Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’ECONOMIE DU GASPILLAGE


de : Patrick MIGNARD
samedi 22 janvier 2005 - 13h56 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 11.9 ko

de Patrick MIGNARD

Qu’est ce que gaspiller ? « Dépenser avec profusion, consommer sans discernement ». Essayons, à partir de cette définition, qui est tout à fait officielle, de voir ce qu’il en est de « gaspiller » dans la réalité économique et sociale.

LE « GASPILLAGE », UNE NOTION TOUTE RELATIVE

Qui gaspille et quoi ?

La notion de gaspillage peut se déterminer à partir d’attitudes toutes simples. Par exemple lorsque « je prend une quantité de biens supérieure à celle que nécessite mon besoin et que j’en laisse perdre une partie parce que je ne la consomme pas ».

Dans le langage courant le gaspillage est lié à la déperdition d’un bien ou d’un service produit mais qui ne satisfait finalement aucun besoin... on dit qu’il a été « fabriqué en pure perte ». Pourtant, à y regarder de près, ce n’est pas cette conception du gaspillage qui est celle de l’économie de marché.

Lorsque par exemple, un grande quantité de carburant est consommée au cours d’un bouchon routier, on peut dire, suivant la définition précédente, qu’il y a eu « consommation de carburant en pure perte », or pour le producteur de carburant c’est tout à fait le contraire, il a vendu de grandes quantité de carburant, c’est tout bénéfice pour lui. D’ailleurs au niveau du système économique ceci correspond à une production de bien qui a fait tourner l’entreprise, qui a pu verser des salaires et qui donc a réalisé une valeur qui a rapporté un profit, profit distribué et/ou réinvesti,...

Autre exemple : la destruction d’une forêt peut-être perçue comme un gaspillage des ressources naturelles et une atteinte à l’environnement. Or la destruction de cette forêt permet, de faire fonctionner l’industrie du bois, du papier et le défrichement, permet de développer l’agriculture. En terme économique marchand il n’y a pas gaspillage mais au contraire accroissement de la richesse.

Ces exemples démontrent quoi ? Simplement que le « gaspillage » est fonction de la manière dont on considère l’activité économique, que son sens est fonction des objectifs que l’on s’est fixé.

« PILLAGE » ET « GASPILLAGE » LES DEUX MAMELLES DU SYSTEME MARCHAND

Comment « fonctionne » la marchandise ? La marchandise est produite pour être achetée et/ou consommée par un consommateur solvable. Autrement dit, la motivation essentielle de la production de la marchandise est plus la « réalisation de sa valeur d’échange » que sa « consommation physique » (voir l’article « LA MARCHANDISATION DU MONDE »). La production est faite pour être vendue, ce qui veut dire qu’il est indifférent au producteur, et de manière générale au système, de savoir à quoi va servir ce qu’il a produit. Ainsi, deux situations bien singulières peuvent se présenter :
 soit la marchandise est vendue/achetée dans ce cas qu’elle soit consommée ou non consommée (perdue) n’a aucune importance pour le producteur et plus généralement pour le système... il n’y a pas socialement et économiquement gaspillage puisque l’objectif est atteint : la vente ;

 soit la marchandise n’est pas vendue/achetée dans ce cas il y a socialement et économiquement gaspillage puisqu’elle n’a pas rempli sa fonction, celle de valoriser le capital en réalisant sa valeur sur le marché.

On voit donc que la notion de gaspillage, dans le cas de la marchandise est liée, plus à la réalisation de la valeur marchande qu’à la satisfaction d’un besoin.

En effet, le cas qui consisterait à mettre à disposition d’un consommateur insolvable (qui ne peut pas acheter), un bien ou un service, est un cas absurde, est un non sens en terme marchand. Pourquoi ? Simplement parce que la marchandise n’a pas pour objectif de satisfaire un besoin, mais uniquement un besoin solvable.

On imagine sans peine les conséquences d’une telle conception en général, mais en particulier concernant des biens et services tels que la santé, l’eau, l’éducation, l’énergie, le transport. C’est quand on a compris tout cela que prend réellement toute sa signification la défense du service public qui lui privilégie l’« usage » sur l’« échange », la « satisfaction du besoin » sur « ce que ça rapporte financièrement ».

Le gaspillage a donc dans le système marchand une définition très précise. On peut la résumer comme suit : tout ce qui est « valorisé » et susceptible d’être vendu est utile, tout le reste n’a aucune importance... D’une certaine manière, au regard de la logique marchande, le service public est une sorte de gaspillage puisqu’il a pour priorité l’« usage » et non l’« échange »... c’est exactement le raisonnement que tiennent les gestionnaires du système marchand.

Ainsi polluer une côte, les mers, les rivières, l’air, détruire une forêt, faire disparaître des espèces animales ou végétales, laisser mourir du sida des populations pauvres, laisser à l’abandon des compétences (chômage) qui n’entrent pas dans le calcul de rentabilité de l’entreprise,... n’a aucun importance sur un plan marchand. Seul compte ce qui rapporte.

Par contre extraire sans limites les richesses minières, produire des gadgets, faire de l’élevage intensif, utiliser massivement des engrais, des insecticides, des OGM... est de la plus grande importance car... ça rapporte.

On comprend dès lors que ce qui nous paraît parfois aberrant et scandaleux (pollution, exclusion,...) et qui est fait sans retenue, n’est pas une erreur mais la conséquence d’un froid calcul, correspondant parfaitement à la rationalité du système marchand. Ce n’est pas le système marchand qui dysfonctionne, au contraire, il développe jusqu’au bout sa logique.

Le « tout jetable » est pour ainsi dire, le stade ultime de la production marchande. Il est l’expression la plus parfaite de l’indifférence qu’a le système marchand pour l’aspect matériel de la marchandise... et pour tout dire de ce qui constitue la matière première qui a servi à le fabriquer. Il est, dans la même logique, l’expression de la plus parfaite indifférence au regard de la « force de travail » qui ne lui est pas utile. Le chômeur, le retraité est l’expression d’une force de travail inutile... il est lui aussi en quelque sorte considéré comme « jetable ».(voir l’article « LA CROISSANCE, QUELLE CROISSANCE ? »)

INTERETS ET INDIFFERENCE DU SYSTEME

Le système sort de son indifférence lorsque les conséquences de son fonctionnement portent atteinte à ses intérêts. La sonnette d’alarme n’est jamais actionnée par lui mais par celles et ceux qui, conscient des problèmes d’environnement et d’exclusion, « mettent le doigt » sur ses contradictions. S’établit alors un rapport de force qui aboutit soit au « recyclage » dans le cas de la protection de l’environnement, soit à des « plans sociaux » dans le cas des licenciements,... mais ces mesures sont toujours prises à contre cœur... en effet, elles coûtent et sont donc en contradiction avec l’objectif du système qui est et demeure, faire de l’argent. La lutte contre le gaspillage et la pollution est assumée par le système quand... elle est rentable pour l’entreprise qui la prend en charge... ou lorsqu’elle est prise en charge par la collectivité. C’est généralement le « public », qui prend en charge les dégâts occasionnés par le « privé ».

De plus, le système en place a un argument important, c’est que justement il est en place, il fonctionne, il a sa rationalité, ses institutions, son idéologie, ses adeptes qui sont au pouvoir...De temps en temps il « lâche du lest » pour faire retomber la pression sociale... C’est celles et ceux qui le contestent qui doivent faire... mais quoi ? et comment ?. Ceci aboutit à une sorte d’indifférence généralisée. Autrefois on disait « La vie n’est qu’un passage, Dieu nous jugera », aujourd’hui c’est : « La science trouvera bien une solution ».

Cette indifférence, encouragée par le système, formate les esprits à une démarche mercantile immédiate et non axée sur la prise en considération du long terme. Si la satisfaction des besoins immédiats, passe, pour le plus grand nombre, dans nos pays, par l’acceptation de principes aberrants, eh bien on accepte. Quand on dit à un quelconque citoyen « Nous consommons des ressources non renouvelables qui disparaîtront dans cinquante ans », ou « la planète ne sera plus viable dans un siècle »,... c’est comme quand on dit à un gamin qui fume... « Tu auras un cancer dans quarante ans »... l’indifférence de la plupart et des politiciens en particulier (voir l’article « LES MYTHES ECONOMIQUES »)

Le système se conforte ainsi dans sa propre aberration, conforté par l’indifférence du plus grand nombre qui se trouve confortée par l’indifférence des gestionnaires. La boucle est bouclée, le grand consensus aboutit à... ce que rien ne change et la planète dépérit... et nous avec.

Rouler à bicyclette, trier les ordures, éviter les emballages inutiles,...sont des actions utiles mais à elles seules, elles ne résoudront pas le vrai problème qui est celui des rapports de production et de distribution des richesses... pire, ne s’en tenir qu’à ça peut servir d’alibi au système marchand qui sait se donner bonne conscience au regard de tout ce qu’il détruit... voir l’escroquerie du « développement durable ».

Dire que le système marchand est entrain de détruire la totalité des ressources, de gaspiller au nom du principe de « rentabilité », de s’enliser dans ses propres déchets est une autre façon de dire qu’il succombe, et nous avec, aux conséquences du principe de son fonctionnement. C’est donc en toute conscience que ce système est entrain de détruire, à une échelle jamais atteinte dans l’Histoire humaine, l’éco système de notre planète et de mettre en péril la survie des générations futures. Ceci montre le caractère historiquement criminel des politiques de développement basées sur un pillage massif et un gaspillage illimité des ressources naturelles... pratiques qui ne sont condamnées par aucun code... et pour cause.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> L’ECONOMIE DU GASPILLAGE
23 janvier 2005 - 18h44

Article remarquable d’intelligence, de pédagogie, à faire lire au plus grand nombre.
Félicitation.



> L’ECONOMIE DU GASPILLAGE
24 janvier 2005 - 23h28 - Posté par

Une évidence qui effraie, une analyse impitoyable et lucide. Une colère qui n’en fini pas de gronder devant cette inconciense. De quels droit nous imposent-ils ce suicide ? Ils peuvent tout acheter sauf notre force et détermination à crier notre inssoumission.





AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude
Reportage en direct sur la manif. à Paris
samedi 27 - 14h23
de : joclaude
CGT : Philippe Martinez à l’Elysée (video)
samedi 27 - 11h53
de : joclaude
Narbonne élection 28 juin
samedi 27 - 11h14
de : Lili Oto
DÉMENCE SOUS AIR CONDITIONNÉ
vendredi 26 - 18h55
de : Lukas Stella
La macronie kiffe le glyphosate et truque l’enquête
vendredi 26 - 16h08
de : jean1
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite
La CGT condamne sans aucune réserve les affiches de Info’Com
dimanche 10 mai
de La CGT
4 commentaires
La CGT condamne sans aucune réserve ces affiches. Ce type de communication ne fait que décrédibiliser l'action syndicale. A la Cgt, nous avons d'autres arguments que ceux là, ceux de l'intérêt des travailleurs et de la justice sociale. — La CGT ( 82L lacgtcommunique) May 10, 2020 La CGT condamne sans aucune réserve ces affiches. Ce type de communication ne fait que décrédibiliser l’action syndicale. A la CGT, nous avons d’autres arguments que ceux là, ceux (...)
Lire la suite