Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Les arts de la rue entre gravité et fantaisie

de : Benjamin Roure
dimanche 24 juillet 2005 - 04h17 - Signaler aux modérateurs

Les arts de la rue entre gravité et fantaisie

de Benjamin Roure

Chalon-sur-Saône, jusqu’au dimanche 24 juillet, 184 compagnies et plus de 300 000 visiteurs sont attendus, pour le principal festival des arts de la rue, avec celui d’Aurillac (qui se déroulera du 17 au 20 août).

Contrastant avec l’énergie qui anime chaque quartier, la forte présence de la mort dans les spectacles présentés peut se lire en filigrane comme un appel au secours d’artistes intermittents, que la présence du ministre de la culture et de la communication Renaud Donnedieu de Vabres à l’occasion d’un débat n’a pas réussi à rassurer.

Dans les rues, l’ambiance est festive et tranquille, mais parmi les 22 spectacles du festival "in", le ton se fait souvent funèbre. Ainsi les Hollandais de Dakar proposent-ils avec Braakland un voyage dans une terre sans nom et sans âme, où toute raison de vivre a disparu. Viol, meurtres, suicide et enterrement collectifs se déroulent dans un silence total, sous le regard sceptique des spectateurs.

La production des Français de Metallovoice et des Ecossais de Boilerhouse ne fait pas non plus dans la gaudriole, avec 3 600 secondes, ou Que feriez-vous s’il ne vous restait qu’une heure à vivre ? Sur une scène mobile, autour de laquelle s’amasse le public, qui a patienté en lisant et relisant sur des écrans des poèmes de Shakespeare et de Baudelaire sur le temps qui passe, deux hommes et deux femmes se racontent leurs rêves et leurs cauchemars, face au grand chef d’orchestre du temps.

"LA MACHINE À BOTTER LE CUL"

La mise en scène efficace et les textes percutants, ajoutés à la musique (de l’électro au Requiem de Verdi) et aux projections visuelles, font de ce spectacle de plein air un condensé réussi de violence quotidienne et d’éternelles interrogations. Plus tard dans la nuit, on verra Il corso, show pyrotechnique grandiloquent des Allemands de Pan. Optikum, inspiré du Livre des questions de Pablo Neruda, avec son univers médiévalo-punk, renforce l’idée d’un festival qui se plaît à bousculer, sans toujours réussir à séduire.

Pedro Garcia, directeur de Chalon dans la rue depuis deux saisons seulement, veut que le public, et surtout les habitués, s’interroge, se divise et ne se contente pas de trouver les spectacles "beaux" . "Il n’y a pas de thème général, la porte est ouverte aux poten tialités artistiques. Chaque projet a les moyens de trouver son public." Pour ceux qui fuirait le morbide, la fantaisie occupe également une bonne place avec notamment les déambulations féériques de Pipototal ou les inventaires surréalistes de la compagnie O.P.U.S., qui offre une visite de son "conservatoire des curiosités" , regorgeant d’objets insolites comme "la machine à botter le cul des drôles" ou "la bétonnière de camping".

Mais c’est peut-être dans le grain de folie de certains spectacles que les arts de la rue trouvent un nouveau souffle. Une folie toutefois assez proche des thématiques sombres abordées cette année. Les caissières sont moches , de Pierre Guillois et les Octavios, évoque un monde à la Boris Vian, en forme de contrepied à la vie de quartier façon Amélie Poulain.

Un couple trop heureux se retrouve la tête en bas, la bouchère pose nue sur une publicité pour du thon, une femme atteinte d’un cancer se plaint de ne pouvoir revoir les fleurs du printemps que le jour de ses funérailles. La troupe roumaine Radu Stanca propose, elle, une libre adaptation de L’Idiot de Dostoïevski, en deux heures jouissives d’ivresse verbale et gestuelle. Comme un antidote, une surdose de vodka, à la fois pour fêter une heureuse nouvelle (2 millions d’euros débloqués cette année par le ministère de la culture pour les arts de la rue) et noyer son inquiétude pour l’avenir.

http://www.lemonde.fr/web/article/0...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite