Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Irlande : La crise de la dette et le référendum sur le Traité fiscal


de : Andy Storey
jeudi 14 juin 2012 - 08h50 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

La catastrophe de la dette de l’Irlande trouve son origine dans l’augmentation massive de l’endettement des banques irlandaises au cours de la première décennie du siècle. Les six principales banques du pays obtinrent, en 2003, des prêts internationaux d’une valeur de 15 milliards d’euros, mais ce chiffre grimpa jusqu’à 100 milliards d’euros en 2007.

Les banques irlandaises, fortement exposées à la bulle spéculative immobilière, se sont retrouvées dans une position lamentable. Face à la situation délicate des banques, le gouvernement réagit alors par des mesures exceptionnelles : le 30 septembre 2008, tous les actifs des déposants et des détenteurs de « senior bondholders » (les créditeurs des banques irlandaises) furent garantis par l’Etat. Le coût du sauvetage des banques est, jusqu’à présent, de 68 milliards d’euros… et il continue d’augmenter.

La Banque Centrale Européenne (BCE) avait été parmi ceux qui ont insisté le plus sur la nécessité de ces mesures, dans le but de protéger les intérêts des institutions financières européennes qui ont prêté des sommes colossales à leurs homologues irlandaises. La caractéristique la plus importante de la crise irlandaise, qui est commune à toute l’Europe à la seule exception partielle de la Grèce, c’est que la crise de la dette a été provoquée par les pratiques créditrices des agents financiers privés, et non par les politiques fiscales et de dépenses publiques des gouvernements.

Quelle a été la réponse de l’Union européenne (UE) face à la crise ? Un Traité fiscal (le TSCG : Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance, NdT) qui vise à contrôler les politiques fiscales et les dépenses publiques des gouvernements des états membres, sans prendre en même temps aucune mesure significative pour mieux réguler le secteur financier privé ou pour le faire payer ne serait-ce qu’une infime partie du coût de la crise.

Mon collègue de l’University College de Dublin (UCD), Ben Tonra, qui, malgré ses critiques sur le Traité fiscal a appelé à voter « Oui » lors du référendum irlandais (du 31 mai dernier, NdT), a écrit sur la « haine viscérale (…) devant le fait que les citoyens irlandais continuent à être sacrifiés par la BCE au nom de la stabilité bancaire de la zone euro », et il a averti « du danger que le « Oui » puisse être interprété comme un acte de résignation de l’Irlande envers le statu quo. Ce sera la tâche du gouvernement d’éviter qu’il en soit ainsi et de faire rapidement pression, avec force et publiquement, en faveur d’une solution de la crise bancaire et des dettes souveraines ».

On peut souhaiter qu’il en soit ainsi, mais l’histoire démontre que le gouvernement irlandais offrira ce vote à ses maîtres européens dans l’espoir révérencieux d’obtenir en échange la concession de quelques « faveurs » pour avoir été un enfant aussi sage… Autrement dit, il recevra seulement le mépris habituel et d’autres abus en échange.

Comme d’autres personnes l’ont affirmé, une victoire du « Non » aurait pourtant pu adresser le message que le peuple irlandais n’est plus disposé à être aussi coopératif et qu’il est en colère, ce qui aurait pu augmenter les possibilités d’avancer vers une solution juste du problème de la dette.

De fait, les tactiques utilisées par les partisans du « Oui » en Irlande ont bien peu aidé la cause d’une solution juste de la dette. C’est le cas, en particulier, de l’argument utilisé par plusieurs activistes du « Oui » (entre autres le Ministre des Finances) selon lequel, si le Traité avait été en vigueur dès le début des années 2000, on aurait pu éviter la crise de la dette... Mais cet argument élude le fait fondamental déjà mentionné : la crise n’a pas été causée (en première instance) par une politique fiscale imprudente, mais bien par une dette privée excessive (ultérieurement socialisée).

L’explication véridique de la crise (les citoyens irlandais doivent rendre responsable les spéculateurs pour leurs dettes de jeu) a été remplacée par un conte de fée invraisemblable qui prétend que nous nous sommes comportés de manière irresponsable et que nous devons aujourd’hui accepter la discipline du Traité afin qu’une telle conduite désordonnée ne puisse plus se répéter.

Il faut également attribuer le résultat du référendum à l’idée selon laquelle la victoire du « Oui » était la clé permettant d’ouvrir à l’Irlande la porte du nouveau Mécanisme Européen de Stabilité (MES), autrement dit, le fonds auquel il faudrait recourir en cas de nécessité d’un second prêt en dehors du marché (le premier prêt de ce genre, provenant de l’UE, du FMI et d’autres sources, fut contracté en 2010 quand le coût des prêts sur le marché était trop élevé). L’argument affirmant qu’une victoire du « Non » fermerait la porte au MES a été répété en boucle jusqu’à satiété, et de nombreuses personnes ont cru qu’il s’agissait d’un choix beaucoup trop risqué - bien que les fonds du MES ou de quelque autre source n’auraient pas été nécessaires si nous ne traînions pas la charge d’une dette illégitime…

Ainsi, la victoire du « Oui » s’explique, dans une certaine mesure, non pas par un vaste soutien populaire envers le contenu du Traité lui-même, mais bien par une campagne explicite de chantage en défaveur du « Non ». Comme l’a expliqué Paul Murphy, euro député du Socialist Party, « le « Oui » ne signifie en aucun cas un soutien au contenu de ce Traité, ni un aval aux politiques d’austérité. Les gens ont tout simplement peur ».

A court terme, les choses ne vont pourtant pas s’améliorer ni être moins alarmantes pour la majorité des irlandais. De fait, il est probable qu’elles empirent. Le titre d’une « information de dernière minute » d’un des journaux nationaux au lendemain du référendum était : « Mauvaises nouvelles, une fois de plus, alors que le vote est terminé ». L’article faisait référence au fait que des questions telles que l’introduction de nouveaux impôts – dont on n’a cyniquement pas parlé pendant la campagne – revenaient désormais en pleine actualité et avec encore plus de force.

Avec le corset des normes du Traité, nous sommes partis pour de nombreuses années d’austérité. Ceux qui ont supporté jusqu’à présent le poids des coupes budgétaires l’ont parfaitement compris : les quartiers ouvrier ont majoritairement voté « Non » au Traité, tandis que le « Oui » s’est imposé dans les districts des classes moyennes et hautes, au point qu’un ministre du gouvernement a admis que le vote reflétait une « division de classes ».

Il est impossible d’occulter le fait que le résultat du référendum est une déception. Cependant, 40% des votes en faveur du « Non » constitue, au vu des circonstances, un résultat très décent, et tout particulièrement parce que les trois principaux partis politiques (dont deux sont au gouvernement), tous les grands journaux, les groupes patronaux et les diverses élites de la société civile, tous furent unanimes dans leur défense du « Oui ». Et il est également important de prendre en considération que le facteur de la peur, déjà mentionné, a poussé de nombreuses personnes à voter « Oui » malgré leur opposition à la politique actuelle d’austérité. On ne peut pas non plus additionner les abstentionnistes à ceux qui soutiennent le régime actuel. En d’autres termes, tout l’appareil du système en Irlande n’a pu convaincre que 30% de l’ensemble de électorat afin de soutenir le Traité, et bon nombre d’entre eux l’ont fait en se pinçant le nez et avec le pistolet sur la tempe.

Le courage de ceux qui ont voté « Non », associé à l’inévitable colère et à la sensation de trahison que ressentent beaucoup de personnes qui ont voté « Oui » ou qui se sont abstenues, offrent une base solide pour développer un agenda alternatif sérieux et pour mobiliser contre la dette et le programme d’austérité au cours des prochaines années.

Andy Storey est professeur de sociologie et d’économie du développement à la Faculté de Sciences Politiques et de Relations Internationales de l’University College de Dublín (UCD).

Publié sur : http://www.sinpermiso.info/textos/i...

Traduction française par Ataulfo Riera pour le site www.cadtm.org



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Irlande : La crise de la dette et le référendum sur le Traité fiscal
15 juin 2012 - 18h51 - Posté par azard

J’étais ces dernières semaines en Irlande et effectivement un fort matraquage médiatique a porté sur les massives pertes d’emplois induites par un éventuel vote négatif.Ceci a amené un fort taux d’abstention ,une forte proportion de la population hésitant entre son propre ressenti et le cataclysme annoncé dans les média en cas d’un succès du Non.






Injustice mondiale : le schéma de la coupe de champagne
vendredi 7 - 21h29
de : Christian DELARUE
1 commentaire
La France en passe d’être sous-développée !
vendredi 7 - 12h02
de : Claude Janvier
3 commentaires
Contre RTE et EDF, rencontrons nous
jeudi 6 - 21h40
de : amassada Pas res nos arresta
RTS : Suisse, la mortalité 2020 inférieur à celle de 2019, malgré le covid !
jeudi 6 - 14h06
de : RTS - Suisse
2 commentaires
LIBAN : LA FSM EN SOLIDARITÉ AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE DU LIBAN APRÈS LES EXPLOSIONS
jeudi 6 - 09h47
de : jodez
Trois quart de siècle plus tard…
mercredi 5 - 22h49
de : Pierre Péguin
A Sara Dura ! Un été de mobilisation contre le TAV en Val Susa
mercredi 5 - 22h42
de : No TAV
LE SOUVERAINISME AU SERVICE DE QUI ?
mercredi 5 - 19h42
de : Nemo3637
2 commentaires
Desabrahamisation de l’anthropologie pour la PMA
mardi 4 - 01h26
de : Christian DELARUE
Désabrahamisation de l’anthropologie : ouverture hors dogmes
mardi 4 - 01h12
de : Christian DELARUE
2 commentaires
FATIGUÉE
samedi 1er - 18h47
de : jean1
6 commentaires
BLACK AND WHITE
samedi 1er - 16h21
de : Nemo3637
Pénurie de gants ? La honte de ce régime ripoux !
vendredi 31 - 17h26
de : joclaude
VENEZUELA : L’IRAN ouvre à CARACAS son premier supermarché !
vendredi 31 - 16h48
de : joclaude
Report des élections Présidentielles en Bolivie.
vendredi 31 - 11h00
de : joclaude
Des personnalités appellent Darmanin à « soutenir » le policier « lanceur d’alerte »
jeudi 30 - 23h31
de : Christian DELARUE (MRAP)
1 commentaire
ATTAC : Gisèle Halimi n’est plus, Attac est en deuil
jeudi 30 - 00h06
de : Christian DELARUE (ATTAC)
Gisèle HALIMI, une grande militante - MRAP
mercredi 29 - 21h19
de : Christian DELARUE (MRAP)
BOLIVIE : La Centrale Ouvrière Bolivienne déclare une grève générale illimitée
mercredi 29 - 16h01
de : joclaude
29 juillet 1900 : un ouvrier anarchiste tue le roi d’Italie
mercredi 29 - 15h14
de : jean1
PLAN DE RELANCE EUROPÉEN : L’ARNAQUE MACRON
mardi 28 - 16h34
de : joclaude
1 commentaire
Fin des prospectus : les c…, ça ose décidément tout !
mardi 28 - 11h10
de : Michel B.
5 commentaires
Ceux qui doivent vivre et ceux qui doivent mourir ; la sélection
mardi 28 - 00h41
de : Jean-Yves Peillard
Affaire Girard-Coffin : Un effet Obono
lundi 27 - 23h03
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un policier révèle des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris
lundi 27 - 19h31
de : jean1
1 commentaire
OMISSION, DÉFORMATION, DÉSINFORMATION
lundi 27 - 17h32
COLOMBIE:L’Ambassadeur de Cuba en ce pays sollicité pour l’envoi de médecins !
lundi 27 - 15h37
de : joclaude
CASTEX : "Monsieur T2A", casseur de l’Hôpital
lundi 27 - 14h43
de : joclaude
L’Espagne se propose de rééduquer les prisonniers politiques
dimanche 26 - 22h51
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
dimanche 26 - 16h36
de : joclaude
1 commentaire
NICARAGUA:Le président Daniel Ortega, a commémoré le 41e anniversaire de la révolution.
vendredi 24 - 11h21
1 commentaire
MEXIQUE:Certains devraient y réfléchir puisque apparemment, c’est possible !…
vendredi 24 - 10h48
de : joclaude
Séparatisme désormais !
jeudi 23 - 23h17
de : Christian Delarue
4 commentaires
LE MONDE CHANGE, l’impérialisme ne va pas tarder à s’en apercevoir !
jeudi 23 - 18h00
de : joclaude
Je n’ai qu’un cri : scandaleux !
jeudi 23 - 11h34
de : joclaude
LE SEGUR DE LA HONTE !
jeudi 23 - 11h08
de : joclaude
Tensions au Caucase : une diversion opportune pour Nikol Pashinyan ?
mercredi 22 - 20h58
2 commentaires
HONG-KONG : Pour savoir de quoi on parle !
mercredi 22 - 15h02
de : joclaude
3 commentaires
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH
mercredi 22 - 09h46
de : jodez
MACRON PUTAIN, ENCORE 600 JOURS
mardi 21 - 21h05
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite