Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La disparue de San Juan Philippe Broussard


de : Estelle Leroy-Debiasi
vendredi 13 janvier 2012 - 02h19 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 24.6 ko

Un nom. Deux dates. Un destin. Une disparition. Marie-Anne Erize est née le 28 mars 1952 à Espartillar, province de Buenos Aires. Enlevée le 15 octobre 1976, à San Juan, à 24 ans devant un magasin de cycles, jetée- comme beaucoup d’autres à cette époque en pleine dictature argentine- dans une Ford Falcon par des hommes en civil vers une destination qui restera inconnue de tous, à commencer par les témoins de cette scène Domingo Palacio, réparateur de vélo et son épouse Magdalena.

Le livre de Philippe Broussard, journaliste à l’Express, est le fruit d’une enquête de plusieurs années, à la suite d’un reportage fait il y a dix ans. Marie-Anne Erize est une des victimes -quelque 30 000- de la dictature argentine entre 76 et 83. C’est bien plus qu’une enquête sur la ou les personnalités de la « disparue de San Juan » et son parcours étonnant qu’il nous propose.

Marie-Anne, franco-argentine – une française qui a grandi en Argentine- issue d’une famille nombreuse catholique, de pionniers français, ouverts. Elle poussera dans les espaces de liberté de l’Argentine profonde, en pleine nature. Née dans la pampa a Espartillar dans le fief familial des Erize, son père va trouver un job à Puerto Esperanza dans la province de Misiones au nord de l’Argentine, une autre argentine à la terre humide et fiévreuse. Une famille cimentée, par la foi, un mélange d’esprit d’aventure et d’ endurance auquel viendra s’ajouter pour Marie-Anne un métissage « plus indien », héritage de sa vie à Misiones, plus téméraire, et libre.

La famille rejoint Buenos Aires pour des raisons scolaires principalement, et l’on retrouve Marie-Anne inscrite à la section locale des scouts de France…L’occasion plus tard de rencontrer le père Jean Loison, héritier du concile de Vatican 2, prêtre moderne et ouvert à la jeunesse, sans doute proche de la théologie de la libération, des prêtes des humbles qui défendent une église solidaire et de gauche. Celle dont le surnom est « lézard débrouillard », est déjà décrite comme pleine de vie, enthousiaste, généreuse, rayonnante, mais loin de tout combat politique, alors que l’Argentine depuis le départ de Peron vit au rythme des putschs militaires. Mais la foi et le goût de la liberté vont sûrement être déterminants dans la suite de son histoire. Rebelle, révoltée ? qui rêve d’aider les pauvres, elle mettra en action quelques années plus tard ses rêves.

Fin des études, séjour en France rue de Longchamp chez la grand-mère maternelle, à 18 ans la voilà plongée dans la vie tropézienne et les mondanités parisiennes. Le livre transcrit ce puzzle étonnant, amassant documents, témoignages, permettant de cerner les multiples facettes de Marie-Anne, avec des allers-retours entre Paris et Buenos Aires. Comme beaucoup de jeunes, elle rêve d’une société plus équitable, devient sensible au combat idéologique de l’époque. Elle va dans les bidonvilles s’occuper des plus démunis, d’abord dans la « Villa » de Belgrano bajo, non loin de la maison familiale, alors qu’elle est assistante maternelle à l’école française. Le hasard des rencontres fait qu’elle devient mannequin, sollicitée par les plus réputés des créateurs de mode à Buenos Aires, l’Espagne, Paris où elle a fréquenté des artistes connus (Moustaki, Paco de Lucia …), fait les « covers » de plusieurs magazines, à 20 ans, défile sur les podium des couturiers. Marie-Anne, passe d’un monde à l’autre avec intelligence. Elle finira par tourner le dos à une vie facile, un milieu qu’elle trouvait sans doute superficiel, motivée par une vraie « conscience sociale. Là elle se rapprochera des Montoneros, ce mouvement péroniste de gauche…Puis au fil des mois, l’étau se resserre, bien que Marie-Anne n’ait rien à se reprocher dans une vie apparemment lisse d’hôtesse de l’air. Les menaces se font de plus en plus pressantes : sa vie devient clandestine, après l’arrestation de son compagnon, changeant de domicile ou de prénom …jusqu’à sa disparition. Jamais Marie-Anne n’a voulu échappé à son destin, fuir l’Argentine comme ses proches lui ont demandé à maintes reprises. Et le témoignage bouleversant de sa petite sœur, qui avait 14 ans quand elle a disparu, recueilli par l’auteur résume tout : pas question de l’idéaliser, pas besoin, car elle était honnête avec elle-même.

La structure même du livre porte à l’émotion : ce récit chronologique du parcours de Marie- Anne est ponctué des lettres que l’auteur écrit à sa mère, âgée de 84 ans, afin de l’informer de ses recherches et de lui dévoiler la part d’ombre de sa fille. D’en finir aussi avec les peurs de la famille avec une version en quelque sorte « convenue » et peut être simpliste de l’histoire de Marie-Anne.

Après une première rencontre lors d’une enquête en novembre 2000, Philippe Broussard a repris une correspondance avec la mère de Marie-Anne en novembre 2008, une correspondance à sens unique qui jalonne cet ouvrage. Une mère qui préfère ne pas s‘exprimer sur le sujet, peut être aussi parce que la chape de plomb qui s’est abattue dans les mois et les années qui suivirent la disparition de Marie-Anne, a étouffé de peur cette mère qui tremblait pour ses six autres enfants. Une famille, qui à la surprise de beaucoup, semblait réticente dans les années 78-80 face aux actions organisées à Paris sur la cause des disparus fanco-argentins.

Des investigations qui l’aideront, peut être à mieux la comprendre et aussi qui montrent bien que Marie-Anne comme tant d’autres victimes de la dictature n’avait que ses idéaux à se reprocher. Que la machine infernale de la dictature, la croisade –car contre cette jeunesse était lancée une croisade- avait une volonté de destruction organisée et systématique, ce que l’on comprendra après.

Le livre de Philippe Broussard ne fait non plus l’impasse, loin de là, sur le rôle de l’église catholique intégriste aux cotés du pouvoir de l’époque, une église pétrie de haine ; sur la relative faiblesse et l’embarras du pouvoir français de l’époque face à la disparition de certains de ses ressortissants et l’attitude molle des ambassadeurs ; sur la difficulté de poursuivre- la traque- que ce soit en Argentine, en France, en Italie, celui qui est responsable de la disparition de Marie-Anne, malgré l’énergie déployée par les avocats de la famille, notamment en France avec maître Sophie Thonon. Philippe Broussard mène l’enquête sur Olivera, ses croyances exaltées, son parcours, sa reconversion d’ex officier devenu avocat, sa vie, ses réseaux, ses soutiens. Enfin arrêté en Italie en août 2000, la justice le relâche après un curieux procès. Qu’en disent les juges qui l’ont jugés à l’époque ? Malaise.

Jorge Olivera est aujourd’hui incarcéré. Deux procédures judiciaires sont en cours, en France et en Argentine. L’auteur confie au fil de sa correspondance ses doutes, ses espoirs, face à ce drame familial qui traduit bien un drame national, et qui attend encore un ultime chapitre, actuellement dans les mains de la justice argentine. Un chapitre qui s’écrit dans l’Argentine d’aujourd’hui chaque jour au fil des procès, pour ne jamais oublier.

http://www.elcorreo.eu.org/?La-disp...



Imprimer cet article





Les femmes manifestent contre « le remaniement de la honte » (vidéo)
samedi 11 - 20h52
de : nazairien
1 commentaire
Dans tous les cas TOUS EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 17 SEPTEMBRE
samedi 11 - 12h33
de : Laurent Brun
REMANIEMENT:CE QUE VOUS N’ENTENDREZ JAMAIS, en toute démocratie, bien sûr !
samedi 11 - 10h17
de : joclaude
1 commentaire
La Sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites en danger !
samedi 11 - 09h12
1 commentaire
Çà suffit Mme Obono ! Un peu de sérieux !
samedi 11 - 08h17
de : Christian Delarue
3 commentaires
Je ne suis pas aussi blanc que j’en ai l’air...
vendredi 10 - 23h24
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
1 commentaire
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
1 commentaire
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite