Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Unité du Mouvement Antilibéral

jeudi 10 mai 2007 - Contacter l'auteur - 14 coms

Même si je pense que les législatives sont déjà perdues, il faut construire coûte que coûte l’unité du mouvement antilibéral pour l’avenir en respectant l’ensemble de ses sensibilités pour entrer en résistance et sauver tout ce qui peut encore l’être avant de reconstruire.

Reconstruire ça veut dire ne pas perdre notre temps dans des réunions stériles "entre nous" où chacun campe sur ses positions. Il faut au contraire faire participer la population à notre réflexion pour combattre la dépolitisation massive de tous ceux qui depuis des années n’ont pour s’informer que les médias au service du capital.

Reconstruire ça veut dire s’investir dans des mouvements durs auprès de ceux qui les premiers vont payer le prix fort les mesures réactionnaires de cette droite extrême. Pour cela, il va falloir s’organiser et en premier lieu mettre en place des caisses de solidarité pour que les luttes puissent durer, que les plus précaires ne soient pas laissés sur le carreau et puissent aussi s’y investir de façon durable.

Aujourd’hui il y a urgence :

Concrètement, j’attends du PC qu’il s’oppose à tout accord avec la direction du PS pour les législatives d’abord, puis pour les cantonales et les municipales ensuite. La direction du PS a mené une campagne libérale les yeux tournés vers sa droite et leur projet de société s’oppose au notre.

J’attends aussi de la LCR qu’elle rejoigne les collectifs.

Ces deux conditions auront le mérite d’obliger un certain nombre de militants actuels du PS à se positionner et permettront d’autre part partout où c’est possible de présenter des candidats uniques antilibéraux.

Je ne suis ni naïf, ni rêveur et je suis conscient que notre premier combat va être de se battre pour faire plier les orgas mais nous devons en passer par là.

La bipolarisation, le bipartisme ne sont pas inéluctable mais nous devons reconnaître que l’échec d’une candidature antilibérale unique a contribué à le renforcer.

Tous ensemble, la lutte continue.

Fred

Mots clés : Collectifs Unitaires / Législatives 2007 /

Messages

  • Oui, ton propos complète le mien ce jeudi 10 mai 2007 (16h52) :
    Construire l’unité dans la clarté
    FACE A UNE DROITE DURE CONSTRUIRE L’UNITE MAIS SUR DES EXIGENCES CLAIRES
    http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=48122

    Bon courage CD

  • notre premier combat va être de se battre pour faire plier les orgas

    C’est ce à quoi s’est attelé Bové, avec le succès qu’on sait, de faire plier les orgas. Je pense entre autre à ses violentes attaques contre la LCR et le PCF dans sa campagne télé.

    Mais apparemment, dans l’électorat de gauche qui a résisté aux sirènes du vote utile, il n’a pas convaincu que la priorité était de "faire plier les orgas", le candidat Bové... Quand on se plante, il faut peut-être s’interroger sur la validité des choix stratégiques...

    OC

    • Faire plier les "têtes" des orgas, parce que les orgas en elles-mêmes ce sont les partis, donc les militants.

      Si eux veulent s’unir (sans se dissoudre, le parti unique est un leurre, à moyen terme en tout cas), alors ça se fera.

      La tête du PCF semble hésiter, pour moi il n’y a pas à tortiller, indépendance totale vis à vis du PS sinon le part finira comme le Parti Radical de Gauche, quelques élus mais un poids politique réduit à zéro.
      Recherchons des accords électoraux avec la LCR, voire avec des gens de chez Bové (lui ne se présente pas, le problême est réglé).

    • Faire plier les "têtes" des orgas,

      Pour ne parler que de ce que je connais bien, la LCR, cette dualité entre une tête (une direction, un appareil) et les militants n’est que fiction. La LCR a suivi et suit la route que la grosse majorité des militants a défini (quoiqu’on pense de cette route, qu’elle soit bonne ou mauvaise). ça n’aide pas à une bonne analyse de la situation de partir d’une vision déformée (pour le moins) de la réalité.

      Et parler « des orgas », c’est un peu schématique, il me semble. Elle n’ont pas le même poids, la même histoire, les mêmes pratiques...

      OC

  • Il y a parmi les anti-libéraux, certains qui ne veulent pas des communistes, ni des sensibilités révolutionnaires ; ça commernce mal, ou ça continue, au choix...Cath.

    • Pour le collectif d’agen en tout cas, les anti libéraux ne veulent pas des communistes donc c’est clair alors il aut arrêter de faire porter le chapeau aux orgas, c’est un peu trop facile. En tous cas pour moi, je ne réitèrai pas l’expérience, je ne suis pas maso pour risquer à nouveau de me faire insulter au nom d’un anticommunisme primaire ! Que l’on m’explique pourquoi bové et le facteur et Lo n’ont pas cessé de taper sur le PCF plutôt que sur la droite et le medef ? Joelle d’agen

  • A propos des législatives le PC doit présenter 510 candidats(sur 577 circonscriptions)
    Il lui sera dur de conserver son groupe parlementaire.
    Par ailleurs certains groupes oppositionnels du PC, qui ne se reconnaissent ni dans la direction actuelle, ni dans la gauche antilibérale doivent présenter des candidats dans certaines circonscriptions.

    Jean-Yves

  • "Mouvement antilbéral" ?

    Déjà rien que le terme est une ânerie.

    • Je sens que je suis d’accord avec toi, mais j’aimerais que tu développes l "ânerie". Pour moi, les collectifs tombent aussi dans le même piège que les "orgas". Il faut inventer d’autres formes de luttes, sans déposséder les uns et les autres de leur parole, et dans le sens d’un vrai contre-pouvoir, démocratique dans sa structure. Cath.

    • si le pcf seul pense avoir 20 député avec moins deux pour cent , alors olivier besancenot peut en esperer 50 député lcr !!! et une dizaine tendance alter ...

      et zéro pour les trois tendance si pas d’unité ...

      on continue le massacre

    • Dans tous ces commentaires nous sommes toujours à 100% sur ce qui nous gratte. A mon sens il nous faudra un peu plus d’une semaine pour tirer les analyses de 26 ans de social démocratie avec quelques intermitences de droite qui ont traversé et influencé tout le monde du travail et de la création...on est loin d’en prendre la mesure, c’est beaucoup trop tôt...

      Mais le mouvement antilibéral, par nature, est-il en capacité de tirer des analyses de fond ?

      C’était une idée bien sympatique à laquelle moi aussi j’ai adhéré sans imaginer que le représentant de Jaurés, de Guy Mocquet, pour la majorité des électeurs serait Naguy de Bocsa...emportant ses références préférées au Fouquets et dans la barque de 60 mètres de long aux abords de Malte !

      Quand le capital ne peut plus gérer lui même ses affaires, il les confie aux sociaux démocrates et à leurs alliés gérant loyaux. Mais quand il a ses représentants présents en force, il reprend ses affaires en main. On n’est jamais si bien servi que par soi même...

      Membre actif d’un collectif antilibéral non anticommuniste, des choses m’ont marqué en particulier dans nos débats, notre travail commun, notre réflexion. Un jour une personne qui n’appartenait pas au parti communiste réclamait les analyses que de vieux communistes tenaient dans le temps car aujourd’hui on était perdus ! Eh oui... une envie de retour aux fondamentaux...

      Galou des Landes

  • Le premier devoir sera de se battre contre Sarkozy et pour cela nous aurons besoin d’orgas comme tu dis !!!

    Quant aux négociations avec le PS, il faut arrêter de se raconter des histoires, le mieux est d’aller sur le site du PCF pour lire le compte-rendu du CN et la déclaration de MGB.

    Pour les cantonales et les municipales, tu te fais plaisir mais il y a des vrais gens qui souffrent dans ce pays et beaucoup dans des municipalités de gauche. Alors je crois qu’il faut que tu mesures les conséquences politiques de ta proposition qui ferait basculer des mairies à droite par le jeu des institutions lié à des luttes fratricides : baisse des crédits sociaux, délabrement accéléré des HLM, opérations immobilières destinées à faire grimper le prix du terrain, démunicipalisation des services publics.....à terme modification sociologique de la composition de la population.

    Fred, dans quel monde pur virtuel vis-tu ?

    JP VEYTIZOUX

  • Unitaire.....rien qu’à la lecture de ce document, je hurle. "" j’attends du PCF, j’attends du..., etc""
    Alors voilà, j’ai contribué dans ma ville aux différents débats du collectif anti libéral avec toujours à l’esprit les 125 propositions......au fil des débats, certains et certaines ont commencé à déclarer : "si c’est machin truc, je ne suivrais pas...." vachemnt unitaire comme démarche.

    Après nous avons vu la mise en oeuvre de la stratégie de l’équipe Bové définie depuis avril/mai 2006......cette équipe a suivi sa stratégie de bout en bout jusqu’à réfléchir à quel moment ils allaient balancer la pétition ""Uni avec machin truc"......nous avons découvert les mensonges, les contradictions, la victimisation, le messie, le sauveur......pour des gens qui disent vouloir faire de la politique autrement, ils n’ont rien eu à envier des méthodes du FN...à vomir....

    Alors combien de militants ^potentiels sont restés chez eux pendant cette campagne ???

    On me propose actuellemnt de reprendre part aux débats, voir à des activités au sein du collectif anti libérale de ma commune

    Bref vous aurez compris que je réfléchis et que ma motivation est au plus bas......

    En revanche j’attends beaucoup d’une reconstruction pour les européennes de 2009 et ce travail peut etre effectué dès septembre 2007.....

    Bruno.B

  • Je sens que je suis d’accord avec toi, mais j’aimerais que tu développes l "ânerie". Pour moi, les collectifs tombent aussi dans le même piège que les "orgas". Il faut inventer d’autres formes de luttes, sans déposséder les uns et les autres de leur parole, et dans le sens d’un vrai contre-pouvoir, démocratique dans sa structure.

    Cath.

    Tout d’abord, je préfère parler de socialisme, de marxisme, d’internationalisme que de "mouvement antilibéral", notion vague, informe, fourre-tout, vide de sens (au sens littéral du terme) et de contenu

    Enfin si... du keynesianisme, de la "justice sociale" à la John Rawls : la bourgeoisie peut dormir tranquille.

    Ce genre de glissement sémantique montre que l’on navigue en pleine idéologie (terme à prendre dans son acception marxiste). Ensuite avant de mettre les tuiles sur le toit, l’on se doit d’avoir des fondations et si possible solides.

    Alors la marotte actuelle, c’est de ressasser à qui mieux mieux "unité, unité unité !".

    Mais unité de quoi ? avec qui ? pour qui ? pour aller où ?

    J’aimerais qu’on m’explique ce que les communistes ont de commun avec les décroissants, les trotskistes, les altermondialistes, les anti-ceci, les anti-cela etc.
    Que doit la classe exploitée à ces derniers ?

    RIEN

    Rien n’est commun, à moins de sombrer dans un nominalisme à la petite semaine et de ne s’en tenir qu’au mot "antilibéral" comme point de jonction. La belle affaire...

    Enfin, quand allons-nous tirer les leçons du Programme Commun ? Si le PS apparaît comme une "force de gauche" et se targue de l’être, n’est-ce pas parce qu’il a profité collatéralement de son alliance avec le PC, gagnant ainsi une respectabilité et une façade de gauche (sur laquelle il vit toujours), alors qu’il n’a toujours été à la base qu’une formation sociale-libérale de plus, bientôt centriste (souvenez-vous de la "Grande Fédération" si chère à Deferre dans les années 60).

    Le PC en tentant de s’allier avec les soi-disants "antilibéraux" refait la même erreur et nous nous exposerons, une fois de plus, aux même déconvenues.

    Il est grand temps que nous nous affranchissions de certaines mythologies tenaces : alliance PC/PS, spontanéisme soixante-huitard dont les "comités antilibéraux" n’ont été, en fin de compte, qu’un énième avatar.

Derniers articles sur Bellaciao :