Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

L’Unione de Prodi, un pa(c)s en arrière

de : Gabriele
dimanche 12 février 2006 - 00h59 - Signaler aux modérateurs
GIF - 4 ko

de Gianni Rossi Barilli traduit de l’italien par Gabriele

Une fois les couples disparus, voilà la "personne". C’est un "bon compromis" selon les Démocrates de Gauche, le Parti de la Refondation Communiste, le Parti des Communistes Italiens et les Verts ; c’est une déception totale selon les associations d’homosexuels. Rutelli est ravi.

Le seul "Pacs" que l’Unione a réussi à faire c’est en arrière. Ce qui plus est, c’est un long et grand pas en arrière, vu que les secrétaires des partis de centre-gauche se sont présentés à la réunion finale sur le programme avec les unions civiles et ils sont sortis les poches vides. Même Romano Prodi, qui pendant les derniers jours avait parlé maintes fois d’unions civiles, a été obligé de se démentir pour satisfaire toutes les prétentions du parti de Rutelli [la Margherita, parti de centre, ndt].

La nouvelle formule, définie à l’unanimité "un bon compromis" par les Démocrates de Gauche, le Parti de la Refondation Communiste, le Parti des Communistes Italiens, les Verts, ne parle plus de couples, mais d’une « reconnaissance juridique de droits, prérogatives et facultés aux personnes qui font parti des unions de fait ». Une définition, comme a expliqué le démocrate de gauche Pierluigi Bersani, « qui valorise l’idée de l’individu, chère à la composante catholique, mais qui emmène à une nouvelle formule juridique ». Qu’est-ce que cela signifie concrètement du point de vu légal, on ne sait pas. En revanche, qu’est-ce que cela veut dire d’un point de vue politique est très clair : en Italie les unions différentes par rapport au mariage ne peuvent pas être légitimement reconnues.

D’ailleurs, quels droits supplémentaires peuvent être octroyés aux « personnes », du moment qu’elles jouissent déjà des droits accordés aux individus, c’est une question que l’Unione expliquera, peut-être un de ces quatre. « C’est la solution qui avait été indiqué par le cardinal Camillo Ruini - explique amer le président d’Arcigay, Sergio Lo Giudice -. C’est lui qui, déjà en septembre dernier, avait suggéré de parcourir ‘le chemin du droit commun, assez ample et adaptable aux différentes situations’ ».

C’est donc une moquerie le fait que dans son programme l’Unione explique que, « afin de définir la nature d’une union de fait, le genre des concubins et leur orientation sexuelle n’a pas d’importance ». Sans blague ! Evidemment, puisque pour l’instant n’est pas encore interdit de vivre « de fait » avec qui on veut. La déception des associations lgbt fait l’unanimité. Selon Arcigay et Arcilesbica, « s’il n’y a pas de reconnaissance juridique des unions civiles, il n’y aura point de soutien de la part des gais et des lesbiennes au programme de l’Unione. Les engagements pris dans le passé par les leaders de centre-gauche et par le candidat à la présidence du conseil, ont été reniés. Le centre-gauche a décidé que la bienveillance électorale des hiérarchies vaticanes est un bien supérieur aux droits des individus ».

L’interassociative qui organise la pride nationale de Turin 2006, parle d’ « un front politique qui a honte des valeurs qu’il soutien apparemment, un front tellement laïque qu’il accepte le cardinal Ruini comme interlocuteur pour discuter du programme électorale ». L’association Crisalide-Azionetrans souligne que « à force de négocier on a réussi le miracle contraire à celui de Jesus : on a transformé le vin en eau ». Selon Gayleft, association des homos proches des Démocrates de Gauche, « l’accord sur les unions civiles obtenu à la réunion du centre-gauche est totalement insuffisant. Il ne respecte les droits les plus élémentaires des couples de fait et représente une insulte à leur dignité sociale ». Le directeur du mensuel gay Pride, Giovanni Dall’Orto, exhorte les gais et les lesbiennes à « refuser la candidature dans n’importe quel parti si celui-ci ne prévoit de façon explicite la reconnaissance des droits élémentaires des homosexuel(le)s ». En fait, « la politique ne veut pas d’eux, il faut le reconnaître et refuser de faire seulement partie du décor et de légitimer des programmes qui ne se préoccupent guère de leur exigences ».

Tout le monde demande à l’Unione de faire un geste réparateur avant que la rupture soit définitive. Mais l’ambiance dans le centre-gauche ne semble pas être très favorable, sauf pour la Rosa nel Pugno [Radicaux de gauche et un parti social-démocrate, ndt]. La réaction rageuse du président des Démocrates de Gauche, Massimo D’Alema, est emblématique : « Le programme du centre-gauche ne tourne pas autour du Pacs ». D’ailleurs, quel est le poids électoral des homosexuels par rapport à celui de la conférence épiscopale ?

Il Manifesto

http://bellaciao.org/it/article.php...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite