Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

TUNISIE : La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !

de : PCOT via Alain Chancogne
lundi 28 mars 2011 - 13h54 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires

Parti communiste des ouvriers de Tunisie

La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution

Après avoir milité 25 ans dans la clandestinité, le Parti communiste des ouvriers de Tunisie vient d’être enfin légalisé. Ce n’est pas seulement une victoire de ses militantes et militants, mais aussi celle des travailleurs et de l’ensemble du peuple tunisien.

Cet événement a une portée symbolique importante, c’est un fruit parmi d’autres de la révolution du 14 janvier qui a fait chuter Ben Ali, imposé le droit d’organisation et inauguré une ère nouvelle pour la Tunisie et son peuple.

Le PCOT a été créé le 3 janvier 1986, jour du deuxième anniversaire du soulèvement glorieux du pain, une façon d’afficher notre détermination à lier notre sort à celui du peuple tunisien, à défendre ses intérêts et ses aspirations légitimes pour une vie digne, où règnent liberté, démocratie et justice sociale. Le PCOT a traduit ces engagements dans son programme politique et ses pratiques militantes, sous le slogan de la « révolution démocratique nationale et populaire », il a continué à le défendre au prix de sacrifices énormes : Nabil Barakati est mort en martyre, des centaines parmi nos militantes et militants ont été torturés, emprisonnés et privés de leurs droits les plus élémentaires, plusieurs d’entre eux ont connu l’exil.

Notre Parti a accompagné notre peuple durant un quart de siècle, faisant de la chute de la dictature un objectif primordial, considérant qu’elle constitue un obstacle majeur à l’émancipation du peuple et à la renaissance de la patrie. Le Parti avait entièrement confiance en notre peuple, il a lutté contre la pensée réactionnaire qui le sous-estimait, l’accusait d’impuissance et de résignation. Il a continuellement œuvré pour élever sa conscience et l’organiser selon ce que permettait l’action clandestine et l’absence de libertés. Il a été de toutes ses luttes et contribué à unir l’opposition pour garantir la victoire contre la dictature.

La révolution du 14 janvier est le couronnement de plus de 20 ans de lutte et de sacrifices du peuple tunisien, de ses enfants avec leurs différentes tendances idéologiques et politiques, opposantes à la dictature, qu’ils soient organisés dans les partis, associations et organisations syndicales et de défense des droits humains ou non organisés.

Cette révolution a pris plusieurs dimensions, c’est une révolution politique contre la tyrannie et l’assujettissement, une révolution sociale contre l’exploitation et la corruption, une révolution patriotique pour la dignité. La révolution ne s’est pas arrêtée en Tunisie, elle s’est étendue à d’autres pays arabes, où les peuples se soulèvent contre des régimes tyranniques et corrompus et les font chuter l’un après l’autre.

La révolution du 14 janvier n’est pas encore achevée car elle n’a pas atteint tous ses objectifs, malgré le chemin parcouru. Les forces réactionnaires la guettent et tentent de la faire avorter, soutenues en cela par les Etats Unis et la France, elles veulent la réduire à une simple réforme de l’ancien régime, sans pour autant toucher ses fondements et ses bases économiques et sociales. La question fondamentale dans toute révolution c’est le pouvoir, et tant que les catégories qui ont fait la révolution ne détiennent pas le pouvoir, on ne peut conclure à son achèvement et sa victoire. C’est le cas en Tunisie où le peuple s’est soulevé mais n’a pas encore obtenu le pouvoir.

Dans la première phase de la révolution, le peuple a fait chuter le dictateur. Dans la deuxième phase qui concerne la victoire contre la dictature, le peuple est parvenu, grâce à sa vigilance et sa détermination, à faire chuter le gouvernement Ghanouchi et à imposer la revendication d’une assemblée constituante et la dissolution du RCD et de la police politique. Il a également élargi le champ des libertés d’expression et d’organisation de manière considérable.

Pourtant, le pouvoir demeure entre les mains des forces réactionnaires, implantées dans les différents appareils et institutions, leurs intérêts économiques sont toujours épargnés. Ces forces commettent des crimes contre le peuple (agressions, saccages, troubles..). Elles tentent de fissurer son union en attisant les visées tribales régionalistes et religieuses ; elles tendent à le dissuader de poursuivre la révolution et la réalisation de ses objectifs en semant la peur et la terreur.

La présidence intérimaire et le gouvernement provisoire s’évertuent à saboter la légitimité révolutionnaire et rejettent tout contrôle de leurs décisions dans l’intérêt des ennemis de la révolution (nomination des délégués, des responsables sécuritaires, au sein de la justice...). Ils ont refusé de traiter avec « le conseil national de protection de la révolution » qu’ils ont remplacé par une « instance » dont ils ont désigné les membre de façon unilatérale, de même la décision de dissoudre le RCD peut être anéantie par le retour de ce parti sous de nouvelles formes, c’est aussi le cas pour la décision de dissolution de la police politique qui est entourée de doutes et soulève de sérieuses interrogations sur son application.

Les masses populaires, particulièrement à l’intérieur du pays, commencent à avoir le sentiment que rien n’a changé dans leur vie politique et leurs conditions sociales, que leur révolution est en train d’être volée. C’est un sentiment légitime aux raisons compréhensibles. L’ancien régime est toujours en place, avec son appareil et son administration. Le gouvernement provisoire n’a pris aucune mesure urgente nécessaire pour atténuer le poids du chômage, de la cherté de la vie, de la dégradation du service public qui frappent les régions qui ont en plus subi la répression et le pillage avant et pendant de le déclenchement de la révolution. C’est le cas du bassin minier, de Skhira, de Benguerdane et de bien d’autres régions.

Le parti communiste des ouvriers de Tunisie considère que la révolution n’est pas achevée, le peuple tunisien doit rester vigilant pour écarter les dangers qui la menacent. La poursuite de la mobilisation, la conservation et la dynamisation du « conseil national de protection de la révolution », et de ses comités locaux sont des missions urgentes aujourd’hui.

Aujourd’hui, le peuple demeure le seul capable d’exercer un contrôle sur la présidence intérimaire et le gouvernement provisoire, il a le droit de surveiller et de demander des comptes.

L’élection de « l’assemblée constituante » est un rendez-vous important dans la période à venir, les travailleurs, les couches laborieuses et l’ensemble de notre peuple peuvent, en lien avec le PCOT et l’ensemble des forces démocratiques et révolutionnaires, en faire un moment décisif pour imposer la volonté du peuple et donner un coup d’arrêt aux ennemis de la révolution.

Ceci ne peut être réalisé sans une mobilisation immédiate pour reporter la date des élections et les espacer des dates des examens, afin de permettre au peuple et aux forces politiques de bien s’y préparer, étant donné l’importance des questions que l’assemblée constituante va sceller.

Il faut également préparer un terrain politique propice, par l’assainissement de l’administration, de la justice, des médias, par la dissolution effective de la police politique et l’instauration d’une loi électorale qui tranche la question du financement des partis, pour garantir la transparence et l’égalité entre tous les participants et éviter que ces élections soient entachées de corruption.

La nature de la période transitoire n’empêche aucunement la nécessité de prendre des mesures économiques et sociales urgentes, surtout en faveur des chômeurs, des régions délaissées malgré leur richesses et leur potentiel.

Le gouvernement de transition continue à s’accrocher au budget décidé sous Ben Ali, dont une importante partie est prévue pour le ministère de l’intérieur et pour le remboursement de la dette contractée par la dictature. Pourquoi ce gouvernement ne procède pas à l’annulation de la dette ou du moins sa suspension un temps, comme cela a été le cas dans les pays ayant vécu le même schéma que la Tunisie ? Pourquoi ne pas consacrer tout son montant pour améliorer le quotidien du peuple ? Pourquoi ce budget n’est-il pas révisé en fonction des nouvelles priorités ?

La révolution tunisienne s’est étendue à de nombreux pays arabes. Le dictateur d’Égypte a été déchu, alors qu’au Yémen et au Bahreïn les soulèvements populaires sont atrocement réprimés par les régimes autoritaires avec l’aide de l’Arabie saoudite au Bahreïn. A côté de chez nous, le peuple libyen s’est soulevé contre ses tortionnaires, mais les choses prennent une tournure grave avec l’intervention des Etats Unis et de leurs alliés, sous couvert de la protection des civils. L’administration américaine n’a guère évoqué l’assassinat de civils au Yémen et au Bahreïn, comme elle ne l’a jamais fait pour Gaza, pour le Liban ou pour l’Irak et l’Afghanistan qu’elle occupe. Et Sarkozy n’a-t-il pas soutenu le dictateur tunisien jusqu’au dernier moment ?

Ce qui pousse Obama, Sarkozy et Cameron à intervenir c’est la course effrénée pour partager le pétrole libyen, après l’avortement de sa révolution. Nous soutenons le peuple libyen dans son soulèvement, mais nous sommes contre toute intervention étrangère qui non seulement nuira à la révolution en Libye mais aussi en Tunisie et dans tous les pays arabes. Nous sommes opposés à l’utilisation de notre territoire ou de notre espace aérien dans l’agression conte la Libye. Les colonialistes américains, français et anglais n’ont aucun intérêt dans le triomphe des révolutions arabes vu le danger que cela représente pour eux.

 Vive la révolution du peuple tunisien.

 Que la révolution continue jusqu’à l’aboutissement de ses objectifs.

 Que le pouvoir soit au peuple.

 Vivent les soulèvements des peuples arabes pour la liberté et la dignité.

Parti communiste des ouvriers de Tunisie

Tunis, le 23 mars 2011

(gras de responsabilité A.C.)


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
28 mars 2011 - 14h40

Très bonne analyse.

Mais je ne connais pas assez l’importance populaire du PCOT et ses influences pour juger de ses capacités à continuer à mobiliser.

L’avenir nous dira.

G.L.



TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
28 mars 2011 - 14h56 - Posté par wagamieux

et le savoir faire français alors
à la minute 104 de cette vidéo, remarquez la faune souriante autour du reptile

http://video.google.com/videoplay?d...



TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
28 mars 2011 - 15h09 - Posté par yapadaxan

La révolutions et SES objectifs : notons que le PCOT ne précise pas lesquels.

De même pour les révolutions arabes.

Or une révolution qui ne renverse pas complètement l’ordre existant, i e le capitalisme, n’est pas, à proprement parler, une révolution.

Ces mouvements font surgir des formes modernes de la société capitaliste, des formes de démocratie occidentale propres à permettre l’invasion par les Mc Do, le Coca, les jeans, la culture djeun’s, Mickey Jackson, la télé réalité, les grands groupes de presse US et européens, le pôle emploi, les zautos made in Roumanie, tout ça, tout ça, mais maq’ench le socialisme.



TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
28 mars 2011 - 15h57 - Posté par yapadaxan

Certes.

Aussi n’appelons pas révolutions des révolutions qui n’en sont pas.

Sinon, c’est se payer de mots pour se faire plaisir.



TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
28 mars 2011 - 17h36 - Posté par richard PALAO

DACCORD AVEC TOI YAPADAXAN , pour moi il s ’agit de révoltes contre des dictateurs , le processus révolutionnaire est enclenché mais peine à se metttre ne route en TUNISIE ET EN EGYPTE , en premier lieu parceque les institutions ,les structures et les hommes de l’ancien pouvoir sont toujours en place et sont appuyés par l’occident pour que le changement ne touche pas le régime , mais également parceque l’opposition sort de quarante ans de clandestinité et a du mal à coordonner son activité à élaborer un programme et à maintenir la mobilisation a un niveau suffisamment élevé pour continuer à peser pour obtenir autre chose qu’un simple changement de dirigeants ,

La situation en LYBIE est encore pire , il n y a pas de véritable opposition , le CNT qui s ’est autoproclamé représentant du peuple lybien est formé d anciens responsables kadhfistes de chefs de clans et d’islamistes , les progressistes y sont ultra-minoritaires ...Alors si la fin de KADHAFI semble proche , le chemin de la révolution sera encore plus long qu’ en TUNISIE ET EN EGYPTE .

Il faut soutenir tous ces peuples qui cherchent à se libérer en nous opposant à toute tentative d ’intervention étrangère notamment française sous quelque forme que ce soit ...


TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
28 mars 2011 - 18h22 - Posté par A.C

 :)
Yapadaxan et Richard, je vous nomme PURISTES MARXIENS !..

En effet l’ ..EVOLUTION française de 1789, la’..Evolution de 1848, l’ EVOLUTION..y compris de 1917...n furent pas ,si j’en crois bien l’Histoire e- fort malheureusement je lereconnais - de processus abolissant le Salariat.

Il n’ya que ces pov’s Arabes qui s’imaginent que c’’est ..(R)..évolutionnaire !

J’ose pas leur dire..aux militants duP.C.O.T..
.
J’aurais l’R..d’un con..

 :)))

Chutt..vous fâchez pas, je plaisante un peu..

A.C.


TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
28 mars 2011 - 20h47 - Posté par richard PALAO

ALAIN je crois que tu n as pas besoin de le dire au PCOT qu’ en TUNISIE ce n ’est pas encore la révolution puisqu’il demande de poursuivre le processus et dénoncent
ceux qui freinent pour que cette révolution n ait pas lieu ... mais au PCOT ils sont peut-être comme YAPADAXAN et moi ...DES PURISTES MARXIENS ( pas martiens...)

amicalement


TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
28 mars 2011 - 22h52 - Posté par yapadaxan

En 1789, la révolution méritait son nom de révolution. Avec elle, on sortait du féodalisme finissant et on entrait dans le capitalisme exclusif. Depuis la chute de l’empire romain (que les historiens datent, à titre de repère, en 476 ap JC), le féodalisme, indissociablement lié au christiansime romain, s’est lentement développé. Déjà, en son sein, sont apparues les forces sociales qui allaient donner quelque 600/800 plus tard le capitalisme. La féodalité s’est appropriée l’espace rural en le morcelant en fiefs seigneuriaux. Les mariages, les héritages et les guerres ont fait que les seigneurs ont concentré toujours plus de terres (et de fiefs) entre leurs mains, en s’éliminant les uns les autres. De même que le pouvoir politique s’est concentré entre les mains du suzerain jusqu’à le faire roi du... royaume.

Pendant ce temps, la bourgeoisie oraganisait la ville, les villes et s’organisait elle aussi dans ces villes. Les marchands, les notaires, les avocats, les médecins et les boutiquiers. Une longue politique de mariages et d’héritages a permis une concentration des fortunes. La colonisation a dopé cette économie marchande. A la Révolution, la bourgeoisie détenait les moyens matériels et la fortune pour prendre les rênes de l’économie et faire passer l’artisanat au stade d’industrie, grâce au soutien intéressé de la banque. De ce point de vue, la Révolution française mérite d’être appelée : révolution, car le développement social se marquait d’un bond en avant dans les rapports sociaux de production. Le servage prenait fin tandis que la bourgeoisie industrielle donnait naissance au salariat.

Il n’y a absolument rien de comparable avec les révolutions arabes. Ces sociétés ne se projettent pas dans des rapports de production révolutionnés. Il ne s’agit que d’une réadaptation sociale et politique : les rapports coloniaux y étaient évidents, ils ne faisaient que transiter par des bourgeoisies nationales, fabriquées pour satisfaire cet objectif entre le peuple travailleur et créateur de richesses et l’impérialisme bourgeois, seul profiteur réel qui ramasse la plus-value produite.

Au mieux, ces sociétés accélèreront leur occidentalisation et entreront dans l’uniformisation imposée par l’impérialisme politique, économique et culturel.

Si on poussait à l’extrême, on pourrait même affirmer que les révolutions arabes aggravent leur dépendance et leur soumission. Devenues "démocraties", elles se débarrasseront de leurs dictateurs bananiers, mais surtout pas de l’impérialisme. L’illusion collective qu’on vit dans une démocratie est souce de bien des déconvenues. Les peuples occidentaux en fournissent l’expérience et la preuve.


TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
29 mars 2011 - 08h47 - Posté par

Selon Marx, une révolution est un processus qui se développe sur une longue période, le 14 juillet 89, à Paris, ce n’était q’un début de commencement qui ne s’est terminé que 10 ans plus tard. Et il n’y a révolution que lorsque la classe sociale qui prend définitivement le pouvoir étatique à la sortie est différente de celle qui le détenait à l’entrée dans le processus révolutionnaire. Il est donc trop tôt pour parler de "révolution", aussi bien en Tunisie qu’en Egypte. Ramenée à l’expérience française, nous sommes à Tunis quelque part entre 1830 (les 3 glorieuses) et 1871 (La Commune) ; dans des conditions matérielles et technologiques infiniment plus développées bien sûr !


TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
28 mars 2011 - 23h05 - Posté par

Slt AC,

Les révoltes dans les pays arabes vont être réglés grâce " au rosbeef" et au petit hongrois naturalisé,solution politique qu’ils ont dit.

Ils sont à la recherche d’un ou plusieurs "Waléza " qui accepteraient de changer de posture pour calmer les esprits dans les pays du Maghreb.

La religion étant l’opium du peuple,l’opération à genoux en Pologne peut devenir
l’opération cul en l’air en Tunisie et ailleurs.

Se faire farcir par un cierge à Gdansk ou ailleurs,la méthode a porté les fruits du capitalisme par le passé.

Donc,je suis comme GL,prudent.

LR


TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
29 mars 2011 - 14h05 - Posté par Alain Chancogne

Donc,je suis comme GL,prudent. (...)

Moi aussi, tu t’en doutes, destructeur de sangliers !

 :)

Je "suis" d’assez près comme toi la situation, et comme GL, voire Yapa etRichard, j’ai jamais confondu les Croisés de l’OTAN, les humanistes de la maison blanche ou de l’Elysée avec le Secours populaire ou les Brigadistes del Quinto Regimiento,

faut pas déconner !

Bien entendu, que partout(pas qu’en France en préparant la relève ROSE)l le Capital a un besoin toujours plus impérieux pour cause de CRISE GLOBALE, de se trouver des"pièces de rechange"..voire de venir en mécaniciens de l’ ORDRE bourgeois, réparer surplace !

Je ne suis pas plus dupe de tel "homme providentiel"égyptien..qui a un Prix Nobel qui luia fait fréquenter OBAMA..., que sur ce que certains tentent de"restaurer"voire de "moderniser" de rapports d’exploitation du peuple lybien , en sortant le drapeau de la royauté, en faisant de Benghazi..un QG de tous les détournements possible s ..mais pas CERTAINS d’aspiration à la liberté !

Je te signale, pour que tu comprennes même ou j’en suis, c’est que je suis de ces ex pcf qui restent en réflexion sur le danger qu’il ya de confondre BUDAPEST56 et Prague 6

( Hors sujet mais pour préciser qu’une révolte populaire peut avoir derrière elle des tireurs de ficelle , différents selon qu’il y
a , ici, parmi eux les ex potes de Horthy.avec Radio Free Europe....etlà, tel intellectuels antifascistes..
.

Ce que, derrière ma nouvelle pique inutile je persiste à"flinguer" c’est ce que je crois être une erreur de"votre part"..

, sans prétendre au titre de grand Chef d’analystes sur B.C.
.

Parfois"lourdement" je peux contrer des Camarades mais seuls des cons y verront chez moi condescendance.

Mais, pardon de l’avouer : le blanc et le noir, ce ne sera jamais plus de JAMAIS ma palette de couleurs de classe

Avec les meilleures intentions du monde, des repères ô combien marxistes..on peut donner le sentiment de"mégoter"sur ce que d’autres , qui n’ont pas notre culture, nos analyses de classe, mettent dans ce mot magnifique de
"REVOLUTION"..

Celle des Oeillets , en1974, ce n’est pas avec des capitaines et militants portugais décidés à collectiviser les boutiques de fleuristes..qu’elle a soulevé espoir chez mes copains des CCOO et du PSUC chez lesquels je portais réguilèrement les exemplaires de "TREBALL"..édité à Perpignan

.
Même si Franco est mort dans son lit sans risquer qu’on débranche un des 45 tuyaux qui prolongeaient la respiration del’ORDURE..

Quand mes jumeaux de la Fac et de l’IUT.., me font venir les larmes aux yeux, parce que je les vois dans nos cortèges de l’automne dernier, eux, pas "politisés", pour y scander« "Aucu, aucu, aucune hésitation..C’est la , c’est la, c’est la REVOLUTION" ».,
...je bande de fierté paternelle parce que j’ai ensemencé de la graine qui murit en colère, debout !

Et qui crie :« on en veut pas de"votre "putain de monde pourri,, faut que ça pête, , on veut VIVRE.. »

Je ne vais pas aller leur dire :

« Hep, attention , y a pas d’appropriation Collective de moyens d eproduction et d’échanges dans vos slogans, !

Vous avez pensé avant d’utiliser ce MOT que cela implique de DEPOSSEDER les POSSEDANTS, prendre LES POUVOIRS de DECISION, de l’Usine au Parlement, etc etc.." »

Ils seraient en droit de me répondre :

"Oh , le VIEUX, et toi t’as dépossédé qui, à part les MASSES avec ton Parti de programmes communs ?.."

Je peux me gourrer et de toutes façons le lybien se tape la coquille de nos querelles sémantiques.

Là ou vous voyez d el"angélisme"chez moi..., moije vois du risque sérieuxde sous estimation des capacités des MASSES à faire l’Histoire...
Quand elles l’écrivent sans nos repères et ..sans que ce soit "nous"qui éclairions laroute...
Putain , quand on voit ce que "nous" avons produit d’éclarage..dsans que cela soit désaveu de notre"énergie"..

 :)

C’est là le VRAI DEBAT.

Nous partageons, je pense une analyse lucide des intentions du K.

Vos inquiétudes sont miennes.

Mais"positiver" , y compris sans reprendre le PCOT sur ses fomulations, c’est pour moi, plus "efficace" que de m’inquiéter de tel espoir de Wall Street


Le monde change


La Peur a changé de camp

LES PEUPLES qui inquiètent la bourgeoisie ,qu’"on" manipulera, certes, car la GUERRE des CLASSES a pris une dimension que nous sous estimons parfois,..m"’interessent"davantage que ceux qui n’inquiètent"pas et qu’on n’a pas"besoin de manipuler,

Il n’y a pas d’agents du Capitalisme -miltaires, conseillers, financiers- , à Copenhague pour stopper un processus dangereux pou le K.

Voilà qui fait que je scrute à la loupe les contradictions qui mettent, à terme, en danger, les plans des Bourses mondiales face aux évolutions du Capitalisme..partout

EN FRANCE, par exemple, ou l’on me fabrique du Benghazi ROSE.., si vous voyez ce que je veux dire.

Nous comprenons nous ?

Cordialement, car de toutes façons nous nous respectons

Alain


TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
29 mars 2011 - 23h39 - Posté par richard PALAO

ALAIN , je crois que nous nous comprenons , la situation en TUNISIE EGYPTE ET LYBIE est très complexe , bien malin celui qui peut prétendre en faire une analyse exhaustive ...nos reflexions croisées ne sont d ’ailleurs pas forcément contradictoires , elles se complètent souvent , même si sur certains aspects nous pouvons avoir des divergences qui sont souvent dues à des impatiences de voir le processus révolutionaire contrarié par les tentatives de récupération des uns ou l attentisme des autres ...Mais comme tu le dis si bien , à ce jour même si nous n’avons jamais baissé les bras et participé à des combats , nous n ’avons jamais réussi à changer le système qui nous opprime et nous n ’avons donc pas de leçon à donner à ces peuples qui se révoltent et tentent de conquérir leur liberté ...LA SEULE CHOSE QUE NOUS POUVONS FAIRE C EST D ETRE A LEUR COTE MEME SI NOUS ESTIMONS QUE CERTAINES ERREURS SONT COMMISES ET D EMPECHER LES INTERVENTIONS ETRANGERES NOTAMMENT FRANCAISE ...

AMICALEMENT


TUNISIE:La marche doit continuer jusqu’à l’aboutissement de la révolution !
30 mars 2011 - 02h14 - Posté par yapadaxan

En effet, nous voulons la même chose et nous visons le même but. Les changements survenus dans les pays arabes revêtent une importance dont on n’a pas fini de mesurer l’importance. Ils constituent une étape non négligeable vers le renversement du capitalisme et la mise en place du socialisme. La dynamique est en effet lancée.

Ils ont une valeur d’exemple pour le monde entier. Ils nous rappellent que les conquêtes sociales se jouent dans la rue et que ce sont bien les masses qui font l’Histoire.
Tout comme l’on peut penser légitimement que les grands mouvements populaires se mondialisent et interagissent d’un pays à l’autre.

Pour autant, nous devons veiller à distinguer ce qui, dans la lutte des classes, renforce ou affaiblit le capitalisme (y compris dans sa dimension impérialiste) et la classe ouvrière. Dans ces moments d’intenses affrontements, il importe d’analyser le rapport des forces qui se modifie sous nos yeux.

Il va de soi que celui-ci a très nettement changé. Son impact aura des conséquences dans les pays concernés, mais aussi dans le rapport des forces mondial.

L’état critique de ce rapport de forces va évoluer dans les pays industrialisés qui sont ceux des puissances impérialistes. L’abstention du dernier scrutin est à saisir comme un signe de rupture potentiellement révolutionnaire. Ca bouge et ça lutte partout en Europe et aux USA. Le "spectacle" des manifestations arabes jouera au plan pédagogique. L’échec du mouvement sur les retraites renforcera la détermination des travailleurs nourris par les images d’un conflit arabe déterminé et organisé. A joindre tous ces éléments, a priori disparates, on anticipe sur nos conflits à venir : une défiance à l’endroit des partis de gauche et des syndicats, mais une volonté d’autant plus déterminée à faire reculer un pouvoir à bout de souffle et largement en perte de crédit.

Les peuples font, ensemble, l’expérience de la lutte, cherchant l’issue décisive. Même si les apparences semblent contraires, les travailleurs prennent conscience que la solution est à chercher dans le dépassement du capitalisme. L’idée grandit de son renversement révolutionnaire.

Jamais nous n’avions vu une telle montée des luttes dans autant de pays en même temps.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite