Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

A Attac, la démission de Jacques Nikonoff n’a pas mis fin à la crise

de : Sylvia Zappi
jeudi 31 août 2006 - 18h13 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

de Sylvia Zappi

Une page est désormais tournée à Attac. Jacques Nikonoff a remis son mandat de président, mardi 29 août, lors d’une réunion du conseil d’administration qui s’est tenue au dernier jour de l’université d’été de l’association altermondialiste, à Poitiers. Le bureau mis en place par M. Nikonoff, et qui ne comptait aucun représentant de ceux qui s’opposaient à sa direction, a lui aussi démissionné.

Tirant les conséquences du rapport de l’économiste René Passet, qui avait conclu à l’existence de "manipulations" et de "fraudes" lors de l’élection de la direction en juin, le conseil d’administration avait décidé, le 25 août, son départ.

Cette décision mettait fin provisoirement à la crise déclenchée par le renouvellement des instances dirigeantes en juin. Une longue bataille pour le contrôle du mouvement altermondialiste avait opposé à cette occasion les dirigeants sortants, MM. Nikonoff et Bernard Cassen, le président d’honneur d’Attac, à une opposition menée par une majorité de ses fondateurs.

Les adversaires de la direction sortante lui reprochaient de ne pas avoir su donner au mouvement de nouvelles perspectives après le succès du "non" à la Constitution européenne, dans lequel Attac a eu un rôle prééminent lors du référendum du 29 mai 2004. M. Nikonoff était également accusé de diriger le mouvement de manière trop personnelle et autoritaire.

Après l’annulation du résultat de l’élection et la démission de la direction, c’est une "commission exécutive collégiale" qui est désormais chargée de gérer les affaires courantes jusqu’au nouveau vote des adhérents le 7 décembre. Cette instance est constituée paritairement de six représentants de la direction sortante - dont Jacques Nikonoff et Michèle Dessenne, ex-secrétaire générale - et six de l’opposition - dont Pierre Khalfa et les économistes Jean-Marie Haribey et Geneviève Azam.

Deux représentants légaux ont été nommés pour assurer l’intérim : Jean-Pierre Beauvais, directeur administratif de Politis qui n’a pas la caution de sa publication, pour les pro-Nikonoff et Marc Delepouve, représentant de la FSU (principal syndicat d’enseignants), pour les opposants. Le dépôt d’une plainte contre X a été confirmé. Une commission d’enquête interne, présidée par René Passet, devra tenter de comprendre comment la fraude constatée lors de l’élection de juin a pu se produire.

"RECONNAÎTRE LES IRRÉGULARITÉS"

C’est une sévère défaite pour M. Nikonoff, qui avait jusqu’à présent nié toute irrégularité dans les résultats de l’élection. Le conseil d’administration ne l’a pas suivi. "La direction a été obligée de reconnaître les irrégularités et d’en tirer les conséquences avec la démission de M. Nikonoff", explique Pierre Khalfa, à la tête de l’opposition.

La confirmation des manipulations au premier jour de l’université d’été du mouvement à Poitiers a laissé un sentiment amer aux militants venus y participer et dont beaucoup s’interrogeaient sur l’avenir du mouvement. "Il faudra continuer à compter avec nous", se rassurait une militante lyonnaise. "On est peut-être affaiblis en ce moment, mais c’est le lot de toute association contestataire et démocratique. On ne va pas s’effondrer comme ça", acquiesçait un autre militant.

Les 30 000 adhérents d’Attac vont maintenant avoir à réélire une nouvelle direction. Les deux camps qui se sont affrontés en juin - celui de MM. Nikonoff et Cassen, et celui des partisans de M. Khalfa et Susan George - comptent à nouveau représenter leurs listes. Les adhérents devraient recevoir dans les jours qui viennent leurs professions de foi sur l’avenir de l’association.

La bataille n’est donc pas terminée et les tensions sont loin d’être apaisées. Jacques Nikonoff et Bernard Cassen ont tenté de mettre en doute le caractère conclusif du rapport Passet et réclament la poursuite du travail de la commission d’enquête. "C’est un élément parmi d’autres. La messe n’est pas dite", assure M. Cassen.

Dans un texte qui devrait être envoyé aux adhérents, les opposants proposent, eux, de faire place nette pour sortir l’association de la crise interne : les trois figures principales de chaque camp s’engageraient à ne pas se présenter lors des élections à venir "pour remettre Attac à de nouvelles générations militantes".

http://www.lemonde.fr/web/article/0...


et un article de Libé dont le titre est :

Attac : un comité exécutif de treize membres sera chargé de diriger l’association en attendant l’élection d’un nouveau CA

Attac signe une trêve dans la guerre des chefs

Un comité exécutif de treize membres sera chargé de diriger l’association en attendant l’élection d’un nouveau conseil d’administration mi-décembre. Par Guillemette ECHALIER

Voici dans l’attente d’une info officielle d’attac aux adhérents.

Quel sera le prochain épisode ?


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> A Attac, la démission de Jacques Nikonoff n’a pas mis fin à la crise
31 août 2006 - 20h11

et B Cassen continue !

http://yonne.lautre.net/article.php...

Hypothèse : le pouvoir ou son illusion monte à la tête.

Dommage car on peut vivre et être sans cela !



> A Attac, la démission de Jacques Nikonoff n’a pas mis fin à la crise
31 août 2006 - 20h34 - Posté par

Jacques Nikonoff a débuté et fait sa carrière comme stalinien notoire.
Visiblement les traces en sont restés totalement ineffaçables...


> A Attac, la démission de Jacques Nikonoff n’a pas mis fin à la crise
1er septembre 2006 - 11h38

Et tous ces gens veulent "changer la politique" et construire un "monde nouveau" ?... Eh ben, on est mal barré si ce sont les leaders de ce mouvement. J’étais à ATTAC au début, j’ai bien fait de m’en tirer.

René L.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite