Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Pouvoir et disparition. Les camps de concentration en Argentine

de : Marc Drouin via RF
lundi 2 janvier 2012 - 16h46 - Signaler aux modérateurs
GIF - 74.9 ko

Les souterrains de la dictature argentine, 1976-1983

En 1976 les forces armées prennent le pouvoir en Argentine en vue d’astreindre la société dans son ensemble à un « Processus de réorganisation nationale ». Selon le général Jorge Rafael Videla, tout individu qui prétendait bouleverser les valeurs fondamentales de la société, « motivé par des idées contraires à notre civilisation occidentale et chrétienne » était un subversif, un terroriste. Pour purifier la société de ces éléments perturbateurs, 340 prisons clandestines ont été aménagées dans onze des vingt-trois provinces du pays, la plupart dans les installations des trois armes militaires ou de la police. Une fois lancé, le mécanisme de disparition pouvait broyer pratiquement n’importe qui : à la fin 1976, on comptait un assassinat aux cinq heures, quinze enlèvements par jour, entre 5000 et 6000 prisonniers politiques.

L’étude de la politologue Pilar Calveiro, d’abord publiée en Argentine en 1998 et publiée en français l’année dernière, est une partie seulement d’un mémoire de maîtrise rédigé en 1995. Parmi les premières à tenter une théorisation des années terribles de la dictature argentine, l’auteure place les camps dont il est ici question, les disparitions forcées d’opposants au régime et la torture dans un contexte proprement argentin. Car si la Doctrine de sécurité nationale puise son inspiration idéologique à Washington et à Paris, ce sont des Argentins qui l’ont adapté aux particularités de la tradition politique locale. En ce sens, le coup d’État de 1976 s’inscrirait dans la continuité directe de pratiques répressives antérieures. Si la « théorie des deux démons » voulait que le conflit argentin se limite aux seuls acteurs armés, guérilleros et militaires, tout en blanchissant le reste de la société, l’étude de Mme Calveiro a le grand mérite de mettre en cause cette interprétation du passé.

Rescapée des camps et exilé au Mexique depuis 1979, l’auteure laisse cependant témoigner d’autres survivantes et survivants dans son ouvrage afin de se concentrer sur l’explication nuancée du fonctionnement d’un système politique brutal et abrutissant. Par la terreur, la soldatesque argentine aurait ainsi tenté « de vider la société de tout ce qui dérangeait, annihilant ses forces vitales et interdisant une large gamme d’activités, de la politique à l’art ». Les prisons clandestines constituaient « un dispositif d’absorption, de disparition et d’oubli. De l’intérieur, oubli de l’individu, oubli du monde extérieur, de ses lois et de ses normes ». Le pouvoir militaire tentait ensuite de faire disparaître les prisons elles-mêmes, en niant leur existence ainsi que celle des détenus. Si les militaires argentins et leurs alliés pensaient faire oublier leurs crimes, l’ouvrage de Mme Calveiro est une pierre posée adroitement sur la barricade érigée contre l’amnésie collective et l’impunité. Il témoigne, en même temps, de la faillibilité d’un système qui se voulait omnipuissant et totalisant, laissant entrevoir la possibilité d’y résister et de faire sanctionner les responsables d’actes criminels posés au nom de la sécurité nationale. Une leçon qui serait applicable, sauf exception, à l’échelle du continent.

http://www.ababord.org/spip.php?art...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite