Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le pouvoir d’Achat


de : Franca Maï
jeudi 15 septembre 2005 - 15h58 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 22.5 ko

de Franca Maï

Ils sont entrés en défonçant la porte. Cinq hommes parés comme des robocops. Je n’ai même pas eu le temps d’ôter le tablier qui enserrait ma taille. Mes mains étaient encore imbibées du produit gluant à vaisselle. L’assiette a valsé. J’ai été plaquée au mur sans ménagement.

 Vous faites erreur !

Ma voix émettait des tremblements. Je ne la reconnaissais même pas. Comme si en un quart de seconde, je m’étais perdue dans une autre carcasse.

 Ferme ta fosse à mensonges !

Ils me palpaient tout en me déshabillant. Le plus grand a sorti une carte. J’y ai vu inscrit le mot Police.

 Je vous assure, vous faites une grossière erreur.

Un ordre autoritaire lancé par un blond enrobé a guidé leurs actes.

 Qu’elle transpire vite les gars !

A ce moment précis, j’ai eu une envie pressante d’uriner. Ma tête azimutée se répétait comme pour se rassurer : Je suis dans un cauchemar... Je vais me réveiller... Mais non...il était bien 14 heures et ce groupuscule armé jusqu’aux dents, piétinait le sol de mon appartement. J’ai distingué des éprouvettes. Des doigts adipeux en ont posé une, sous chacune de mes aisselles.

 Madame se la pète rebelle ! ... Elle ne veut pas coopérer !

Pourtant je vous jure, j’étais en eau. La peur cognait toute ma viande.

C’est alors que l’un d’entre eux a posé froidement un P38 sur ma tempe. Son regard d’acier était tout simplement terrifiant. -Alors tu te décides, sale garce !...

Je me suis évanouie.

La lumière était dure, froide presque clinique. J’étais allongée sur une table, écartelée et je sentais le nez d’un individu chatouiller mon corps. Il reniflait profondément chaque parcelle de mon épiderme.

 Nous tenons l’essence rare. Bravo, beau travail, Messieurs.

Mes paupières s’ouvraient et se refermaient à cause de l’éblouissement des spots en guirlandes installés au-dessus de ma tête. Je ne distinguais aucun trait des gens qui s’agglutinaient en gobant religieusement chaque parole de l’homme. J’ai eu envie de parler mais j’ai compris que mes lèvres étaient scotchées. De toute manière, ma salive s’était évaporée. J’avais soif. Puis, tel un essaim de coléoptères, tout ce petit monde s’est volatilisé. Des mains délicates ont arraché le ruban adhésif qui me servait de baîllon, me laissant juste une sonde pour que je puisse enfin m’abreuver.

 C’est réellement un grand jour !... Une découverte essentielle...

L’inconnu me souriait. Ses dents étaient blanches et bien alignées. Mais il ne me voyait pas. Il était aveugle.

Combien de temps, suis-je restée piégée dans cette pièce surchauffée ? ... Je n’en sais strictement rien mais les heures m’ont semblé longues et pénibles. Et plus je buvais, plus j’étais assoiffée. Je me répétais intérieurement, je suis innocente, vous vous trompez de personne, vous nagez dans l’erreur mais en y réfléchissant bien, quelle que soit la cible recherchée, la situation était sacrément déroutante.

D’autres robocops sont venus me chercher. Leurs silhouettes étaient différentes. Plus courtes, plus trapues. Je venais juste de m’assoupir. Mon corps dégoulinait de sueur par la chaleur anormale qui sévissait régulièrement en bouffées volcaniques. Ils ont récupéré ma transpiration dans des petits flacons précieusement décorés.

 Mission accomplie

L’un deux a coiffé ma longue chevelure ébène en la métamorphosant en un chignon sévère et m’a parée de vêtements griffés. Ornée d’un bandeau sur les yeux, j’ai été déplacée sans pouvoir détecter le chemin parcouru. Je n’avais plus aucun repère. Je marchais dans une nuit semblable à un trou noir. J’ai soudain capté un énorme brouhaha. Des bribes de paroles fusant dans tous les sens parvenaient à mes oreilles.Le bruit était assourdissant enfantant des maux de tête.

 Très tendance

 Sublime, ma chère, absolument divin !

J’étais exhibée sur un socle transparent dressé en hauteur et une foule compacte se précipitait vers moi.

 Et ce parfum... Incroyable... C’est le nouvel élixir de jouvence...

Maintenant, libérée de toute entrave, je pouvais mettre des visages sur le flot discontinu de logorrhées débitées avec frénésie. J’ai vu... des bouches difformes s’extasier. J’ai vu des petits cercueils baptisés « stands » se reproduire à l’infini dans un espace démesuré. J’ai vu... des marques de mode scintiller en mirages hypnotiques. J’ai vu l’apparence prendre le dessus de l’âme.

Ca grouillait de partout dans un speed hallucinant.

Je me suis aperçue que je n’étais pas la seule à subir cette épreuve particulière. D’autres femmes affichaient une posture similaire. Elles avaient la particularité d’être brunes. Sans exception. Nous étions donc repérées, parquées et tatouées comme du bétail. Nous représentions l’engouement immédiat et absolu. Mais pour combien de temps ?...

L’aveugle a pris place à mes côtés et s’est fendu d’un exposé détaillé sur ses recherches et expérimentations. J’ai compris que j’étais la quintessence d’un aboutissement.

 Vous avez devant vous, la perle rare ! ... Elle possède le trésor. Vous ne vieillirez plus jamais. Son hydrorrhée est unique. Il est primordial d’asperger vos nouveaux oripeaux de sa fragrance.

Le mot d’ordre était lancé. Les acheteurs, les journalistes, se battaient comme des chiffonniers pour obtenir le flacon-miracle et moi, j’avais conscience que ma survie n’était liée qu’à un prix : celui de continuer à transpirer, sans relâche. Et ce sentiment m’a gavée. Réellement. Pourquoi aurais-je travaillé contre mon gré pour une organisation cyniquement structurée alors que cette richesse je la portais en moi ?... Elle était inoculée en mon épiderme. Elle m’appartenait. Après tout, je n’avais aucune obligation de résultat, si ce n’était cette menace permanente à faire du rendement sous peine d’être occise !... Remarquez, cette donnée portait à mûre réflexion.

Les robocops chargés de ma surveillance redoublaient de vigilance. Les nerfs à vif. Non seulement ils enregistraient le moindre de mes battements de cil mais ils me protégeaient des éventuelles tentatives d’enlèvement ourdies par la concurrence. Ce monde était sans pitié et très réactif. Je n’avais donc pas le choix excepté, celui de me plier aux exigences de l’aveugle. Pourtant dans ma boîte crânienne, la volonté réelle ne percutait pas ainsi. J’étais née libre, je me devais de le rester. Grâce à cette certitude implacable, j’ai commencé à formenter un plan d’évasion, les neurones en ébullition. La rage au ventre. Ce n’est pas si difficile de déjouer une surveillance, je vous l’assure !... Il suffit de décrypter la stratégie appliquée en s’amusant à poser des leurres. Je me suis grimée en archétype de blondasse oxygénée. Auparavant, j’avais pris soin de délivrer toutes mes comparses brunes. Allez comprendre pourquoi, seules, trois d’entre elles m’avaient suivie !... Les autres préférant leur triste sort à une échappée jubilatoire. La trouille très certainement ou l’acceptation d’un sale destin ou peut-être tout simplement... le manque de foi en un changement imminent.

Les robocops ne se sont pas méfiés. Nous étions la copie conforme de cette faune ambulante sertie de codes, de rites, de gestuelle et de parler fort. J’avais remarqué que les mains et les cavités buccales bougeaient démesurément lorsqu’il s’agissait d’illustrer une idée ou d’exprimer une émotion. Alors dans un mimétisme synchronisé, nous avons reproduit à la perfection les « sésames » de la reconnaissance. Et c’est ainsi que nous avons traversé la voûte royale menant à l’air libre. Sans l’ombre d’une inquiétude. En toute légèreté.

La 1007 dernier cri jaune canari de Peugeot stationnait sur le parking et nous avons coincé le conducteur, tout en douceur harcelante. Assis derrière le volant, l’aveugle n’en menait plus large. Les mal-voyants possèdent un sixième sens redoutable.

 Dis-moi, ça fait quoi d’être épinglé telle une cantharide, hein !

Puis nous l’avons aspergé de nos exhalaisons vénéneuses jusqu’à l’enivrement fatal.

Désormais, il m’obéissait au doigt et à l’oeil. Il était sous influence, dépendant. J’étais devenue sa drogue. Je l’ai fait monter sur l’estrade illuminée où l’attendait frénétiquement, crayons en mains et doigts fiévreux, toute l’industrie performante du textile.

 Mes chers amis, la « fashion-attitude » est à la couenne d’humain. Votre pouvoir d’achat réside là. Très mode, très fun. C’est l’arme absolue d’une réussite terrestre.

La messe était dite. Ils ont commencé à s’observer bizarrement. Le maître n’ayant pas donné de précisions. S’agissait-il de la peau de riches ou de celle des pauvres. Laquelle des deux possédait cette vertu spécifique ?... L’ère du cannibalisme pointait ses molaires acérées. Le chaos était prévisible. Déjà, des corps tombaient, piétinés sauvagement. L’affolement gagnant chaque respiration.

La terre s’éteignait au rythme de la froidure des coeurs. Facétieusement, à la régularité d’un métronome.

Nouvelle pondue le 5 Septembre 2005 Rue des Prés du bonheur

Franca Maï a écrit et publié à ce jour, quatre romans : « Momo qui kills »(2002) « Jean-Pôl & la môme caoutchouc »(2003) « Speedy Mata » (2005) « L’ultime Tabou » ((sortie prévue : janvier 2006) tous parus au Cherche-Midi Editeur et Pocket nouvelles voix. Vous avez la possibilité de consulter son site à cette adresse :

site Franca Maï la singulière

http://www.e-torpedo.net/article.ph...



Imprimer cet article





Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
7 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Pour se souvenir:Ernesto « Che » Guevara (1928-1967), combattant internationaliste
lundi 19 - 17h26
de : joclaude
Sortir de toute barbarie par le haut suppose de promouvoir la civilisation
lundi 19 - 00h21
de : Christian Delarue
2 commentaires
Remember (pour se souvenir)Thomas Sankara...
dimanche 18 - 15h56
de : joclaude
Plusieurs milliers de sans-papiers défilent à Paris pour la dernière étape de la Marche des solidarités
dimanche 18 - 13h09
2 commentaires
Monogamie souple ou la fin de l’exclusivisme sexuel conjugal
dimanche 18 - 09h17
de : Christian Delarue
1 commentaire
Village du peuple : d’un lieu de vie et d’expérimentation à un tas de gravats
dimanche 18 - 08h39
UFAL : Les « hussards noirs de la République » sont désormais les cibles de l’islamisme radical
samedi 17 - 23h16
de : Christian Delarue
1 commentaire
Attentat de Conflans St Honorine : ATTAC et FSU plus MRAP
samedi 17 - 21h57
de : Christian Delarue
3 commentaires
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
samedi 17 - 15h33
de : Luc JACOB
1 commentaire
Refus du séparatisme des riches actionnaires (17 octobre)
samedi 17 - 10h39
de : Christian Delarue
2 commentaires
quelques infos sur l’organisation de la marche des sans-papiers en Ile de France
vendredi 16 - 21h04
de : jean1
Propos scandaleux de M. Reda : solidarité avec le GISTI
vendredi 16 - 20h08
de : Christian Delarue (MRAP)
3 commentaires
Communiqué de presse des Mutuelles de France : Encore un coup fourré en macronie !
vendredi 16 - 12h11
de : joclaude
Toulouse : couvre-feu et situation sanitaire décuplent la colère des soignants
vendredi 16 - 12h09
BOLIVIE : Second coup d’Etat ou fraude électorale ?
vendredi 16 - 11h52
de : joclaude
3 commentaires
COVID19:Perquisitions chez Edouard Philippe et Olivier Véran
vendredi 16 - 11h36
de : joclaude
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
vendredi 16 - 09h27
de : Luc JACOB
1 commentaire
Manipulation sur le séparatisme avec un Robert Ménard raciste.
vendredi 16 - 09h02
de : Christian Delarue (MRAP)
1 commentaire
Cuba est élu au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU (pour la 5° fois)
jeudi 15 - 17h11
de : joclaude
’Urgence de vous’ ou l’urgence de parler le 21/10 à Bruxelles
jeudi 15 - 15h51
BOLIVIE : Autre démonstration de félonie du régime capitalisme !
jeudi 15 - 12h00
de : joclaude
TROISIEME RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH !
jeudi 15 - 11h32
de : jean clement
Arkéa se met au dopage, il manquait plus que ça !
jeudi 15 - 09h37
de : Breton En Colère
La grande distribution - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 14 - 20h56
de : Hdm
1 commentaire
« Vous avez aimé la première vague et le confinement … ?
mercredi 14 - 19h25
de : Lepotier
2 commentaires
Sujets sociaux : cinq syndicats réclament des réponses à Jean Castex
mercredi 14 - 16h07
2 commentaires
Etrange... ! Corée du Nord : pourquoi tout le monde est maintenant masqué
mardi 13 - 16h40
de : nazairien
1 commentaire
Répression : la mobilisation pour les 4 de Melle prend une ampleur nationale
lundi 12 - 14h52
ANTIFASCISME : Faire barrage au retour de la bête, sous toutes ses formes !
vendredi 9 - 21h36
de : Lepotier
COVID19 : Le Syndicat National des Professionnels infirmiers
vendredi 9 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
BOLIVIE : Le MAS continue de mener les intentions de vote
jeudi 8 - 16h06
de : joclaude
3 commentaires
Le gouvernement s’apprête à donner le coup de grâce à Action Logement
jeudi 8 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
DEUXIEME RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! Place de station de métro Ménilmontant - VENDREDI
jeudi 8 - 11h55
de : jean clement
COVID-19 : L’épidémie est terminée en Chine, la vie a repris son cours !
jeudi 8 - 11h33
de : joclaude
3 commentaires
Robert Ménard abandonne l’expulsion des syndicats de la Bourse du travail de Béziers
jeudi 8 - 08h33
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite