Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LA LIGNE : CE QU’ON ATTEND A GAUCHE


de : Jean-Luc Gonneau
dimanche 18 septembre 2005 - 13h13 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 64.7 ko

de Jean-Luc Gonneau

La gauche antilibérale était gonflée à bloc pendant la campagne contre le projet de traité constitutionnel européen, ivre de joie après les résultats du 29 mai, heureuse de constater quelques jours plus tard que les hollandais mettaient une deuxième baffe à l’Europe libérale.

La rentrée est moins joyeuse. Gueule de bois après l’ivresse ? Pas tout à fait, mais quelques maux de crânes tout de même. Comme l’a fait remarquer il y a peu Marie-George Buffet, le mouvement semble avoir du mal à redécoller. Il est cependant un peu tôt pour le dire : les uns et les autres ont décompressé, il y avait de quoi, pendant l’été, et la rentrée n’est vieille que de quelques jours.

De plus, l’offensive estivale du gouvernement pour enterrer l’échec du référendum sous une avalanche d’ordonnances antilibérales, la xième paranoïa sécuritaire du ministre de l’Intérieur peuvent conduire nos concitoyens à de dire « à quoi bon ? ». On a voté Non, et alors, qu’est-ce que ça change. Il faut, vite, répondre à ces doutes.

Nous avons donc quelques inquiétudes, donc on les dit, quelques hypothèses, donc on les poses, et quelques propositions, donc on les fait.

Chacun chez soi, le premier danger

L’originalité de la campagne référendaire a été l’impressionnante unité qui s’est manifestée dans les multiples actions locales, où citoyennes et citoyens non encartés, syndicalistes, socialistes, communistes, associatifs, trotskistes, républicains de gauche, gaullistes de gauche ont travaillé, presque partout main dans la main, et dans la joie, s’il vous plait, ce qui n’est pas le moindre acquis de cette campagne.

Nous craignons, pour cette rentrée, le repli des uns et des autres dans leurs boutiques respectives. Déjà, les socialistes du Non ont la tête plongée dan leur prochain congrès. Le Parti Communiste parle d’une candidature communiste à la présidentielle, manière peut-être de marquer son territoire par rapport aux ambitions affirmées de Laurent Fabius de rassembler tout le monde derrière lui et aux intentions prêtées à José Bové de tenter de rassembler la « gauche de la gauche ». Chez les Verts, la perspective présidentielle émoustille tant qu’il y a déjà pléthore de candidats à la candidature, c’en est comique. Nous avons le sentiment que, dans les appareils politiques, petits ou grands, les problèmes sont pris à l’envers du raisonnable.

Nous comprenons en partie les raisons de ces tendances aux « replis identitaires » : les organisations politiques de la gauche ont chacune leur histoire, leur culture, leurs mœurs. Chacune tient à sa maison, et le Cactus/La Gauche ! à sa modeste cabane, à ses amitiés, à ses impertinences et ses joyeux banquets, par exemple. Nous ne nous faisons pas d’illusions excessives sur la construction d’une maison commune, même si on en rêve. Nous estimons cependant possible de nous trouver un espace commun durable.

A la Fête de l’Humanité, des propos encourageants ont été tenus. Si nous passions des discours aux actes ?

Remettre les priorités à l’endroit

Des initiatives sont prévues, en novembre et décembre, par le Parti Communiste et par le Collectif national du 29 mai . Nous les suivrons avec attention et y participerons goulûment.

Nous souhaitons une démarche en trois étapes. La première est de définir un projet pour la France et l’Europe. Un projet alternatif, pas un projet d’alternance, tout le monde semble d’accord là-dessus. Un projet qui dise clairement que les « réformes » réactionnaires de la droite seront annulées, non pas pour revenir en arrière, mais pour remettre la justice sociale, la protection des travailleurs et des retraités au cœur de la politique. Un projet qui revienne clairement sur les privatisations, passées ou en cours, y compris sur certaines réalisées avant 2002. Un projet qui soit ambitieux en matière d’emploi, de logement, de transport. La croissance ne doit pas être celle des dividendes, mais celle du développement, durable.La campagne référendaire a montré que de larges accords étaient possibles sur un projet entre les composantes de la gauche antilibérale. Traduisons les concrètement.

Nous savons tous que des échéances politiques importantes nous attendent en 2007/2008, tant au niveau local qu’au niveau national. Il serait irresponsable de ne pas en tenir compte, n’en déplaise à ceux qui se méfient de l’ « électoralisme ». Le projet doit déboucher sur une perspective électorale. Et la première étape de ce débouché n’est pas celle du calendrier, la présidentielle, mais, à notre sens, celle des élections municipales et législatives. A projet commun, candidatures communes, dans le respect de chaque composante ; il faut sortir de la situation de parti hégémonique, majoritaire à lui tout seul ou presque. Face à la droite, mais aussi face aux socio-libéraux, nous devons représenter une force identifiable. Cela passe-t-il par une forme de type fédératif ? Pourquoi pas. Des candidats unitaires clairement anti-libéraux aux législatives, des listes unitaires clairement anti-libérales aux municipales, n’est-ce pas ce qu’espèrent beaucoup de celles et ceux qui nous ont fait confiance le 29 mai ?

Ce n’est qu’ensuite, à notre avis, que peut se poser la question de la (ou des) candidature à l’élection présidentielle. Nous penchons pour une candidature unique de la gauche anti-libérale. Mais cette candidature, quelle qu’elle soit, doit être ficelée par un contrat avec ses deux volets : le projet et l’accord électoral. Si la candidature unique n’est pas possible (ou tactiquement pas souhaitable le moment venu), le contrat peut aussi s’imposer aux différents candidats ; au passage, il faciliterait le problème parfois épineux des désistements.

Et le PS là-dedans ?

Le Parti Socialiste est engagé dans un congrès décisif, pour lui et pour la gauche. Que la direction actuelle l’emporte et il apparaîtra clairement qu’il y a en effet deux gauches. Entre les deux, c’est le rapport de forces militant et électoral qui tranchera : l’unité de la gauche antilibérale sera un impératif. Que ses opposants deviennent majoritaires, et le spectre unitaire peut s’élargir. Encore faudra-t-il que ce PS-là renonce pour de bon à ses prétentions ou tentations hégémoniques : un sacré virage culturel, camarades. Mais il faut dépasser les seuls intérêts boutiquiers. Les frontières entre organisations sont une chose, les frontières entre les idées en sont une autre, et plus poreuses. Il y a aujourd’hui plus d’affinités idéologiques (ce qui n’exclut pas les différences) entre Jean-Luc Mélenchon et Marie-George Buffet qu’entre Mélenchon et François Hollande, entre Francine Bavay, des Verts, et José Bové qu’entre Bavay et Dominique Voynet. Et, au Cactus/La Gauche !, ce qui est important, c’est bien connu, ce sont les idées.

1) Nouveau nom de la coordination nationale Appel des 200. Pas génial, de notre point de vue : cette manie commémorative...

http://la-gauche.org

des textes, des idées, tous les numéros de la Banquise et de l’humour en plus !

Photo : Patrice Leclerc



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> LA LIGNE : CE QU’ON ATTEND A GAUCHE
18 septembre 2005 - 22h22

Je partage complétement cette analyse de la situation. Nous devons ab-so-lu-ment nous désengager du PS. Nous ne pouvons rester les yeux rivés sur les orientations des écuries présidentielles à l’intérieur de ce parti vermoulu.
Le but ultime n’est pas la présidentielle de 2007, arrivons avec un projet commun définissant les remises en cause et les dégâts provoqués par 25 ans de politiques libérales, pour gagner les échéances électorales suivantes.
Une course contre la montre s’est engagée, la casse sociale produit de plus en plus de précarité chez les salariés du privé, qui ont peur et de revendiquer et d’agir : estimant que voter ne sert à rien.
Cela, les libéraux le savent bien et jouent à fond cette carte, espérant ainsi priver la nouvelle gauche des voix de ceux qui ont contribué à faire gagner le NON au référendum.



> LA LIGNE : CE QU’ON ATTEND A GAUCHE
19 septembre 2005 - 09h05

Je me retrouve dans cet article. Les enjeux sont tels aujourd’hui, notamment avec le premier volet des ordonnances de Villepin cet été sur l’emploi, que les réponses du politique comme du mouvement social doivent prendre la mesure des innovations à entreprendre. On se cherche ici et là : c’est normal, mais surtout, ayons suffisamment d’audace pour construire l’alternative au libéralisme, et pour qu’elle gagne ! Ce que nous avons fait ensemble avec les collectifs du non nous montre la voie : c’est au niveau local qu’il nous faut rassembler et agir. Les organisations fédèrent et coordonnent. il nous faut aujourd’hui retrouver le souffle de la campagne référendaire :

 continuer la bataille sur le projet européen : c’est ce qui nous a fédéré, c’est absolument urgent : toutes les dispositions de Villepin s’inscrivent dans les recommandations de l’UE, notamment sur l’emploi (voir les textes de l’Union sur ce point : les objectifs y sont exposés sans fioriture). C’est la poursuite de l’action sur l’Europe qui nous permettra de dépasser les clivages organisationnels.

 le mouvement social doit prendre de l’ampleur. Mais pour se mobiliser, chacun a besoin de perspectives politiques, de changement des règles et du droit actuel : il nous faut construire (assez vite) une perspective de changement de politique, antilibérale. Or, comment changer la politique de la France dans la 5eme république ? Il faut peser fortement sur les décisions du parlement, et en premier lieu de l’assemblée nationale. L’élection présidentielle nous pollue l’existence. Travaillons dès maintenant, dans les circonscriptions à la campagne législative. Inspirons nous des expériences des collectifs, de 1789, et sur nos territoires, créons les conditions pour battre les députés UMP, sans pour autant faire le lit des sociaux libéraux. Travaillons au programme du candidat, mais également à la méthode, pour la campagne, mais également pour la suite : comment le député travaillera avec les citoyens, et comment ceux ci continueront à travailler avec lui ?

 il faut un programme, mais il faut surtout qu’on s’attache à partager la méthode : l’expérience passée a montré qu’un bon programme cela ne suffit pas. La politique est plus que jamais confrontée à des situations complexes, notamment du fait de la mondialisation : on ne peut pas tout prévoir à priori. Donnons nous les moyens nous les citoyens, de pouvoir intervenir en permanence, en temps réel, et de trouver nous même les points d’accord et de compromis nécessaires. La mission de l’élu étant dans ce cas de figure non seulement de représenter les citoyens qui lui ont confié sa responsabilité, mais également et surtout, de veiller à animer la démocratie représentative : alerter sur les sujets à travailler, donner les infos,... et laisser du temps pour que les citoyens puissent s’approprier et se déterminer..

 L’élection présidentielle est secondaire. Il faudrait d’ailleurs envisager de revenir à un régime parlementaire en réduisant la fonction présidentielle à son stricte minimum. Mais en attendant, je pense qu’il faut la remettre à sa place : ce n’est pas l’élection présidentielle qui nous permettra de modifier l’orientation du pays. Ne faut-il pas aller jusqu’au bout du raisonnement et présenter à cette élection le sous commandant Marcos, voir pas de candidat du tout ?






NICE : 19 mosquées pour combien d’islamistes en cette ville ?
vendredi 30 - 10h25
de : joclaude
« Tête nue sauf »(religion) : Retrait de voile et kippa en salle d’audience des tribunaux de France !
vendredi 30 - 08h50
de : Christian Delarue
1948 : La famille humaine et la dignité humaine.
vendredi 30 - 08h23
de : Christian Delarue
André Comte-Sponville et les valeurs abrahamiques.
jeudi 29 - 20h57
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un confinement allégé comme ligne Maginot d’une 2e vague violente
jeudi 29 - 14h38
7 commentaires
rois d’égout - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 28 - 18h38
de : Hdm
PANORAMA SUR MADAGASCAR Pays d’avenir ou d’infortune
mercredi 28 - 18h21
de : allain graux
BOLIVIE Les élections du 18 octobre 2020
mercredi 28 - 18h17
Evo Morales, "l’homme intègre" , défenseur du peuple, retrouve son honneur
mercredi 28 - 13h03
de : nazairien
3 commentaires
C’est tellement vrai que ça finira peut-être par être entendu.
mercredi 28 - 09h32
de : jean1
2 commentaires
NI RACISME, NI INTEGRISME, NI ISLAMISME : Pour une meilleure critique
mercredi 28 - 08h36
de : Christian Delarue
5 commentaires
silence des ouvriers meurent
mardi 27 - 16h32
de : jean1
CHILI:Le peuple démolit la Constitution de Pinochet
mardi 27 - 10h37
de : joclaude
André Compte-Sponville et les valeurs abrahamiques.
lundi 26 - 20h49
de : Christian Delarue
1 commentaire
La réforme de l’assurance chômage reportée mais pas annulée
lundi 26 - 17h41
LA MARTINIQUE : Un des déserts médicaux Français a reçu l’aide de médecins Cubains !
lundi 26 - 16h21
de : joclaude
4 commentaires
La fortune de Bernard Arnault a augmenté de 8 milliards de dollars en une semaine
lundi 26 - 15h17
de : joclaude
Référendum constitutionnel au Chili : écrasante victoire du « OUI »
lundi 26 - 11h46
de : jean1
Stop stigmatisation des gauches
lundi 26 - 10h23
de : Christian Delarue
5 commentaires
Coexistence : Promotion des valeurs abrahamiques
dimanche 25 - 23h23
4 commentaires
L’épidémie sans fin : la stratégie de Macron afin d’éviter la destitution et un procès pour haute trahison
dimanche 25 - 19h19
de : jean1
1 commentaire
BOLIVIE : Le Mouvement vers le Socialisme obtient la majorité aux 2 Chambres !
dimanche 25 - 10h22
de : joclaude
Critique des PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES
samedi 24 - 23h54
1 commentaire
CCIF : deux faces
samedi 24 - 23h36
de : Christian Delarue
Pourquoi sommes-nous silencieux ?
samedi 24 - 21h26
de : Fath Allah Meziane
2 commentaires
Claude Posternak
vendredi 23 - 16h06
de : jean1
2 commentaires
Côte d’Ivoire : le néo-colonialisme dans ses oeuvres moribondes !
vendredi 23 - 16h01
de : joclaude
La Russie et la Tchétchénie en gros répondent “Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…
jeudi 22 - 16h07
de : joclaude
Notre éviction de Facebook pourrait signer la fin prochaine de Rapports de force
jeudi 22 - 15h11
5 commentaires
Ne trahissons pas la mémoire de Samuel Paty
jeudi 22 - 11h26
de : Hervé Fuyet
2 commentaires
BOLIVIE : Analyse de l’élection de Luis ARCE nouveau Président.
jeudi 22 - 11h17
de : joclaude
2 commentaires
Deux heures moins le quart avant le couvre-feu - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 21 - 21h49
de : Hdm
Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
1 commentaire
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
8 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Pour se souvenir:Ernesto « Che » Guevara (1928-1967), combattant internationaliste
lundi 19 - 17h26
de : joclaude
Sortir de toute barbarie par le haut suppose de promouvoir la civilisation
lundi 19 - 00h21
de : Christian Delarue
3 commentaires
Remember (pour se souvenir)Thomas Sankara...
dimanche 18 - 15h56
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite