Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Affaire Areva : mais que peut faire la justice ?

mardi 9 septembre 2014 - 00h20 - Signaler aux modérateurs

Que peut faire la justice française face au fiasco Uramin ? Si un premier procès pour atteinte à la vie privée et recel de données s’est déroulé au printemps avec la relaxe de Sébastien de Montessus et la dispense de peine de Mario Brero, rien n’est tranché sur le fond de l’affaire.

JPEG - 83.9 ko
Affaire Areva : mais que peut faire la justice ?

Malgré une enquête parlementaire et de multiples perquisitions, c’est toujours le flou le plus complet autour du rachat, en 2007, de la start-up canadienne Uramin pour 2,5 milliards de dollars. La petite société, alors propriétaire de gisements d’uranium en Afrique, avait vendu ses actifs au prix fort, actifs qui n’ont jamais pu être exploités.

Et si l’ancien dirigeant d’Areva Sébastien de Montessus et le détective suisse Mario Brero ont comparu pour une enquête privée sur les personnes d’Olivier Fric et Daniel Wouters, ces mêmes personnes ainsi que les autres acteurs de la transaction Uramin sont pour l’heure passés entre les mailles du filet.

L’affaire Areva-UraMin : une impasse judiciaire ?

Pour le leader mondial du nucléaire, la recherche de la vérité est laborieuse. Après que les services internes d’Areva aient diligenté plusieurs enquêtes (notamment celle menée par la société de Mario Brero, Alp Services) pour déterminer si des malversations entachaient l’acquisition d’Uramin, des voix se sont élevées pour que la justice s’en mêle enfin et tente de faire toute la lumière. Après des mois de tergiversations, et une enquête parlementaire qui n’a conclu qu’à des problèmes de transparence au sein d’Areva, le parquet financier s’est saisi du dossier et a lancé des perquisitions, notamment au siège du groupe nucléaire et au domicile de son ancienne patronne, Anne Lauvergeon.

Avant cela, la première manche judiciaire, menée contre les lanceurs d’alertes, a amené à la relaxe de l’ancien directeur des Mines d’Areva Sébastien de Montessus et à une dispense de peine pour Mario Brero, mis en cause pour son enquête incisive sur les circonstances et les acteurs de la transaction Uramin. Une façon pour la justice française de reconnaitre implicitement le bien-fondé de l’enquête sans en approuver toutes les méthodes.

En attendant de nouveaux témoignages…

Les documents récupérés lors des perquisitions du parquet financier pendant l’été auront-ils une incidence sur les futures investigations ? La suite de l’enquête nous le dira, mais d’ores et déjà de fortes présomptions pèsent sur de nombreux acteurs, bien connus dans le milieu minier, mais jusqu’alors méconnus du public. On peut notamment évoquer, la délicate situation de Daniel Wouters, le banquier belge, ami d’Olivier Fric et principal artisan de la transaction Uramin, qui a bénéficié d’une indemnité de 700’000 euros de la part d’Areva en échange d’une clause de confidentialité...

Citons également Stephen Dattels, qui a empoché le produit de la vente, et qui dirige toujours une entreprise qui « n’a qu’une poignée d’employés, mais cinq adresses », dont une dans un paradis fiscal et qui reste soigneusement hors d’atteinte de la juridiction française.

Enfin, en creusant encore un peu l’affaire Uramin, on découvre une autre personnalité, certes entourée de mystère, mais bien connue de la justice française. D’après les journalistes de Paris Match, « en avril 2007, Saifee Durbar a été condamné par la cour d’appel de Paris à trois ans de prison ferme pour avoir promis des rendements mirifiques à des investisseurs. Étrangement, il ne passera que trois mois derrière les barreaux, au quartier VIP de la Santé, avant d’être assigné à résidence dans un bel appartement parisien jusqu’en décembre 2010 ».

La même année, Areva achetait les très modestes actifs d’Uramin pour 2,5 milliards de dollars.

Il y a encore beaucoup à faire pour y voir clair dans cette affaire.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite