Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Charivari Pour Exploiter

de : ichlo
vendredi 31 mars 2006 - 17h10 - Signaler aux modérateurs

Certes il n’aura certainement pas la tâche aisée le Président Chirac lorsqu’il s’adressera aux Français pour clore le discrédit sur ce CPE qui fait certainement plus référence aux nouvelles technologies du langage - une sorte de remaniement du code du travail pour accroître les profits tout en utilisant une main d’œuvre appropriée, docile et craintive, corvéable et éjectable - plutôt qu’à une sorte de bon vouloir capable de mettre un sérieux coup de frein à cet éternel problème du chômage - à force, on finira par conclure que celui-ci est finalement bel et bien organisé - et redonner un essor à l’embauche des jeunes qui finissent par redouter la citoyenneté parfois dans un certain isolement ; quant à la précarité n’en parlons même pas puisqu’elle touche dorénavant plusieurs catégories salariales.

Frustre et roublarde, la droite aura eut mille peines à en argumenter le progrès qu’il (le CPE) était censé signifier, prise à parti par une volée de bois vert politique et une mobilisation collective assez particulière ; jamais le gouvernement n’osât remettre en question sa validité, c’est ce qui fait sa force, c’est ce qui lui permis d’écarter l’UDF et peut-être sera-ce là la marque de son sabordage, son point de « fissure », l’oscillation entre ses extrêmes qui le fait vaciller...

Intangible et inflexible, la majorité présidentielle poursuit son culte des paradoxes allant même pour les plus férus d’entre eux jusqu’à parler de « contrat laïc pour l’emploi », on saisit mieux alors toute la portée d’une soumission totale demandée à l’employé à l’égard de son patron ! Bref, les débats contestataires et les revendications soulevées par les atteintes portées directement sur le droit du travail mettent en lumière le sens paternaliste de cette loi de « flexibilité » des premiers contrats de travail que motive l’aberration promulguée par l’inventé « patriotisme économique » plus que vieillot. Les espoirs droitiers s’envolant dans une fièvre des affrontements. La droite toujours à propager les crises. La contredire serait la trahir, doivent-ils estimer de plein droit, quitte à essuyer les huées de l’opposition sur les bancs de l’Assemblée. Carton jaune, avertissement, blâme, exclusion... Une certaine logique sera toujours respectée comme si devait toujours planer les espoirs perdus d’un dialogue rompu d’avance...

La tentation de la force titrait ce matin Libération mais je crois qu’il s’agit plutôt de concrétisation de la force à l’épreuve d’un pays secoué par les remaniements « universitaires », la question des retraites, la loi Fillon ; un peu toutes les réformes envisagées par des gouvernements consentis par Jacques Chirac qui mettent la France en ébullition. Pour nous les faire sentir ces changements encore faudrait-il qu’ils s’organisent autour d’un consentement et non pas sur la volonté minoritaire d’une élite qui ne se soucie que d’imposer ses directives de soumission autoritaire, n’évaluant qu’en de rares occasions le poids de sa démesure.

A tester les capacités de réaction d’une bonne partie de la société, l’incongruité des législateurs risque gros et l’affaiblissement des moyens de protection des travailleurs ne résoudra en rien l’envergure d’une réconciliation nationale prônée auparavant. Au contraire, au lieu de renforcer la juste valeur de la force de travail les forces politiques de la droite la dissèque, en amoindrit la durée d’obtention des indemnités de licenciement, iraient même jusqu’à licencier sans motifs par simple rejet, sans concertation syndicale préalable.

Sans vouloir faire du protectionnisme, il serait préférable de ne pas bousculer trop vide les clauses d’embauche et éviter de réduire les taux d’allocations sur les durées travaillées, sans quoi en retours nous risquerions d’embrayer vers une étape supérieure que rien ne démentira d’appeler grève générale !


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite