Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

NATION ET NATIONALISME

de : GRAUX Allain
mercredi 21 janvier 2015 - 11h42 - Signaler aux modérateurs

Il convient de distinguer l’idée de Nation et le nationalisme. On peut être attaché à sa nation au sens sociétal, c’est-à-dire au fait d’appartenir à une société où des individus d’origines, d’opinions, de croyances, de philosophies, de langues diverses et différentes partagent leur vie selon des règles communes constituées, acceptées par tous pour permettre le vivre ensemble. Le plus souvent une langue vernaculaire commune permet la communication entre les citoyens des différentes communautés. Il s’agit alors d’un Etat plus que d’une Nation, il peut rassembler différentes nationalités dont la caractéristique est une langue et une culture historique commune.

La Nation
Le terme latin natio désigne les petits d’une même portée, et signifie aussi « groupe humain de la même origine.
Le sens de nation est souvent assimilé à celui de peuple et ajoute souvent l’idée d’État. La charte de l’ONU « fixe les droits et les obligations des États Membres » et « le Préambule de la Charte des Nations Unies exprime les idéaux et les buts communs de tous les peuples dont les gouvernements se sont réunis pour former l’Organisation des Nations Unies .
Pour François Guizot (1822) : « un peuple est une multitude d’hommes, vivant dans le même pays et sous les mêmes lois. Une nation est une multitude d’hommes, ayant la même origine, vivant dans le même État et sous les mêmes lois . ». Deux notions différencient ainsi pour l’auteur la nation du peuple : l’État et l’origine.
Pour le Dictionnaire de la langue française, la nation est un « Ensemble de personnes vivant sur un territoire commun, conscient de son unité (historique, culturelle, etc.) et constituant une entité politique ». Dans le Petit Robert, une nation est « un groupe humain constituant une communauté politique, établie sur un territoire défini (…) et personnifiée par une autorité souveraine ».

La tradition issue de la Révolution française, de la philosophie des Lumières, insiste sur la volonté du « vivre ensemble », la nation étant alors le résultat d’un acte d’autodéfinition. C’est aussi la vision d’Ernest Renan . Il s’efforce de distinguer « race » et nation, soutenant que, à la différence des races, les nations s’étaient formées sur la base d’une association volontaire d’individus avec un passé commun : ce qui constitue une nation, ce n’est pas parler la même langue, ni appartenir à un groupe ethnographique commun, c’est « avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore » dans l’avenir. A la différence du nationalisme racial du type allemand, dont la citoyenneté repose sur le droit du sang. Cependant, le « plébiscite de tous les jours » défendu par Renan « ne concernent que ceux qui ont un passé commun, c’est-à-dire ceux qui ont la même racine ». Il a ainsi pu être revendiqué par un penseur raciste comme Maurice Barrès.

A l’ère moderne, la formation des nations s’est faite avec la cristallisation d’une pensée nationale.

Nation et nationalisme
Le sentiment national est naturel à toutes les nations, à tous les pays. Il est aussi naturel que l’amour filial ou que l’affection familiale. Il est souhaitable qu’une nation veuille vivre, se défendre et se perpétuer. Un peuple n’est bien dans sa peau que s’il forme une nation indépendante. Le nationalisme, ça consiste à affirmer sa propre nation au détriment des autres. Le nationalisme, c’est de l’égoïsme .
Le nationalisme, c’est la croyance en la supériorité de la nation à laquelle on appartient, la seule qui importe alors que le sentiment national reconnaît aux autres nations un droit égal. Le nationalisme ne peut conduire qu’à l’affrontement entre les peuples, voire la guerre. L’internationalisme respecte les autres cultures nationales et propose la coopération entre les nations et les peuples.
Le nationalisme peut-être la réaction agressive d’un sentiment national naturel qui a été négligé ou frustré. On ne peut donc pas faire comme si le sentiment national n’existait pas, ou était condamnable au nom d’une pensée internationaliste niaise qui nierait les réalités nationales et conduit certains esprits à des radicalités d’affrontement qui mettent en péril la République.
Pour les nationalistes du XIXè siècle, la « haine » de l’Allemagne après la défaite de 1870, a fourbi le « nationalisme intégral » de Charles Maurras, la théorie de « l’Anti-France » qui recouvrait les juifs, les francs-maçons, les protestants et les métèques. A la différence de la première guerre mondiale où le terme de nation est utilisé pour justifier le conflit et la revendication nationaliste et revancharde de reconquête des territoires de l’Alsace-Moselle perdus en 1870, après la Seconde Guerre mondiale, le thème de la nation évoque le fascisme et le nazisme et le nationalisme est discrédité. Le nationalisme est aujourd’hui assumé autant par la droite-extrême que l’extrême-droite, le Front National et les partis souverainistes, pour stigmatiser l’immigration ou l’Union européenne et la perte d’une identité française. La stigmatisation des musulmans, des Africains, des Roms, des étrangers non-européens, a remplacé celle des juifs « apatrides ».

Nationalisme identitaire
Le terme nation peut donc désigner un Etat ou un peuple ayant l’objectif politique de maintenir ou d’instituer un Etat ; on peut alors désigner ceux qui revendiquent ce but de nationalistes. Certains revendiquent leur indépendance ou leur autonomie, au nom d’une identité linguistique, culturelle, historique. Par exemple les nationalistes régionaux en France : bretons, corses, basques, les flamands en Belgique, en Grande-Bretagne les écossais, les catalans et les Basques en Espagne, les Québécois au Canada, les tibétains en Chine, etc...
Cependant, cette revendication identitaire est le plus souvent politique, pour des raisons démocratiques, économiques, de domination d’une majorité sur une minorité ethnique. On peut cependant avoir différentes identités : ethnique, religieuse, linguistique, de classe sociale, et se sentir citoyen de plein droit d’un Etat.

Le nationalisme religieux
Certaines communautés religieuses revendiquent aussi une idée nationaliste et un Etat au nom de leur confession. Ainsi les sionistes juifs ont colonisé la Palestine pour y fonder l’Etat d’Israël que le gouvernement actuel veut qualifier d’Etat juif. Comme si l’appartenance à la religion juive était synonyme de race ou d’affiliation ethnique. Les citoyens israéliens ne sont pas tous juifs, il y a des chrétiens, des musulmans, des athées. Il en est de même pour certains Etats dont les résidents de confession musulmane et de langue arabe sont majoritaires. Ils se revendiquent comme islamique et arabe : l’Arabie saoudite, la Mauritanie, etc…Or, les Arabes sont seulement les habitants de l’Arabie. Les musulmans ne sont pas tous arabes, les arabes mahométans sont même minoritaires dans le monde. Le premier pays musulman est l’Indonésie, et d’autres comme l’Iran, le Pakistan, qui sont majoritairement constitués de citoyens de confession musulmane et ne sont pas arabes. Les Etats d’Afrique du Nord qui se revendiquent de l’arabisme pour des raisons culturelles et linguistiques, sont en majorité constitués d’ethnies d’origine berbère. Les intégristes de l’Etat islamique revendiquent de revenir au Califat de la Conquête au temps du Prophète Mahomet. Toutes les tentatives d’union sous cette bannière arabo musulmane ont échoué, que ce soit celles de l’Egypte et de la Syrie (République Arabe Unie), ou de la Libye de Kadhafi avec les Etats du Maghreb.
De même L’Etat d’Israël justifie son nationalisme au nom d’un droit au retour sur la « Terre promise » par Dieu . C’est comme si les Bretons revendiquaient la Cornouaille dont ils ont été expulsés en 300…Le judaïsme, s’il est une foi et une culture importante n’est pas la culture nationale d’un peuple unique .
« La Terre d’Israël est le lieu où naquit le peuple juif. C’est là que se forma son caractère spirituel, religieux et national. C’est là qu’il réalisa son indépendance, créa une culture d’une portée à la fois nationale et universelle et fit don de la Bible éternelle au monde entier . »
Remarques : être juif, ce n’est pas appartenir à un peuple mais à une culture ou une religion ou une tradition. Les « juifs » ont des origines ethniques diverses : européennes très variées (les ashkénazes), africaines (séfarades et même éthiopiennes : les falashas). Mais on peut dire que c’est en Palestine, que des colons de religion juive ont créé l’Etat d’Israël. Ben Gourion déclarait à toute occasion que le Livre des livres était la carte d’identité du peuple juif et la preuve de son mandat sur la « terre d’Israël ».

Beaucoup de chercheurs, comme Hayes, ont vu dans l’idée de nation une forme moderne de religion destinée à fixer des rituels en un ordre social. Dans le cas d’Israël, la langue hébraïque ressuscitée, la création de mythes historiques ont fondé et stabilisé les strates de l’Etat sur les bases d’un nationalisme spirituel.

« Aucune nation ne possède naturellement une base ethnique, mais à mesure que les formations sociales se nationalisent, les populations qu’elles incluent, qu’elles se répartissent ou qu’elles dominent sont ethnicisés, c’est-à-dire représentées dans le présent ou dans l’avenir comme si elles formaient une communauté naturelle . »

Suite de cet article : sur :

http://allaingraux.over-blog.com/20...

http://allaingraux.over-blog.com/20...

Allain GRAUX


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite