Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

France : La Terreur Bleu Marine

de : Himalove
jeudi 3 mai 2012 - 14h21 - Signaler aux modérateurs

Voter Marine Le Pen ne nécessite aucune souffrance mais procure un certain plaisir.

Comme le rédacteur d’une lettre anonyme, l’électeur frontiste savoure, dans l’intime, la joie de l’immonde...

C’est le principe de souffrance appliquée à l’Autre.

Dans un geste sans gloire, sous la burka de l’isoloir, le militant cogne régulièrement, avec un bulletin de vote, le « sans papier », le maghrébin ou le voisin communiste.

La haine individuelle veut se faire ici foule grâce au suffrage universel.

Le vote Le Pen, c’est l’électrode fixé (de manière imaginaire) sur les couilles du délinquant, la communion autour de la guillotine et le mouchoir trempé dans le sang de Mohammed.

Le ploutocrate, banquier de profession ou patron voyou, est certes vilipendé par les pourfendeurs de « l’axe libéral, laxiste et libertaire », mais notre électeur auto-radicalisé ne prendra jamais le risque de lui tordre le cou.

On ne sait jamais ça pourrait nuire à la carrière de contremaître, de maître d’hôtel ou de vigile dont beaucoup de jeunes frontistes rêvent d’endosser l’uniforme ou la livrée.

Contrairement à ce que pensent les journalistes, les électeurs du Front national ne figurent pas « un peuple souffrant », un « anti-système », pas même un lumpen proletariat, mais une petite bourgeoisie, rancie, profondément légaliste, qui a besoin de l’Etat, dans ses fonctions les plus ignobles...

Enfermement, peine de mort et délation.

« Le parti des invisibles » fait un score presque criminel chez les matons, policiers et militaires.

Le président des riches a raison de déclarer que « le Front national est compatible avec la république ».

Les idées du chrétien Jean-Marie inspirent son gouvernement depuis plusieurs années :

 préférence nationale (voir la liste des métiers interdits aux étrangers même européens sur le sol national),
 mariage avec l’étranger soumis à l’autorisation de l’état (certificat de capacité à mariage obligatoire),
 multiplication de lois liberticides votées par le parlement - bien souvent avec la complicité de l’opposition -, lois LOPSI, anti-nomades, contre l’habitat précaire, etc.
 test ADN élargi à tous les contrevenants,
 abaissement de la majorité pénale à 13 ans,
 autorisation de la télésurveillance des espaces privés et publiques,
 extension des pouvoirs de police accordés aux maires,
 internements psychiatrique et administratif légalisés,
 interdiction de porter voile, turban ou cagoule sauf pour la police,
 armement des vigiles,
 construction de 30 000 places de prison,
 criminalisation des dissidents (affaires Tarnac et Adlène Hicheur),
 stigmatisation des chômeurs, etc.

Non, seulement le Front national est compatible avec les lois et les institutions de notre belle république mais il peut, demain, mobiliser autour du drapeau moisi de la civilisation.

Car, sous le crâne bleu, fraîchement rasé, voguent les souvenirs de Saïgon, Alger la blanche, Madagascar où l’on pouvait massacrer, détrousser et exploiter l’indigène...

Ce n’est pas pour rien si la Corse qui a fourni, autrefois, les bataillons d’aventuriers pour coloniser l’outre-mer vote à plus de 20 % Front national !

En fait, la question de l’Immigration, pour ces nostalgiques de la France forte, c’est l’impossibilité de retrouver le bon temps des colonies ; et de transformer, aujourd’hui, le prolétaire chinois, indien ou africain en domestique...

Comment combattre le souvenir impérial et cette formidable régression des libertés publiques ?

Certainement pas à la manière du jacobin Mélenchon qui gonfle le jabot en haut d’une tribune.

Ce faux nez rouge mais vrai tribun préfère « la révolution citoyenne » plutôt que celle promise par le slogan « tout le pouvoir aux soviets ! »

Pour lui, hors de l’Etat et de sa protection, point de salut !

L’accent de sa campagne électorale – comme l’extrême-droite – est porté contre l’oligarchie qui ferme les usines au nom du profit, les multinationales, mais aucune critique marxiste de l’appareil d’état comme « instrument d’oppression d’une classe sur une autre » n’est formulée...

Pire, le Front de gauche encense le concept de nation ; et reprend à son compte la formule vénéneuse de Jaurès, sans doute, apocryphe, que le Front national avait utilisé il y a quelques années : « la nation est le dernier refuge du prolétaire ».

La théâtralité de Jean-Luc Robespierre, les aboiements et les oriflammes qui font croire qu’un morceau de papier peut changer la vie font à la finale le jeu des partis autoritaires.

Car dans l’art de l’esbroufe, l’imposture et la démagogie, les publicistes fascistes ont toujours été les plus forts...

En 1967, lors du « Summer of love », aux Etats-Unis, Jerry Rubin* démystifiait l’art de la rhétorique : il prononçait un discours violemment anticapitaliste, devant un parterre de hippies ; et se faisait applaudir.

Puis, froidement, le « Digger » décontenançait les gauchistes en déclarant que le texte qu’il avait déclamé avait été lu brillamment par Adolf Hitler, en 1933 !

*

La compassion envers les petits, la radicalité du discours, la hauteur morale de l’estrade ou le nombre d’électeurs ne sont pas des gages certains de démocratie réelle ; et n’augurent pas nécessairement de lendemains heureux...

Les bulletins de vote restent, en France, la claque bruyante et malodorante autour d’un chef qui, une fois, élu peut faire ce qu’il veut.

80 pour cent de Français ont voté, dans un bel élan moutonnier, le 22 avril, ce n’est pas forcément un signe de printemps.

HIMALOVE

Dieulefit, le 27 avril 2012


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
Exemple.
lundi 17 mai
de jy.D
Après le vote du PCF, un appel des « Communistes insoumises et insoumis »
lundi 17 mai
de Communistes insoumises et insoumis
3 commentaires
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite