Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Le saviez vous ? en UKRAINE , il y aurait AUSSI des CLASSES SOCIALES !!

de : Alain Chancogne
dimanche 8 février 2015 - 11h39 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

Avertissement

S’il en est besoin,je précise que je ne suis un "inconditionnel" d’aucun PARTI se réclamant du Communisme !

 Que je considère POUTINE comme un mélange d’ADN tsariste, de restes de stalinisme, et que je ne suis pas encore sénile au point d’en faire un espèce de CHE qui défendrait l’EST de l’Ukraine au nom de l’"anti capitalisme" ! Mais je crois aussi, , en tant que révolutionnaire qui sait que la barricada ’a que deux côtés, que si , "en face" on se met des coups de boule au nom de contradictions inter-capitaliste, je ne vais pas considérer que le terrain de leur affrontement-et ses conséquences- ne sauraient me concerner

Car tout est fait pour que je ne me complique pas la vie :

BFM en boucle me le redit, c’est TRES SIMPLE :

 D’un côté : les Méchants : POUTINE et salopards de milicienspro-russe

 De l’autre cette Ukraine post-Maïdam, qui met en transes BHL, cette UKRAINE de LA LIBERTE...avec ses dirigeanst vertueux, au Brevet de gentils démocrates , délivré par l’Occident" ..des banquiers, des exportateurs de démocratie à la OBAMA, HOLLANDE MERKEL

Histoire de "changer" un peu la musique de fond, avant qu’on nem’explique que la France aurait des DEVOIRS d’HUMANISME pour demain voler au secours de"Kiev"..comme"nous" sauvons les LIBERTES , au nom de"nos valeurs" au Mali, en Lybie, avec nos frappes salvatrices sur les populations africaines, ou d’IRAK,

...............un autre son de cloche, tiré du blog de mon ami EL DIABLO

http://www.communcommune.com/articl...

Projet de loi en UKRAINE sur l’interdiction de l’idéologie communiste : le Parti COMMUNISTE d’Ukraine EN DANGER !

Blitzkrieg au Parlement ukrainien. Alors que vient d’être voté un budget d’austérité draconien, que les projets de loi se multiplient pour faciliter l’adhésion à l’OTAN, déréguler le marché intérieur, le dernier en date propose l’interdiction de l’idéologie communiste, donc du KPU.

Le Parti communiste d’Ukraine (KPU) lance un nouvel appel à la solidarité internationale. Ce n’est pas un cri au loup prématuré. Depuis un an, les nouvelles autorités de Kiev ne cessent de vouloir briser la résistance du KPU par tous les moyens.

Cette fois, le Parlement ukrainien va étudier un projet de loi visant à criminaliser l’idéologie communiste, à interdire le Parti communiste. Un projet qui a toutes les chances d’être adopté au vu du rapport de forces actuel et de l’hégémonie parlementaire des forces anti-communistes.

Combats de rue, violence d’État, tribunaux, urnes truquées : le KPU résiste

Elles ont usé des combats de rue, où les milices néo-nazies de Secteur Droit, du leader populiste Liachko ont dépassé les fascistes de Svoboda dans les méthodes : tabassage de militants du Parti, maisons de responsables saccagées, statues de Lénine déboulonnées, la liste est longue.

Ce climat de terreur de rue a été couvert par une violence institutionnalisée. Dans un contexte de guerre civile, les enlèvements de responsables locaux du parti se sont multipliés à l’est – avec collaboration des services secrets –, accompagnées d’interrogatoires musclées, incluant intimidations et tortures, pour faire avouer des relations avec les séparatistes.

Il a même essayé l’éradication par voie judiciaire. Le député populiste d’extrême-droite Oleg Liachko avait fait passer un projet de loi pour l’interdiction du Parti communiste. Il n’avait obtenu que la dissolution du groupe parlementaire du KPU qui comptait 32 élus.

En juillet 2014, une offensive a été lancée par le Ministère de la Justice pour faire interdire le KPU, devant le Tribunal administratif de Kiev, sur présomption de collusion entre le KPU et les séparatistes pro-russes. Aucune preuve tangible n’avait été apportée, l’enquête avait été fermée.

Toutefois, ce 24 décembre, la Cour d’appel de Kiev a décidé de rouvrir l’affaire, six jours après le dépôt d’un projet de loi sur l’interdiction du KPU au Parlement.

Un cadre qui a accompagné la tentative d’élimination politique du KPU. Ce parti qui rassemblait 2,5 millions d’électeurs (13 %) en 2012 a l’écorce rude, un ancrage résistant dans la société. Malgré l’impossibilité de voter pour des millions d’Ukrainiens à l’est, dans les bastions communistes, le KPU a maintenu son existence, avec 4 % des voix et 600 000 voix.

En finir avec le Parti communiste : le projet de loi du parti au pouvoir

Il a toutefois perdu toute représentation parlementaire. Le président « roi du chocolat » Porochenko n’a pas manqué de se féliciter de l’ « arrêt de mort politique du Parti communiste ».

En dépit de cette offensive sur tous les fronts, le KPU est toujours bien vivant. Il s’agit maintenant d’en terminer légalement avec le Parti communiste, avec tout ce qu’il représente dans la société, d’héritage de l’ère soviétique comme de réalité d’opposition aux politiques anti-populaires.

Un projet de loi vient d’être déposé à la Rada (Parlement ukrainien) ce 18 décembre par trois députés du parti du Premier Ministre, le banquier pro-américain Iasteniouk, le « Front populaire », un projet soutenu par trois députés, MM. Tourchinov, Pachinski et Sioumar.

« Sur l’interdiction et la diffusion de l’idéologie communiste en Ukraine »

Un projet de loi « sur l’interdiction de la diffusion de l’idéologie communiste en Ukraine », dans la droite ligne des législations qui interdisent les symboles communistes en République tchèque, Pologne, ainsi que les partis communistes en Hongrie, Lettonie, Lituanie.

Selon son article 1, le projet de loi définit l’ idéologie communiste «  comme un système de concepts, d’idées, d’opinions reposant sur la lutte de classe, la dictature d’une classe sur les autres, la création d’un État totalitaire, la violation des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, le déni des droits des peuples à l’autodétermination, la non-reconnaissance du droit à la propriété privée des moyens de production, l’établissement d’un système à parti unique, le renversement violent d’un système étatique  ».

Sa promotion comprend y compris sa « diffusion dans les médias », la « production ou diffusion de produits contenant les symboles », qui sont : « les emblèmes, drapeaux de l’URSS, ou tout autre insigne qui porte les faucilles et marteaux ; les noms de rues, entreprises, institutions et organisations portant les noms des leaders communistes, le nom de l’URSS ».

Selon son article 2 : « la promotion de l’idéologie communiste en Ukraine est interdite », tout comme la «  promotion de partis politiques entités idéologiques qui utilisent les termes Communisme, Marxisme, Léninisme, Stalinisme ».

Selon l’article 3, « la production ou distribution de produits avec les symboles communistes, y compris des souvenirs, est interdite en Ukraine ».

Six mois pour la dissolution du PC, cinq ans de prison pour tout communiste

Enfin, l’article 4 prévoit que les « personnes violant la Loi seront criminellement responsables ».

La promotion de l’idéologie communiste serait passible, selon la révision du Code criminel d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison.

Enfin, toute entité politique portant un nom communiste devrait « cesser toute opération, en se dissolvant dans les six mois suivant l’adoption de cette loi ». De même, les rues portant des noms faisant référence à l’idéologie communiste seraient renommées dans les six mois.

Si on ajoute les voix des députés du parti du Président Porochenko (« Bloc Porochenko »), ceux du parti du Premier ministre Iasteniouk (« Front populaire ») et ceux du Parti radical du populiste Liachko, on obtient 236 élus prêts à voter ce projet de loi, une majorité de l’Assemblée.

De quoi faire passer ce projet anti-démocratique, même sans les voix du groupe de Liachko. Le secrétaire-général du Parti communiste d’Ukraine (KPU), Petro Simonenko, a déjà qualifié cet acte de « tentative d’éliminer le seul adversaire politique du régime : le Parti communiste ».

Il appelle désormais les Partis communistes, les forces de progrès en Europe à élever la voix pour s’élever à la mise en place d’un régime aux traits de plus en plus bellicistes, autoritaires et anti-populaires, couverts par une Union européenne, des Etats-unis complaisants.

Il est temps pour nous, communistes français, de commencer l’année 2015 par un appel à la solidarité avec nos camarades ukrainiens : non à la criminalisation du communisme en Ukraine, non à la fascisation de l’Europe  !


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Le saviez vous ? en UKRAINE , il y aurait AUSSI des CLASSES SOCIALES !!
8 février 2015 - 12h35

il et question d’un gouvernement carrément et ouvertement fasciste en Ukraine,
nous le savions ,cela devient clair , pour qui veut bien voir.
Il est tempo que joue la solidarité partout en Europe avec le prolétariat Ukrainien
de l’est et de l’ouest



Le saviez vous ? en UKRAINE , il y aurait AUSSI des CLASSES SOCIALES !!
8 février 2015 - 13h49 - Posté par NOCTURNE

Ou l’on voit que le communisme n’est pas mort ,par les peurs du capitalisme mondial .Par leur acharnement a nous combattre, on peut mesurer notre force.

Seul nous manque une orga a construire pour pouvoir aidée le prolétariat,
qui (on le voie part les abstentions ) n’attends que ça pour reprendre la lutte
trop longtemps abandonné sous le poids du réformisme..

Vive la solidarité populaire internationalité vive le communisme a venir.


Le saviez vous ? en UKRAINE , il y aurait AUSSI des CLASSES SOCIALES !!
8 février 2015 - 12h41 - Posté par montreuil 93

"en tant que révolutionnaire" ,ca mange pas d’pain !



Le saviez vous ? en UKRAINE , il y aurait AUSSI des CLASSES SOCIALES !!
8 février 2015 - 13h51 - Posté par NOCTURNE

montreu 93

pas très compressible !


Le saviez vous ? en UKRAINE , il y aurait AUSSI des CLASSES SOCIALES !!
8 février 2015 - 17h44 - Posté par PierreP

Je ne sais pas ce que vaut le KPU, je ne sais même pas s’il est encore communiste et je ne suis pas sûr d’être d’accord à 100% avec lui. Pourtant, je soutiens son combat contre la loi qui vise à criminaliser le communisme car je suis communiste.
On peut faire plus comme faire c... BHL, nos amis du PS et tous les thuriféraires de la nouvelle Ukraine européo-fasciste.



Le saviez vous ? en UKRAINE , il y aurait AUSSI des CLASSES SOCIALES !!
9 février 2015 - 21h58 - Posté par

il est toujours vivant ? , Seigneur Dieu vient nous débarrasser cet être néfaste

chemise largement ouverte sur une poitrine maigrelette mais poilue malgré tout ,

cheveux au vent de l’automne de sa vie , coincer ,étriquer , ,dedans comme dehors , l’homme épanouit ououou , le bonheur épanouit le coeur , rien de tout ça chez lui , le sombre ,le noir ,les ténèbres ,ça c’est LUI

HEP !!! les algériens ,faites comme les tunisiens foutez moi ce type DEHORS






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite