Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

1987-2007 : vingt ans après. La révolution au Burkina Faso conduite par Thomas Sankara

de : Antonio
mardi 30 janvier 2007 - 19h29 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 40.1 ko

de Antonio traduit de l’italien par karl&rosa

1987-2007 : vingt ans après. La révolution au Burkina Faso conduite par Thomas Sankara

Dans le cadre du cycle de rencontres "Luttes et révolutions en Afrique : l’opposition du continent noir au néolibéralisme"

La Fédération du Parti de la Refondation Communiste de Florence (Italie) vous invite au débat

1987-2007 : vingt ans après : la révolution au Burkina Faso conduite par Thomas Sankara

Samedi 3 février 2007 9h30
Palazzo Vecchio (Piazza della Signoria, Florence)
3ème étage

Maurizio De Sanctis
Secrétaire provincial de Refondation Communiste – Gauche Européenne

Gabin Dabiré
Musicien

Bruno Jaffré
Auteur de livres sur Thomas Sankara et la révolution burkinabé

Matias Mesquita
Association Njinga Mbande

Pape Diaw
Conseiller municipal de Florence, Refondation Communiste – Gauche Européenne

Roger Sassou
Président Fédération Africaine de Toscane

Antonio Mele
Collectif Bellaciao, Refondation Communiste – Gauche Européenne Paris

Pendant le débat, des documentaires sur Thomas Sankara seront projetés.

Thomas Sankara a été un leader très charismatique pour toute l’Afrique Occidentale subsaharienne. Il changea le nom de Haute Volta en Burkina Faso (pays des hommes intègres) et s’engagea beaucoup en faveur de réformes radicales pour éliminer la pauvreté. Il est considéré comme le Che Guevara africain.

Né dans une famille catholique en 1949, dans sa jeunesse sa famille le dirigea vers l’Eglise catholique, avec l’intention de le faire devenir prêtre. Selon plusieurs sources, il ne perdit jamais sa foi catholique malgré ses convictions marxistes. Il commença sa carrière militaire à 19 ans, en 1966, et fut formé comme officier de l’armée à Madagascar, où il assista à quelques révoltes en 1971 et en 1972. Dans sa jeunesse il devint très populaire à Ouagadougou, la capitale de son pays, grâce aussi à ses activités de guitariste dans un groupe musical. Pendant la présidence du colonel Save Zerbo il forma avec d’autres jeunes officiers une organisation secrète appelée Regroupement des Officiers Communistes (ROC).

Sankara devint Secrétaire d’Etat en 1981, en arrivant à sa première réunion de cabinet à vélo, mais le 21 avril 1982, en opposition à la dérive anti-labour du régime, il démissionna. Après un autre coup d’Etat (novembre 1982) qui amena au pouvoir Jean-Baptiste Ouedraogo, Sankara devint Premier Ministre, mais il fut destitué de sa charge et mis aux arrêts domiciliaires après une visite de Jean-Christophe Mitterrand, le fils du président français de l’époque. L’arrestation de Sankara et d’autres de ses camarades provoqua une révolte populaire : en 1983, un autre coup d’Etat amena Sankara à la présidence du pays, qui s’appelait à l’époque Haute Volta. Thomas Sankara avait 33 ans.

Son pays était dans un piteux état. Dans les statistiques de la Banque Mondiale il se trouvait en 124ème position sur 170 pays par rapport au PIB et en 161ème position si l’on considère le revenu par habitant. Les terres cultivables étaient pour la plupart arides, peu fertiles et difficiles à cultiver. En plus de cela, 25% seulement des terres cultivables étaient exploitées. Le bilan du commerce extérieur était constamment déficitaire. Il y avait, sur environ 9 millions d’habitants, 38 000 fonctionnaires – héritage colonial de la France – qui représentaient une dépense énorme pour le pays. Sankara opta pour une série de réformes radicales, bien que risquées.

Sa politique révolutionnaire s’inspira des exemples de Cuba et du Ghana. En tant que Président, il promut la « Révolution Démocratique et Populaire ». Dans son Discours d’Orientation Politique, prononcé le 2 octobre 1983, il définit l’idéologie de la révolution comme une idéologie anti-impérialiste. Il s’occupa de la lutte contre la corruption, promut la reforestation, l’accès à l’eau potable pour tous et fit de l’éducation et de la santé les priorités de son gouvernement. Il supprima nombre de privilèges détenus par les notables, aussi bien par les chefs tribaux que politiques (par exemple l’impôt de captation) et appliqua avec une grande cohérence ses idées par des déclarations et des gestes très clairs. Par exemple :

• Son gouvernement inclut un grand nombre de femmes, il condamna l’infibulation et la polygamie, il promut la contraception ; son gouvernement fut le premier gouvernement africain à déclarer que le SIDA était la plus grande menace pour l’Afrique ;

• Sankara et ses collaborateurs voyageaient toujours en classe économique et en rangs réduits dans leurs visites diplomatiques ;

• Il vendit la plupart des Mercedes en possession du gouvernement et proclama voiture officielle des ministres l’économique Renault 5 ; • Il nationalisa les terres cultivables, les redistribua selon les nécessités des familles et constitua un cadastre ;

• Il décentralisa les fonctionnaires dans les différentes provinces du pays et pour réduire les risques d’antagonismes ethniques il achemina de grands travaux à l’échelle nationale, dont le chemin de fer Ouagadougou Tambao, qui possédait une forte charge symbolique pour l’unité du pays.

Le résultat de ces réformes fut spectaculaire ! En quatre ans, la production agricole avait augmenté de façon considérable, tandis que la diminution des dépenses de l’Etat avait libéré les capitaux, réinvestis ensuite avec une priorité absolue dans la construction de routes, de digues pour l’irrigation, dans la formation agricole et dans l’artisanat local. En quelques années, l’autosuffisance alimentaire devint une réalité (l’objectif de deux repas par jour pour tout Burkinabé fut atteint) et le Burkina Faso se transforma en une société plus démocratique et plus juste.

Cet exemple donna un immense espoir de dignité, de justice et de fierté aux pays limitrophes, pourris et très pauvres. Toute l’Afrique occidentale et centrale, de la Côte d’Ivoire au Gabon et au Togo fut électrisée par l’exemple du Burkina Faso. Mais certains milieux français, tuteurs et complices de ces régimes corrompus, ne pouvaient pas le tolérer. Il fallait tuer le prophète Thomas Sankara. On le fit assassiner le 15 octobre 1987 avec douze officiers par son ami Blaise Compaoré. Thomas Sankara est mort comme Salvador Allende : assassiné par des militaires autochtones téléguidés par l’étranger.

Avec Sankara, c’est l’espoir qui est mort pour l’Afrique. Aujourd’hui le Burkina Faso, sous Compaoré, s’est normalisé : la corruption est revenue et avec elle la dépendance extrême de l’étranger, l’humiliation, la sous-alimentation chronique dans le Nord, la honte néocoloniale, les dépenses princières, le parasitisme de la bureaucratie et le désespoir des paysans. L’exemple de Thomas Sankara et du Burkina Faso a clairement démontré que pour atteindre l’autosuffisance alimentaire il est indispensable d’obtenir la justice sociale. Mais pour faire tout cela l’ordre meurtrier du monde doit être changé. Et pour changer l’ordre meurtrier du monde il faut que de plus en plus de personnes en prennent conscience, en se réveillant de leur léthargie, si adroitement induite par les conditionnements de masse auxquels nous sommes soumis d’une façon pressante et constante. Tant que nous serons résignés au fait que tout continue de la même manière, rien ne pourra changer. Un autre monde est possible. Et cela dépend de chacun de nous.

http://bellaciao.org/it/article.php...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
1987-2007 : vingt ans après. La révolution au Burkina Faso conduite par Thomas Sankara
31 janvier 2007 - 11h22

On ne peut être que frappé en voyageant en Afrique, par la popularité et le respect posthume qui entoure Thomas Sankara. Il a prouvé que même dans le pays le plus pauvre du monde il y a toujours l’espoir d’un changement politique, et que même l’échec laisse des graines pour l’avenir.



1987-2007 : vingt ans après. La révolution au Burkina Faso conduite par Thomas Sankara
30 juillet 2010 - 20h58 - Posté par Robert Paris

C’est tout à fait exact que Sankara est plus que popualire.

Cela n’enlève rien à la question : est-ce que Sankara pouvait être vraiment un gouvernant très différent ?

On peut voir cette question discutée dans l’article Qui était Sankara du site Matière et révolution






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite