Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

La France, nouvelle colonie israélienne : Récit d’une garde à vue arbitraire

dimanche 27 juillet 2014 - 19h46 - Signaler aux modérateurs

La France, nouvelle colonie israélienne : Récit d’une garde à vue arbitraire
dimanche 27 juillet 2014

Tandis que le nombre des victimes du terrorisme israélien dépassait le millier et que l’on ne pouvait plus compter le nombre de blessés à Gaza, la police française recevait l’ordre de rafler à tour de bras, n’importe qui et n’importe où à Paris ce samedi. C’est ainsi que nous sommes une douzaine de personnes âgées de 21 à 77 ans à avoir passé 24 h en garde à vue ce week-end, pour avoir osé montrer un court moment la réalité de l’occupation israélienne sur le Boulevard du Montparnasse.

Il est 15 H 15 quand débute une scène de check-point ce samedi 26 juillet en face du cinéma Gaumont Montparnasse : des soldats israéliens qui empêchent femmes enceintes et enfants blessés de se rendre à l’hôpital en Palestine occupée.

Les gens regardent, prennent des photos et tandis que nous terminons notre spectacle de rue par un appel à rejoindre la campagne internationale de boycott d’Israël, un policier vient nous demander de nous disperser.

Nous répondons par l’affirmative, regroupons nos affaires, et descendons dans le Métro Montparnasse pour rentrer chez nous quand tout d’un coup, plusieurs policiers surgissent et nous barrent le chemin alors que nous sommes devant les guichets à billets, à l’intérieur du métro.

« Contre-Ordre ! », proclament-ils en nous serrant contre le mur sans nous donner de précisions et en nous annonçant qu’ils attendent des ordres de leur hiérarchie.

En attendant ces fameux ordres, le temps passe, les usagers du métro s’arrêtent, nous entonnons des chants pour la libération de la Palestine et contre le racisme, jusqu’à ce que les fameux ordres arrivent : il faut embarquer tout le monde.

On nous fait monter, 8 femmes et 4 hommes, dans un car de police qui est arrivé après une tournée dans différents quartiers de Paris, et nous partons escortés de 6 motards, toutes sirènes hurlantes et grillant tous les feux rouges jusqu’au commissariat de la rue de l’Evangile dans le 18ème, cortège consacré par les applaudissements et signes de victoire que nous adressent les passants et automobilistes que nous dépassons.

Arrivés au commissariat, une garde à vue nous est signifiée pour « attroupement non autorisé », délit qui n’est légalement constitué que lorsque des personnes refusent après deux sommations officielles au mégaphone de se disperser, ce qui n’est pas notre cas, comme chacun en est conscient.

Qu’à cela ne tienne, nous sommes pressés de signer des PV sans avoir le temps de les lire, ce qui est illégal, tous nos effets nous sont confisqués (soutien-gorge compris), et nous sommes placés dans des cellules à plusieurs, le temps que l’on nous trouve un autre commissariat disponible pour la garde à vue, ce qui n’a pas l’air simple vue l’ordre donné de « faire du chiffre » que ne cherche même pas à cacher la police.

Remontée dans un car, et même ambiance tonique (chants et slogans) jusqu’à l’arrivée au commissariat du 15ème proche du M° Vaugirard, où des policiers, passé 22H, voient arriver ahuris la petite troupe de « criminels » pas ordinaires.

Re-fouille et re-placement en cellules vétustes, sales, sans aération, et aux portes grinçantes comme dans les prisons des films policiers d’antan.

Les policiers, dont les effectifs ont été renforcés pour l’occasion (avec l’argent des contribuables), nous disent à quel point ils sont confus, gênés par cette détention de toute évidence arbitraire.

« Je vais être clair avec vous, vous êtes là sans raison, on va donc faire au plus vite, pour que soyez dehors dès que possible, mais nous sommes obligés de respecter les procédures de la garde à vue », dit à Nawel, l’un des officiers chargé de nous interroger l’un après l’autre.

« J’ai honte de ce que l’on me fait faire », confie un autre à Claire, âgée de 77 ans.

« Je n’ai pas le droit de donner mon opinion en service, mais le gouvernement nous fait faire n’importe quoi », déclare à Olivia un troisième policier.

Comme il est impossible de dormir, vu l’inconfort, la surpopulation des cellules, le branle-bas de combat de la porte à chaque fois que l’un(e) d’entre nous est appelé pour une audition ou pour rencontrer l’avocat demandé (ou encore un interprète pour l’un d’entre nous qui est américain), les slogans, boutades et chansons, fusent de toutes les cellules, dans un joyeux vacarme.

Le tout jusqu’à 15 H 30 passées ce dimanche 27 juillet, soit une garde à vue de 24 H, à l’issue de laquelle on nous libère tous, en nous signifiant qu’aucune charge n’est retenue contre nous !

Combien d’interpellations et de gardes à vue abusives en ce genre, Monsieur Hollande, pour qu’Israël puisse continuer à massacrer en paix, en interdisant la publication des noms des enfants palestiniens qu’il assassine ?

Honte à vous, collaborateurs des criminels israéliens !

Honte à vous, complices des assassins d’enfants !

Honte aux médias qui camouflent la vérité !

Mais le monde n’est plus dupe. Vous pouvez interdire toutes les manifestations que vous voulez à Paris, vous ne réussirez pas à bâillonner les femmes et les hommes de conscience.

10.000 manifestants à Lyon ce samedi. Des dizaines de milliers d’autres dans de nombreuses autres villes de France.

Vous ne réussirez pas à faire taire les consciences, ni à échapper aux grandes poubelles de l’histoire.

CAPJPO-EuroPalestine
http://www.europalestine.com/spip.p...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite