Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS

de : Himalove
mardi 7 décembre 2010 - 10h04 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires

« On pourrait dire que l’Occident a perdu l’avenir ; et sans avenir, son système politique perd le seul concept qui le valide. » Salman Rushdie (« In God We Trust »)

La retraite d’Afghanistan ressemblera à un sauve-qui-peut général où les militaires, après avoir dépensé des milliards de dollars pour massacrer hommes, femmes et enfants, apparaitront pour ce qui sont : d’absurdes criminels que seules l’ignorance et la bêtise de nos contemporains sauvent de la prison.

CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS

« La guerre est faite de tout sauf de transparence »

Fuite orchestrée, construite par des officiers du renseignement, les 105 000 documents livrés au public, par le site islandais WikiLeaks, offrent peu d’intérêt pour les amoureux de la vérité.

Les amateurs de scoop, de scandale, de petites histoires, resteront sur leur faim.

La fausseté du prétexte qui a motivé, en décembre 2001, l’invasion puis l’occupation de l’Afghanistan, est savamment dissimulée, dans les plis du drapeau.

Pas un instant, les traitres « qui menacent la sécurité nationale », selon l’expression de Washington, ne dénoncent les marchands de canons, les multinationales du crime, la CIA ou les compagnies militaires privées.

La coïncidence entre le boum de la production d’opium, dans la région du Helmand, au sud-est de l’Afghanistan, et l’occupation anglo-saxonne, n’est même pas évoquée.

On ne retrouve pas, dans cette poubelle renversée sur la Toile, les ordres de mission relatifs aux crimes de guerre, perpétrés par l’US Air Force ou les Marines, à Nawabad, le 21 août 2008 et à Bala Batuk, le 5 mai 2009.

Hormis les prisonniers et les transfuges, parlant sous la torture ou pour de l’argent, aucun rapport ne donne la parole à la Résistance ni aux milliers de villageois qui vivent dignement, sous les bombes, et qui auront contribué, à leurs manières, au départ de l’étranger.

La représentation des choses ici demeure fermement aux mains de l’Occident.

Seuls des « journalistes embarqués », des photographes de l’armée ou de soit-disant experts, le M16 en bandoulière, sont autorisés à dire la réalité.

Et malheur au reporter qui essaierait de donner à voir autre chose que la propagande : il serait tué ou pris en otage par un groupe armé.

Les journalistes français de Fr3, captifs depuis presqu’un an, quelque part dans la vallée de la Kapisa, payent, aujourd’hui, le prix de ces paroles et images confisquées.

L’Histoire de cette seconde guerre d’Afghanistan doit être écrite par l’Amérique – dans la victoire comme dans la débâcle.

Tel est peut-être l’unique message qui émane de cette montagne de papiers, flottant dans l’arbre stérile d’Internet.

LE GRAND MÉNAGE AVANT UNE RETRAITE PITOYABLE

Comme dans les films évoquant la chute de Saïgon, en 1975, les petits fonctionnaires américains brûlent tous les documents compromettants et ne sauvegardent que l’essentiel : leur propagande.

Les « sources » de Julian ASSANGE, responsable de WikiLeaks, ambitionnent, avec une avalanche de détails, de conforter les fables qu’on nous sert depuis les attaques de New-York.

Entre autres : la collusion de l’armée pakistanaise avec les talibans et l’aide militaire, apportée par l’Iran, au groupe sunnite de Guldbudin HEKMATYAR, le Hezb-i-Islami.

Mais le nombre de preuves assénées par des militaires dont la première mission n’est pas exactement l’information n’en font pas des certitudes recevables par un tribunal.

Les accusations portées contre le général pakistanais à la retraite, Hamid GUL, présenté comme une sorte de « roi des talibans », frisent le ridicule et ne résisteraient pas, cinq minutes, à l’analyse d’un juge d’instruction.

Les charges contre ce vieillard de 75 ans, décoré à la chute du Mur de Berlin, par le gouvernement allemand, « pour services rendus », rappellent les injonctions de Condoleeza RICE qui demandait, en décembre 2008, l’arrestation immédiate de l’ancien directeur de l’Inter Service Intelligence (ISI).

« Le vainqueur de l’armée Rouge », fort en gueule, qui connaît très bien les méthodes de la CIA – il a travaillé pour eux pendant vingt ans – avait eu l’outrecuidance de dénoncer les auteurs des attaques de Mumbay, le 26, 28 novembre 2008, comme de probables mercenaires à la solde de Langley, soutenus par l’Intelligence Bureau indien (1), le M16 et le MOSSAD.

Le but des attaques de Mumbay, attribuées officiellement au groupe Cachemiri, le Laskar-e-Toyba, étant de créer un casus belli et de forcer le gouvernement de Manmohan SINGH à entrer en guerre comme ce fut le cas, après l’attaque du parlement indien, le 13 décembre 2001...

Peu de nos concitoyens savent qu’il y a un lien intime entre l’évolution de la situation politique, militaire, en Afghanistan et la question disputée du Cachemire, occupé par l’armée indienne.

Chose que Wikileaks et « nos balances du Pentagone » laissent volontairement dans l’ombre...

LES MACHOIRES INDIENNES DU PIEGE AFGHAN

Lors de l’invasion de l’Afghanistan par les soviétiques, en décembre 1979, Indira GANDHI fut l’une des rares dirigeantes des pays non-alignés à saluer l’arrivée des Soviets à Kaboul ; et le gouvernement de son successeur, le premier à déplorer leur retrait lorsque l’URSS décida de retirer leurs troupes en 1989.

Car la chute du régime pro-soviétique de Najibullah et le triomphe des talibans, à Kaboul, provoquèrent et aidèrent une insurrection pro-pakistanaise, à Srinagar, dans la partie est du Cachemire, occupé, depuis 1947, par l’armée indienne.

Une insurrection qui dure et retient l’attention de 400 000 militaires et para-militaires indiens.

Dans la seconde guerre d’Afghanistan, une configuration, plus dramatique, se met en place et inquiète le commandement de l’ISAF.

Le plan de « sortie honorable » qui mise sur la capacité de l’armée afghane à assurer seule la sécurité du pays ne tient pas.

La nature profondément féodale et « anti-nation » des montagnards pachtouns interdit toute forme d’espérance aux occupants.

Les structures étatiques et le voile de modernité qu’avaient laissé les soviétiques à leur départ, en février 1989, avaient tenu à peine deux ans...

Mais ce qui rend plus périlleux la transition, c’est le « Grand jeu » auquel se livrent la puissance indienne qui a repris les ambitions du Raj britannique et le Pakistan au bord d’une révolution islamique.

Le risque permanent de clash entre l’Inde et le Pakistan, deux puissances à couteaux tirés, qui possèdent l’arme nucléaire, obère toute sortie maîtrisée du corps expéditionnaire, le forçant à dépendre de l’une ou l’autre des nations rivales.

La Russie, la Chine, la république iranienne, les républiques d’Asie centrale, pour différentes raisons, quant à elles, malgré leurs rivalités avec les États-Unis, ne souhaitent pas le départ du corps expéditionnaire et regardent perplexes le drame se jouer.

Cette impossibilité des coalisés à fixer clairement les conditions de leur retrait, en 2014, et d’empêcher les conséquences (l’entrée victorieuse de talibans à Kaboul, une guerre entre le Pakistan et l’Inde, suivie d’une révolution islamique en Afpak) pourrait conduire l’OTAN à l’implosion.

Un soldat du contingent hollandais qui désertait récemment le piège afghan résumait ainsi le désastre : « Ce fut une erreur d’y mettre le pied et une plus grande encore de le lever. »

UN « CAPITALISME DU DÉSASTRE » QUI NE RÉUSSIT PAS A L’OTAN

Le Pakistan, ex-membre de l’OTASE, est le plus grand dommage collatéral de l’aventure.

Au lieu de stabiliser la région, la présence américaine, « dans la montagne rebelle », a provoqué une guerre civile, au Pakistan, qui a fait des millions de réfugiés et coûté la vie, selon Zaïd Hamid Zaman (journaliste pakistanais, consultant à Brasstrack) « au moins à vingt milles personnes ».

Les bombardements des populations par les drones de la CIA, les attaques kamikazes dont beaucoup se demandent, eu égard aux cibles choisies (cinémas, marchés, mosquées), s’ils ne sont pas l’œuvre de groupes terroristes payés par l’étranger, ont créé les conditions propices à une révolution islamique anti-impérialiste, au sein même de l’armée.

Si les documents militaires, divulgués par WikiLeaks, montrent bien le trou béant dans lequel s’abîme chaque jour davantage l’aventure coloniale, les sources militaires se refusent à montrer l’ampleur des dégâts que la CIA et leurs compagnies privées comme Black Water, ont commis au Pakistan.

Pire, elles trahissent l’intérêt de leur propre pays en épousant les vues de la puissance régionale dont le général MacChrystal, lui-même, dénonçait, avant d’être remercié, « la présence de plus en plus néfaste en Af-Pak ».

Toutefois cette analyse considérant l’influence indienne « néfaste » n’est pas partagée par l’Etat-major des forces d’occupation.

Notamment les Français qui ont fait défiler, le 14 juillet 2009, un contingent de la marine indienne sur leurs propres Champs-Elysées...

L’analyse de ces derniers correspond à celle des diplomates de New Dehli, qui envisagent, dans la revue « Indian Foreign Affairs Journal », de janvier-février 2010, la périlleuse période de transition.

A savoir : l’envoi d’un corps expéditionnaire indien, sous mandat onusien, d’abord dans la vallée du Panshir, puis déployé sur l’ensemble des zones pachtounes tenues par les coalisés.

Une telle hypothèse déboucherait inévitablement sur une guerre avec le Pakistan et une intervention, peut-être, de la Chine qui a signé des accords de défense avec Islamabad.

Pour les Pakistanais, « le pire reste toujours possible » car l’Inde, ex-pays non aligné, a signé, en 2005, un formidable accord stratégique avec les États-Unis.

Pour appuyer ce dispositif, l’Indian Air Force (IAF) occupe déjà une base militaire louée précédemment aux Français, à Douchanbé, au Tadjikistan.

De plus, le Border Road Organization (BRO), protégé par quelques dix milles paramilitaires de l’Indian Tibetan Border Police Force (ITBPF), présents en Afghanistan, a construit une route stratégique de la frontière iranienne à Kandahar.

Après négociation avec un Iran, soumis à un embargo sévère et dépendant pour son raffinage de la compagnie indienne, ONGC, l’Indian Navy qui disposera bientôt d’un nouveau porte-aéronefs, escortés de sous-marins de type Scorpène, pourrait débarquer un corps expéditionnaire de plusieurs centaines de milliers d’hommes à l’horizon 2014.

Les marqueurs présageant un tel exercice, dans l’Océan indien, sont nombreux.

De 2001 à 2009, les manœuvres avec les forces de l’OTAN se sont multipliées, les commandes de matériels militaires, notamment en navires de guerre, à l’étranger, ont quadruplé de volume.

Signe que l’intention n’est pas nouvelle : en décembre 2001, l’US Navy confiait à la flotte indienne l’escorte des pétroliers qui ravitaillent le corps expéditionnaire du détroit d’Ormuz aux eaux sombres du littoral (opération Sagittarius).

Or depuis 1947, le Pakistan, ex-membre de l’OTASE, est historiquement le porte-avions de l’impérialisme US, dans la région.

Encore, aujourd’hui, l’armée pakistanaise, sur ordre de Washington, se bat, avec acharnement et beaucoup de brutalité contre ses propres populations insurgées du FATA et du Waziristan, lesquelles sont bombardées régulièrement, depuis 2006, par les drones de la CIA.

Cette guerre civile, provoquée, en grande partie, par l’invasion et l’occupation de l’Afghanistan, a fait, depuis le début de l’opération Enduring Freedom, en deçà de la ligne Mortimer-Durand, plus de morts que les quatre conflits avec l’Union indienne.

Une majorité de pakistanais pensent sérieusement que les États-Unis, malgré leurs aides financières (plan KERRY-LUGAR), avec la complicité active de l’Inde et d’Israël, sont à l’origine de leurs malheurs.

Des intellectuels nords-américains comme le canadien Michel CHOSSUDOVSKI confirment leur point de vue ; un article du dissident explique la déstabilisation planifiée de la république islamique.

Pas une note des 105 000 documents secrets, publiés par WikiLeaks, n’évoque cette dimension !

L’armée pakistanaise fait pourtant partie du CENTCOM et nombre de bases importantes comme Jacobadad d’où partent les drones qui massacrent les Pachtouns, au Wasziristan, sont consacrées au déploiement de l’US Air Force.

On estime à quelque 20 000 hommes la présence américaine sur le sol pakistanais : soldats, pilotes, diplomates, agents de différents départements (FBI, DEA, etc.), mercenaires de compagnies privée comme Xe ou Vinel.

L’ambassade US à Islamabad dirige quasiment le gouvernement ZARDARI-GILANI dont le soutien, dans la guerre contre le terrorisme, est crucial.

Mais ce soutien à l’impérialisme est à double tranchant, s’il satisfait les étrangers, il éloigne de plus en plus les populations locales de leur propre gouvernement.

A bien des égards, « le double jeu » évoqué par WikiLeaks serait plus le fait des américains que des officiers pakistanais.

Le chef d’état-major, le général KAYANI comme le général MUSHARRAF, actuellement en exil à Londres, ont fait leurs classes dans les académies US et sont des amis intimes de l’amiral Mike MULLEN qui commande la flotte de la zone Asie-Pacifique.

Pourquoi ces simples informations dont on pourrait vérifier l’exactitude, dans n’importe quelle encyclopédie en ligne, ne figurent-elles pas dans les papiers de WikiLeaks ?

La guerre racontée par le site « pacifiste » témoigne, semble-t-il, de l’âpre combat que se livrent, par informations divulguées, des éléments proches de l’ancien gouvernement BUSH, pro-indiens, et une administration OBAMA, en plein désarroi, qui tient l’armée pakistanaise comme la clef de voûte pour sortir, dans l’honneur, du bourbier afghan.

CONCLUSION PROVISOIRE

La guerre en Afghanistan n’est pareille à nulle autre : une fois commencée, elle ne s’achève jamais avant la disparition complète de l’envahisseur et ceux et celles qui les ont aidés.

Dans les massifs himalayens de l’Hindou Kouch, les âmes des hommes, tués par les armes, poursuivent les vivants d’une haine sans fin.

Le complexe militaro-industriel va connaître, pour la première fois de son histoire, un échec retentissant face à une société archaïque, profondément religieuse, dont le moteur n’est pas l’argent mais la Vengeance.

HIMALOVE


. 1.Lire le livre édifiant, écrit par le chef de la police de l’état du Maharashtra, à la retraite, S.M. MUSHRIF, sur les attaques de Mumbay du 26 novembre 2008, « Who Killed KarKare ? The real face of terrorism in india ». book@pharosmedia.com www.pharosmedia.com


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS
7 décembre 2010 - 10h22 - Posté par Roberto Ferrario

Himalove je te repose la même question Côme est possible que tu a lue les 250.000 documents vue que pour l’instant seulement 1100 on été publie ?



CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS
7 décembre 2010 - 10h37 - Posté par himalove

Quand ils seront publiés, tu m’envoies par courriels tous ceux qui mettent en péril Israël, je suis certain que ma boîte e-mail ne sera pas encombrée.


CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS
7 décembre 2010 - 10h58 - Posté par

Roberto, au sujet de la question que tu poses à Hymalove : Comment se fait-il que tu parles comme d’un fait avéré de l’existence des "250000 documents" étant donné que toi-même tu admet qu’ils n’ont pas été publiés en leur intégralité et qu’on ne peut en "certifier" que 1100 ?

Leur existence n’est relatée uniquement que par les doléance de ceux à qui on "aurait" détourné ces documents. C’est-à-dire le "DOD" et le "State Department" usaméricain ainsi que "Langley". Et à moins de leur faire totale confiance...((- :

Tu reconnaîtras avec moi que ces assertions, venant de ces sources, sont tout sauf fiable.

Quant à ce qui a été publié, (et tu le dis toi -même c’est pas grand chose par rapport au nombre de "files" revendiqués), ça a été décortiqué à la loupe...

Et effectivement y pas grand chose d’autre que ce que peut en sortir Hymalove, qui d’ailleurs semble connaître la situation locale assez exactement pour en sortir une analyse cohérente.

Pour mon compte tout les faits dont il fait état, y compris les rapports entre les Etats du Centre-Est et la Chine, ainsi que l’historique sur l’Afghanistan et les Russes soviétiques correspondent à des faits que j’ai validés depuis longtemps et qui sont bien connus des spécialistes. En plus ça éclaire d’une lumière cohérente bien des événements qui semblent "décousus" pour ceux qui n’ont que les infos "mainstream".

Amicalement,

G.L.


CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS
7 décembre 2010 - 11h33 - Posté par himalove

Merci G.L. de ton soutien.

L’article ci-dessus a été repris par nombre de journaux électroniques en ligne.

Si bien qu’il figure sur une des pages Wikipédia consacrée à WikiLeaks.


CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS
7 décembre 2010 - 19h51 - Posté par Copas

Roberto a posé une question sans réponse de Himalove :

Himalove je te repose la même question Côme est possible que tu a lue les 250.000 documents vue que pour l’instant seulement 1100 on été publie ?

Wikileaks ne prétend pas distribuer une vérité contrairement à ce que les paranos distribuent d’injonctions , ils ne font que révéler ce qu’ils ont reçu et qui ne semble être que des avis de divers services US de tous niveaux.

Ca n’éclaire pas sur la réalité ni n’indiquent des analyses et avis justes, mais ça éclaire sur les regards portés par les hommes et femmes qui font partie du plus gros appareil d’état de la planète, qui, comme toute grande bureaucratie enregistre énormément de choses et écrit énormément de choses

Il ne s’agit ni de prendre parti pour, ni de prendre parti contre , contrairement à ce que prétendent les paranoïaques.

Ce qu’on peut juste indiquer c’est que les immenses cris de haine qui montent partout sur la planète en provenance des grands médias majoritairement et de la quasi-totalité des appareils d’états des grands pays capitalistes indiquent que les personnes qui les composent ont une trouille bleue de contenus qu’ils ne connaissent pas probablement.

L’immense corruption des appareils d’état capitalistes fait que, quelque soient les contenus des documents issus de l’appareil d’’état américain, la légion de ceux qui ont une peur bleue qu’apparaisse sur la place publique leurs saletés doit être énorme.

Les mots utilisés par les représentants de beaucoup d’états frisent les appels au meurtre. C’est un fait constaté. Alors est-ce une manip ? possible mais Himalove aussi en ce cas peut être un sbire de la CIA, sauf que les appareils d’état du monde ne semblent pas faire des appels au meurtre contre lui.

Et effectivement quelques grands journaux bourgeois qui publient les "documents" sont ce qui se rapprochent le plus d’une assurance vie pour le ouikilik et pas tant en ce cas une complicité avec des médias bourgeois.


CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS
7 décembre 2010 - 10h41

cher,

grand merci pour cet eclairage rare,n’ayant pas lu un seul des documents sur l’Afghanistan,publiés il y a quelques mois, que tu mentionnes,je note et respecte ton point de vue.

En revanche,vue la petaudiere millenaire qu’est cette zone du monde,il n’est pas certain que les etats protagonistes antagoniques ? (Inde,Pakistan etc) et leurs armées respectives n’implosent avant 2014.

Toute strategie ,qui dans le temps present ,ecarte les dynamiques contradictoires a l’oeuvre, ne prepare pas a l’inconnu.

Plus rien n’est rectiligne,ni d’ecrit.....



CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS
7 décembre 2010 - 11h00 - Posté par

un des transporteur des infos de wikileaks a dit le nombre de textes sur israel qui existent sur les 250 000 , c’est 4 000 il faudra voir ce qu’ils disent...


CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS
7 décembre 2010 - 11h27

discussion très intéressante

 ce que dit Wikipedia sur wikileaks

http://fr.wikipedia.org/wiki/WikiLeaks

 wikileaks

http://213.251.145.96/cablegate.html

je ne peux pas télécharger donc je ne sais pas s’il y a bien dispo les 250 000 documents ou pas.



CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS
7 décembre 2010 - 11h42

http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...

Que ce soit une religion ou une autre qui COUVRE des malversation, c’est kifkif. Certains pays utilisent cette religion-là comme support d’oppression, ceux-ci cette religion-ci. C’est CELA qu’il ne faut pas que nous perdions de vue. Lorsqu’on dit (apparemment dans l’erreur) que les "fuites" de Wikileaks sont tendancieuses, il faut préciser que cette tendance est AUSSI favorable pour un bord que pour l’autre d’un antagoniste qui est AUSSI malfaisant.. on paraîtra plus intelligent.



CE QUE NE DIT PAS WIKILEAKS
7 décembre 2010 - 16h23 - Posté par

L’ambassadrice américaine au Liban Maura Connelly a fermement condamné les fuites préméditées de documents secrets par le site Wikileaks, accusant certaines parties de vouloir porter atteinte aux relations entre Washington et Beyrouth pour provoquer un conflit et semer la méfiance entre les deux pays.

accessoirement faudrait être obtus pour croire que les states nous veulent du bien et comme dit un proverbe local : l’essentiel est que personne ne l’ait su !! mais fallait pas parler et agir de la sorte , qu’on le sache enfin à peu près officiellement est une bonne chose mais pas une surprise il est vrai que feltman promettant la guerre civile pour noel ça vous inscrit pas forcément au fan club des states !!!!!!!!!!!!!!!!






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite