Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Refondation, la présomptueuse


de : Rina Gagliardi
jeudi 9 mars 2006 - 02h53 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 45.7 ko

de Rina Gagliardi traduit de l’italien par karl&rosa

Si quelqu’un qui n’en sait rien - mettons, le journaliste américain classique qui ne connaît de l’Italie que la mafia et la pizza - nous demandait de lui expliquer en quelques mots ce que c’est l’Unione, comment répondrions-nous ? Pour aller à l’essentiel : nous lui dirions qu’il s’agit d’une coalition entre l’Olivier et Refondation communiste, plus d’autres partis plus petits, dont le but est de battre le gouvernement de centre-droite aux prochaines élections législatives.

Et nous lui expliquerions aussi : si cette coalition gagne les élections du 9 avril, dans le nouveau gouvernement Prodi et dans le nouvel aménagement politico - institutionnel il y aura des communistes. Une évidence ? Pas du tout. Le visage ahuri de l’envoyé éventuel du *Washington Post* suffirait, à lui seul, à nous faire mesurer la "nouvelle" qui semble ici, chez nous, si escomptée et en réalité ne l’est pas : le rôle déterminant d’un parti communiste, de la force la plus représentative de la gauche d’alternative, à l’intérieur d’un rassemblement qui comprend l’opposition démocratique toute entière, jusqu’à ses composantes clairement modérées.

Presque une première fois, après quinze ans au moins. Cela ne fut pas le cas, naturellement, en 92, aux dernières élections proportionnelles. Cela ne fut pas le cas en 94 non plus, quand les "progressistes" (dont le PRC faisait partie) se présentèrent séparés du centre (post)chrétien-démocrate, ni en 96, quand le PRC signa avec l’Olivier un pacte de simple désistement, c’est-à-dire un accord électoral, ni, comme on s’en souvient mieux, lors de la (désastreuse) année 2001.

Cela arrive aujourd’hui, comme un aboutissement de processus complexes et d’années extraordinaires, denses de crises, de nouveaux mouvements, de différentes maturations : d’un côté les réformistes et les centristes ont dû renoncer à leurs conditions préjudicielles anticommunistes, idéologique comme politique, et reconnaître leur condition de non - autosuffisance ; du côté opposé, les communistes du Prc ont assumé en première personne le défi du gouvernement aussi, non seulement à cause de l’unité nécessaire (ou des contraintes du système électoral), mais aussi de l’occasion - formidable - qui s’est présentée.

Oui, c’est justement ainsi que nous pourrions l’expliquer à notre reporter imaginaire, venu du cœur de l’Empire : l’occasion était de celles qui ne pouvaient pas être gaspillées, du point de vue d’une force qui ne renonce pas à faire de la politique et à se confronter avec une dimension de masse. Et voila, justement, le Prc et son "enjeu" spécifique - non seulement la vérification de son poids électoral, de sa capacité à obtenir du consensus. Mais où se jouent les chances électorales et politiques de Refondation ? Le principal slogan de la campagne électorale dit, pour une fois, la vérité : "Veux-tu voir que l’Italie change pour de vrai ? Un souhait. Un espoir.

Mais surtout un pari : qu’il soit possible de battre la droite, de chasser Berlusconi et avec lui une classe politique peu présentable, mais aussi d’amorcer une nouvelle époque de la politique italienne. Et l’amorcer dans son contexte, à savoir en interrompant la malheureuse "loi du pendule" : celle selon laquelle la droite gouverne très mal, dévaste l’économie, appauvrit les travailleurs et les classes moyennes, est ensuite défaite et remplacée par des gouvernements démocratiques ou de centre-gauche, ou même de gauche, qui ensuite, avec quelques réglages, font en substance les mêmes choix, les mêmes politiques - dictés par les pouvoirs forts - de ceux qui les ont précédés.

Cette fois, donc, le Prc mise tout - voulons-nous le dire ainsi ? - sur ce profond besoin de changement qui parcourt depuis des années le "peuple de gauche" et qui depuis trop d’années reste insatisfait : c’est pourquoi il fait appel à la rationalité répandue dans le peuple, dans l’intellectualité de masse, chez les protagonistes des mille mouvements qui ont animé l’aube du 21ème siècle. Il demande à une large partie de la société - appauvrie dans ses poches, dans la matérialité de sa condition sociale, en somme, qu’elle soit "garantie" ou précaire, mais riche d’espoirs intelligents - de "se représenter" avec la plus grande détermination politique possible, ici et maintenant. De donner de la force, en somme, à une Chose de Gauche, qui pourra se servir du levier du gouvernement - sa présence dans les institutions - pour faire croître une gauche plus grande.

Y a-t-il de la présomption, dans cette approche ? On fait souvent cette remarque au Prc, même sous des formes moins gentilles, aussi bien dehors que dedans, aussi bien dans la discussion interne que dans les jugements de sympathisants et de non sympathisants . De gauche, ou par là, la critique revient toujours à l’argument traditionnel : on ne peut pas s’allier avec les réformistes, ou avec des partis qui n’ont pas renoncé à leur subalternité aux diktat néolibéraux, atlantiques, interclassistes et ainsi de suite. Cela veut dire non seulement que le Prc ne peut pas y arriver, à imposer vraiment un virage réformateur, mais que les rapports de force restent de toute façon défavorables.

Et que, de quelque façon que les choses puissent tourner, le destin d’une alliance, ou d’un pacte politique et programmatique, est escompté : "notre" fléchissement. De droite, ou par là, l’objection est, elle aussi, classique : le manque de fiabilité d’une force communiste, pour capable qu’elle ait été de produire de l’innovation idéologique et idéale. Que cela ne semble pas paradoxal, mais la conclusion est la même : pour devenir crédible, Refondation ne peut que céder - renoncer à ses propositions, idées, patrimoine et ainsi de suite, prendre acte que, en 2006, non pas le communisme, mais l’idée même de changement du monde n’ont plus de cours.

Au fond, dans cette campagne électorale Refondation communiste aura à se mesurer avec cette double dimension critique, nourrie de soupçons et de méfiances qui serpentent : Refondation devra lui faire face sérieusement, en faisant vivre son identité complexe, irréductible à des certitudes schématiques et en privilégiant son nécessaire rôle de frontière. Il n’est pas vrai, encore moins aujourd’hui, que les seules alternatives données soient celles du repli et de la fuite : au milieu il y a la politique, capable, parmi mille fatigues et contradictions, de déplacer en avant le terrain, de gagner des résultats, de réaliser les ruptures et les recompositions triomphantes. Il n’est pas vrai que le réformisme soit en bonne santé : il est plus que jamais une nébuleuse qui contient tout et le contraire de tout.

Il n’est pas vrai que des politiques de redistribution du revenu - c’est-à-dire du pouvoir réel - en faveur des classes subalternes, tellement pénalisées ces dernières années, soient impossibles : c’est la seule recette qui puisse commencer à inverser le fameux "déclin de l’Italie" dont on parle tant. Il n’est pas vrai que les mouvements soient destinés à être mis en crise définitive par un gouvernement soi-disant "ami" : l’autonomie des mouvements, aussi bien que de la société civile, est aussi la vraie garantie d’une refondation de la politique.

Somme toute, on découvre que le Prc "présume", oui, mais pas de lui-même : de ses militants, de ses amis, de ses électeurs, auxquels il demande beaucoup (un vote, une délégation institutionnelle), mais desquels, aussi, il attend beaucoup. Il ne les trompe pas, avec quatre slogans tonitruants. Il ne les rassure pas par des promesses retentissantes. Il les invite, aussi et surtout, à être et à rester la défense d’eux-mêmes. Il y a ici le sens de la difficulté du pari. Mais aussi tout son charme.

http://www.liberazione.it



Imprimer cet article





Violences policières:après l’ONU, la France pointée du doigt par Amnesty. Gérard Filoche s’en explique !
mercredi 30 - 22h18
de : joclaude
1 commentaire
Licenciés - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 30 - 20h34
de : Hdm
BIELORUSSIE : Autre volée de mois-vert pour notre monarque !
mercredi 30 - 14h24
de : joclaude
2 commentaires
Appel à soutien aujourd’hui place Sainte-Marthe !
mardi 29 - 19h00
de : jean1
En macronie on est en guerre, la mobilisation ne suit pas pour la cause Humaine ?
mardi 29 - 13h56
de : joclaude
1 commentaire
PRIX NOBEL POUR LA PAIX : La candidature de Cuba enregistrée !
lundi 28 - 22h53
de : joclaude
COVID19 : video avec le Professeur TOUSSAINT
lundi 28 - 22h42
de : joclaude
Quand l’Etat espagnol se retourne contre…le gouvernement !
lundi 28 - 18h56
de : Antoine (Montpellier)
Rage et désespoir au rassemblement en hommage à Doona à Montpellier
lundi 28 - 17h49
1 commentaire
L’autre « police des moeurs »
lundi 28 - 13h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Bielorussie : réponse pertinante de Loukachenko !
lundi 28 - 11h08
de : joclaude
5 commentaires
Justice sociale et climatique : « sans mouvements sociaux, il ne se passera rien »
lundi 28 - 09h15
Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
dimanche 27 - 18h32
de : client mystere
2 commentaires
RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! VENDREDI 02/10/2020 à 18h00, place de Ménilmontant - Paris
dimanche 27 - 12h32
de : Jean Clément
Pedo - Stan Maillaud lanceur d’alerte condamné
dimanche 27 - 11h15
de : marcel
Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
1 commentaire
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
8 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite