantern’ will bring tourists"‎ (The Guardian)

    L’avantage des Anglais, c’est qu’ils appellent prosaïquement un chat un chat.

    Mais c’est pas tout d’affirmer, hein ! il va falloir vérifier (les touristes) si c’est ultérieurement prouvé. Le problème de la Culture en France à présent est qu’elle s’en raconte et nous en raconte énormément : baratineuse la ffchienne ! telle les pubs de lessive, de parfum, de voiture.

    Transformer la France en musée(s), bien sûr c’est pas idiot, faut accepter avec lucidité, faut pas avoir de préjugés.

    Note que les "friches industrielles" de la sidérurgie, on y avait pensé en Lorraine tout un temps, comme qui dirait dans le même esprit. On voit bien néanmoins que le péquin a plus d’appétence naturelle pour la Provence ensoleillée de Van Gogh. Donc il faut se résoudre à vivre dans le sens du mouvement qui est l’accrochage aux murs.

    Note que s’il y avait une presse en France, une vraie presse, elle pourrait poser des questions, on pourrait avec elle s’employer à réfléchir.

    Seulement c’est thon de le dire ! d’autres ont déjà réfléchi tu penses ! il vaut donc mieux ne pas introduire du doute dans la foi : le CPM est un pari pascalien.

  • "La Lorraine se relève avec Pompidou-Metz"‎ (Obiwi)

    Et puis soyons honnête. Même "obiwi "qui nous avait passablement fait flipper avec son titre et son démarrage , se montre en passant plus critique qu’il n’y paraissait à l’immédiat.

    ***

    On cite

    ".... Pour le chef de l’Etat français, le Centre Pompidou-Metz constitue un « élément de réponse aux restructurations qui ont frappé la Lorraine au cours des dernières décennies, de la sidérurgie au textile en passant par les mines jusqu’à, plus récemment, ses installations militaires ».

    "Nous nous opposons fermement à un tel discours, très hypocrite, dans la mesure où le CPM avait été décidé bien avant l’annonce des iniques et odieuses restructurations militaires. Ce dernier ne doit en aucun cas servir de prétexte et de justifications à cette nouvelle saignée. Il s’agit de deux éléments indépendants, qui n’ont absolument rien avoir entre eux. "

    "Nicolas Sarkozy a profité de la cérémonie pour promettre etc etc.... ""

    voyez que même dans le discutable on trouve parfois de bons mouvements !

  • Accessoirement, ce CPM est bien à l’image de tout ce système : on prends un archi japonais réputé (et vraiment bon à la base) et on le transplante dans un contexte européen à la fois vide intellectuellement et en crise financière, sans chercher à rien comprendre à sa démarche, résultat un bâtiment aux finitions bâclées, en dépassement de budget, et franchement moche, pataud, car la technique de construction envisagée au départ (bambous) n’est pas validée ici, ce qui a forcé à utiliser des poutres classiques 4 fois trop grosses par rapport au projet initial, avec les bouches d’aération trop visibles (sans qu’on puisse dire "c’est fait exprés comme pour l’autre) etc...

  • "Que peut-on bien demander aux journalistes sur la culture ?"

    On ne peut leur demander tout à la fois ou même séparément d’être philosophes, sociologues, économistes , politologues, ce serait trop.

    Le journaliste n’est pas ce philosophe qui pourrait d’un oeil indépendant regarder le corpus de convictions sacrées que nous avons reçues en terminale de la lecture d’auteurs marioles allant de Plotin à Kant et à Hegel.

    De même, on ne pourrait demander au journaliste d’avoir une vue sociologique fiable de l’idéologie culturelle à l’oeuvre dans les connes de foules, les futés gens de la culture et les possibles illuminés de la politique.

    On ne pourrait non plus, parce que c’est encore trop frais comme savoir, demander aux journalistes la destinée économique des plus fumeux projets-musées.

    Donc que pouvez-vous bien sur la culture demander à des journalistes, en dehors des oh et des ah ?

    Vous ne pouvez en attendre aucun débat critique de bon niveau. Le journaliste est au mieux le rapporteur de l’air du temps.

    Sur le CPM donc, les journalistes si c’est très mauvais on peut rien leur reprocher.

  • Digression

    "La BBC annonce la mort de la reine d’Angleterre" (20minutes.fr - ‎Il y a 1 heure)

    "La BBC est confuse et présente ses excuses à la reine."

    Pas d’excuses en revanche de l’AFP à Sarkozy puisqu’il n’y a pas de nécessité. l’AFP, elle, ne fait pas de conneries, et en tout cas c’est pas pour cette année !

  • "Dans le bonnard des citations recueillies par "Le Louvre pour tous" vous n’allez pas vous recoucher sans avoir lu les deux ou trois plus exaltantes"

    ***

    -"J’avais visité le chantier il y a six mois et je ne pensais pas que l’on parviendrait à faire l’inauguration dans les temps, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, RÉPUBLICAIN LORRAIN | 12.05.10

    "Pour nous, c’est une expérience unique, ambitieuse et très exigeante. On serait incapables de faire un troisième Beaubourg sur la lancée…Alain Seban, président des Centres Pompidou et Pompidou-Metz, LE PARISIEN | 11.05.10

    "Ce musée est un acte culturel fort en même temps qu’un élément d’une politique stratégique de développement économique." Nicolas Sarkozy, président de la République, discours inaugural | 11.05.10

    ***

    Et là tu peux pas dire que les vrais thons c’est des Messins.

  • Dans le CPM sur le web, il y incontestablement du terrible catastrophique mais aussi de la jolie gaité, bref Metz c’est du Lucky Luke dans Tombstone.

    L’histoire a finalement bien tourné pour la ville.

    Selon la formule connue (d’après la citation comme ils disent au "Louvre pour tous", mais celle-là ils l’ont oubliée) :

    "The Town too Tough to Die," Tombstone was perhaps the most renowned of Arizona’s old mining camps.

  • "Noche de los museos regresa a Francia con inusual frío‎" (Prensa Latina)

    Tu vois finalement à quoi ça tient leur grande culture française !
    Et encore il faut recevoir les nouvelles un peu vraies de l’étranger

  • le CPM Patinoire

    Faut pas non plus broyer du noir ! si passé le premier attrait le Centre Pompidou-Metz devait un jour ne plus tellement marcher (ce qu’on ne souhaite évidemment pas !), on pourra toujours (c’est prévu) le transformer en patinoire géante à trois niveaux : l’été sur cette base, touristiquement parlant, ca tournera du feu de Dieu ! : regarde les Canadiens est-ce qu’ils font de sciants musées coûtant l’appeau du... ? , les Canadiens font tout bonnement avec beaucoup de bon sens partout des patinoires.

  • "Priorités"

    Que reproche-t-on à la culture en France, en dehors de l’extrême platitude qui fait dire à tous les cuistres cultureux que c’est du beau et du fabuleux ?

    Ceci : La politique en France n’a pas le sens des hiérarchies ou -disons- des priorités. La culture est dûment inscrite dans le préambule de 46, mais il n’a jamais été dit qu’elle devait venir avant le gîte et le manger, le travail et le loyer.

    La culture est en deux mots un détournement délibéré de la sueur et de l’argent du peuple au profit des crétins élégants.

    Les gouvernements devraient avoir une numéro d’ordre en ce qui concerne les portefeuilles ministériels (Nous on veut bien mettre Frédéric Mitterrand juste avant le ministère du foot !). La nouvelle politique pour ce pays devra au moins se poser la question !

  • La Culture et les banques ont pris trop de visibilté en France, c’est indécent !

  • "Pompidou-Metz, la vache histoire chinoise"

    Comme ça on n’y penserait pas, mais dans la joie immense et collective qui suit ce réel don du ciel qu’est le pompidou-2 à Metz, y a du chinois !

    D’abord l’architecture, signée Shigeru Ban et Gastines, est appelée chapeau chinois. On ne sait pas trop pourquoi, vu que Shigeru Ban est jap et Gastines nullement chinese.

    Mais bon ! y a pas que ça qui est chinois, y a la cuisine, spicy ! Car y a eu toute une rumeur ancienne et encore tout récemment, accréditant l’idée que si Metz avait été choisie à la place de Lille c’est parce qu’Aillagon ministre de la culture de l’époque se serait volontiers vu installé carré à la place de Rausch maire de la ville.

    Pas du tout ! Aillagon est tout à fait extérieur à ce genre de visée, il est seulement né par hasard à Metz sans penser un seul instant à mal. D’ailleurs Martine Aubry qui est en ce moment en Chine a démenti illico sur le sujet toute mauvaise idée de sa part.

    Donc l’affaire est réglée, si Aillagon finit finalement par être patron du château de Versailles, nous ne serions pas étonnés qu’apparaisse maintenant un splendide Versailles-2 situé à Lille par un vrai coup de bol.

  • "Can the Pompidou Center Revive a Fading French Town ?‎" - TIME

    C’est quand même le diable qu’il faille chercher ailleurs les bonnes questions que les journaux français devraient normalement se poser.

    Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de France. Vous ne trouvez pas ?

  • "Après la daube"

    Après la daube journalistique et culturelle française des premiers jours, qui a fichu tellement la honte à tous, peut-être ne faut-il finalement pas désespérer totalement. Les
    premières questions pertinentes vont peut-être maintenant être posées.

    ’Nous notons en tout cas ici-même dans Bellaciao l’article suivant :

    "BELLACIAO - Guggenheim-Bilbao et Pompidou-Metz "

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...

  • Culture : Attention ! d’après une vaste enquête sanitaire de "Medicalissimo" La cuistrerie à la française crée de plus en plus de graves allergies dans notre pays. Avant c’était seulement Paris, mais maintenant c’est flagrant en Lorraine et même en Polynésie.

  • "Boom boom boom la culture, crac crac crac l’économie"

    Tout n’est pas inintéressant dans ce qui se publie, même si le tour et le phrasé finissent le plus souvent assez systématiquement à la grande gloire de la "Culture à la française". Que la crise profite aux musées et aux expo n’est pas bien sûr sans étonner, l’article ci-dessous mérite assurément l’intérêt.

    Si cela est objectivement avéré, alors selon nous il faut en parler. En débattre peut-être.

    Ce que nous reprochons à la folie médiatique récente du CPM, c’est précisément de n’avoir pas fait ce travail !

    Les organes de la culture ont tout l’air (à tort ou à raison) de noyer quelque poisson !

    *******

    "La crise dope la fréquentation des musées" (Localtis.info
    publié le 19 mai 2010)

    "La sixième édition de la Nuit européenne des musées, lancée en 2005 à l’initiative de la France, a battu un nouveau record de fréquentation. Selon les chiffres publiés par la ministère, cette manifestation, organisée dans la nuit du 15 au 16 mai, aurait attiré près de deux millions de visiteurs en France, soit une hausse de 11% par rapport aux 1,8 million de visiteurs de 2009. Environ 1.300 musées ont participé à cet événement, contre seulement 1.000 en 2008. Si les grandes institutions muséales ont fait le plein de visiteurs, la vedette de cette sixième édition aura été, sans conteste, le Centre Pompidou-Metz. Inauguré le 11 mai par le chef de l’Etat, ce musée à l’architecture audacieuse a attiré 50.000 visiteurs durant la nuit et environ 100.000 sur l’ensemble de la semaine. "

    "...mouvement de fond : depuis 2007, la fréquentation des musées - tout au long de l’année - vole de records en records.... les chiffres publiés isolément par les musées témoignent d’une évidente progression. Comme pour d’autres activités culturelles (cinéma, festivals, monuments, opéras...), les musées semblent bénéficier de la crise économique. "

    "Différents facteurs sont avancés pour expliquer ce phénomène : recherche d’échappatoires à la crise, goût pour des activités plus durables et enrichissantes, mais aussi repli des vacanciers sur l’Hexagone, qui compense la réduction du nombre de touristes étrangers. Sans oublier les effets - discutés - de la gratuité de musées pour certaines catégories (voir notre article ci-contre du 9 avril 2009)."

  • La démocratisation de la culture en France ? Ok ! : en réalité quelque chose qui ressemble beaucoup à une politique de classe.

  • "Résumé" :

    Avec le Pompidou Metz, nous venons de vivre de grandes joies culturelles merveilleuses,
    en même temps qu’intellectuellement atroces.

    Mais bon ! on peut pas avoir tout de positif à la fois : déjà c’est assurément une grande chance qu’on ait aussi au moins la crise.

  • "Marketing La culture, nouveau filon des anciens bassins miniers" (Les Échos)

    Oui puis tu as des articles, t’as au moins le titre qui est trop bon !

  • "Pompidou-Metz, et ses chinoiseries"

    Comme ça on n’y penserait pas, mais dans la joie immense et collective qui suit ce réel don du ciel qu’est le pompidou-2 à Metz, y a du coup chinois !

    D’abord l’architecture, signée Shigeru Ban et Gastines, est appelée le chapeau chinois. On ne sait pas trop pourquoi, vu que Shigeru Ban est jap et Gastines nullement chinese.

    Mais bon ! y a pas que ça qui est chinois, y a la cuisine apparemment, spicy ! Car y a eu toute une rumeur ancienne et encore tout récemment, accréditant l’idée que si Metz a été choisie à la place de Lille c’est parce qu’Aillagon ministre de la culture de l’époque se serait volontiers vu installé carré à la place de Rausch le maire de la ville.

    Pas du tout ! Aillagon est tout à fait extérieur à ce genre de visée, il est seulement né par hasard à Metz sans penser un seul instant à mal. D’ailleurs Martine Aubry qui est en ce moment en Chine a démenti illico sur le sujet toute mauvaise idée de sa part.

    Donc l’affaire est réglée, si Aillagon finit finalement par être patron du château de Versailles, nous ne serions pas étonnés qu’apparaisse prochainement un splendide Versailles-2 situé à Lille par une sorte de coup de bol.

  • "Sarkozy threatens to pull France out of Euro currency group"‎ (Business Day)

    Nous aussi on s’est fait peur pour rien dans ce coup-là : tiens ! on serait sorti de l’euro, no problem : aussitôt on aurait délocalisé quelque part un nouveau centre Pompidou de l’ex-Euro.

  • Et puis la culture c’est tout un vrai trésor, et pas seulement spirituel !

    Imagine ! mais imagine ! on vendrait ne serait que le quart ou la moitié des vieilleries qui sont au Louvre, ou aurait de quoi pendant deux siècles couvrir le trou de la sécurité sociale et des retraites !

  • "Casse record au musée d’art moderne de Paris" (Le Figaro)

    "Cinq toiles de grands maîtres, dont un Picasso et un Matisse, ont été dérobées dans la nuit. Le montant estimé du butin pourrait atteindre les 100 millions d’euros."

    ****

    Ce qui est admirable dans cette affaire, même si, on en convient, l’exemple ici est criminel, c’est que la délicate action de formation artistique assurée par le ministère de la culture est quand même un authentique succès. Après l’étonnante symphonie de haut niveau du Centre Pompidou-Metz, on ne peut que dire bravo !

  • "CPM, la crise Pompidou-Metz ... et les lourdes autres"

    Bien sûr c’est la crise, mais -comme le dit Marianne- c’est peut-être exactement (pour une bonne moitié en tout cas) la crise de rire dans le pays. Pitié quand même ! nous, à force, ça nous essouffle beaucoup.

    Dans l’effondrement économique avancé où la France se trouve, l’hilarité collective est de plus en plus avérée.

    Il ne suffisait pas -depuis quelque temps- que les tringlés de l’UMP face la chasse au voile avec de gros tayauts en espérant provoquer sans doute une explosion dans les tuyaux ou au Trocadéro,

    Il ne suffisait pas que la France impulse par des mots une implosion durable au niveau de l’euro,

    Il fallait en faire trop aussi dans la Culture.

    De ce côté, ça s’est fait magnifiquement avec le CPM. On s’est dit juste après qu’on en avait baffré assurément de trop dans le ridicule.

    Ben non, pas du tout ! la coupe n’était pas bue encore jusqu’à son bout ni la choucroute terminée : nous avons le bonheur ce matin d’apprendre que Sarkozy veut mettre l’interdiction des déficits dans la Constitution. et nous apprenons aussi dans le Figaro que les oeuvres d’art volés hier pour 100 millions d’euros ne sont pas refourgables sur le marché. B’alors quoi qu’ils en font ? Personne ne sait ! Peut-être qu’ils vont les cramer.

    De toute façon en France ça pue déjà énormément le cramé !

    • "Concernant le vol de tableaux au Musée d’art moderne de Paris :"

      Un préjudice estimé à 500 millions d’euros, annonce à présent Metro. On voit tout de suite que le "vol" a pris de la valeur en une nuit ou deux. Parti de 100, il est déjà à 500 unités. L’art c’est quelque chose franchement d’inestimable.

      Et encore, dans le préjudice, n’inclut-on pas encore le bris de la fenêtre, le coût de l’assurance, les frais de limogeage des clampins et responsables concernés.

      Grâce à la presse, les Français sont cultivés, esthètes, ils accèdent maintenant à l’expertise des oeuvres d’art.

  • "Casse de maître dans un musée parisien" (metro)

    Mais le titre normal de la presse normale (qu’est-ce qu’on en a d’ailleurs bouffé !) c’aurait dû être (à une ou deux journées près) : La Nuit des musées a séduit près de deux millions de visiteurs ... [éblouis.] (par ex dans Libération)

    Là simplement y en avait quatre ou cinq (on parle de visiteurs) trop enthousismés et qu’on n’avait pas d’abord comptés !

    Visiteurs modérez vos enthousiasmes ! Rétrospectivement, ça met de la véritable frayesse quand on pense à tous ceux qui ont traîné leurs fesses au nouveau Musée de Metz.

  • Vols des tableaux : Mais qui a pu commettre un acte aussi stupide, les tableaux ne pouvant pas, on le sait, être revendus !

    Oh, l’intention n’était peut-être pas si mauvaise ! et c’est un secret probable de quasi-polichinelle : tout ça c’était une fois encore pour le développement de la Moselle !

Derniers articles sur Bellaciao :