Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Joao Pedro Stedile au Forum Social de Porto Alegre

de : Alba TV
mardi 7 février 2012 - 11h57 - Signaler aux modérateurs

Joao Pedro Stedile dirigeant du Mouvement des sans terre du Brésil : "Il faut dénoncer la concentration du pouvoir idéologique que la bourgeoisie possède dans les médias télévisés, et tant la gauche que les mouvements sociaux doivent s´approprier cet instrument"

en direct de Porto Alegre (Brésil)

Alba TV -Quelle est l´importance du Forum Social de Porto Alegre dans la crise internationale actuelle ?

Le Forum Social Mondial, dans ce cas le "thématique" de Porto Alegre, et tous ceux qui se déroulent dans le reste du monde, restent des espaces très importants pour que les gens viennent débattre, proposer. Le Forum, plus qu´un espace d´organisation, est une foire idéologique oú les personnes viennent partager leurs préoccupations et leurs réflexions. Nous y rencontrons nos semblables pour articuler des éléments concrets de la lutte de masses, des propositions concrètes qui peuvent ensuite être portés de manière directe par les mouvements sociaux de tous les coins du monde, dans leur lutte contre le grand ennemi de notre époque : les grandes entreprises capitalistes

 Comment se positionne l´Amérique Latine face à la conjoncture actuelle et quelle est l´importance de l´ALBA comme projet de construction d´un autre type de société, plus juste, plus humaine ?

Ici en Amérique Latine nous affrontons un conflit permanent entre trois projets, et ce conflit s´accentue même face à la crise.

Il y a un premier projet qui est la recolonisation de notre continent, défendu par les États-Unis et qui trouve ses alliés dans quelques gouvernements comme le colombien, le chilien, et qui veulent nous imposer un territoire pour que le Capital débarque et s´approprie nos ressources naturelles. Ils ne nous voient que comme producteurs de marchandises, de matières premières pour eux.

Il y a un deuxième projet qui défend l´idée d´un espace d´intégration latino-américain mais qui reste soumis aux intérêts des bourgeoisies locales, pour qu´elles puissent développer des projets d´intégration, de transport, de libre commerce. Elles ont leurs contradictions avec l´Empire mais elles ne nous aident pas à résoudre les problémes des pauvres.

L´ALBA se constitue comme le troisième projet qui va au-delà d´un accord commercial entre gouvernements et États. C´est une proposition politique qui a pour perspective une intégration populaire entre toutes les nations d´Amérique Latine, sans termes économiques, sans termes politiques, pour faire face à l´impérialisme et aux transnationales. Et même au-delà des termes culturels même, car nos peuples ont les mêmes expériences, les mêmes formations socio-culturelles. Dès lors les mouvements sociaux les plus combatifs, en plus des gouvernements, appuient le projet de l´ALBA comme forme d´intégration populaire, comme une unité latino-américaine qui peut accumuler des forces pour vaincre les entreprises transnationales, le projet de l´impérialisme et avancer vers le socialisme.

Le problème est qu´avec cette crise internationale nous vivons une contradiction fondamentale : le pouvoir économique détermine le pouvoir politique. Et le pouvoir économique s´est développé, comme le capitalisme international, sous le contrôle des banques et des entreprises transnationales. Les gouvernements locaux, nationaux n´ont pas la force de contrôler ce capital qui fait ce qui lui plaît. Les gouvernements peuvent se réunir, produire des beaux documents comme ceux des Nations Unies, mais que se passe-t-il ? Les forces économiques qui dominent l´économie, qui dominent les pays, ne respectent pas ces accords internationaux.

Dès lors il n´est possible d´affronter ce capital que si les mouvements sociaux de tous les pays manifestent, réussissent à créer une conscience dans la société pour accumuler des forces et affronter ces entreprises capitalistes. Pourvu que beaucoup des gouvernements qui se rendront à Rio puissent nous rejoindre et défendre les points de vue de leurs peuples, car les gouvernements seuls n´ont pas de force. La crise de l´Europe est là pour nous apporter des arguments quotidiens sur comment les banques elles-mêmes nomment les gouvernants.

 Durant ton intervention au Forum tu as mentionné l´importance des médias de communication de masse dans la diffusion de l´idéologie dominante. Comment doivent agir les mouvements contre-hégémoniques dans cette conjoncture ?

Au temps du Capitalisme industriel la bourgeoisie reproduisait son idéologie à travers l´Église, les partis politiques, et les écoles. Aujourd´hui, dans cette étape du néo-libéralisme, du capital financier, du capitalisme globalisé, la forme qu´utilise la bourgeoisie - la classe dominante - pour reproduire son idéologie dans la société est la télévision et c´est pourquoi elle la monopolise dans tous nos pays. C´est pourquoi en tant que mouvements sociaux nous menons toujours cette réflexion. Il faut dénoncer la concentration du pouvoir idéologique que la bourgeoisie possède dans les médias télévisés, et tant la gauche que les mouvements sociaux doivent s´approprier cet instrument. En ce sens nous sommes heureux que se développent ici en Amérique Latine des expériences très importantes comme Alba TV, comme TeleSur. Dans certains de nos pays il y a des télévisions publiques qui assument un rôle progressiste. Tout cela est très important pour briser le monopole que le capital impose aux télévisions. Un grand abrazo pour vous tous qui travaillez dans ce projet. En plus de nous aider à affronter le capital, Alba TV nous aide à construire ce projet auquel je me référais, celui d´une intégration populaire entre nos peuples d´Amérique Latine.

Fuente : ALBA TV y Marcha desde Porto Alegre

http://www.larevolucionvive.org.ve/...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite