Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le Figaro Magazine "assassine" Franca Maï

de : di2
dimanche 11 mars 2007 - 20h02 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 92.4 ko

Photo : Philippe Quaisse

de di2

Très bonne nouvelle.

Notre rédactrice en chef, auteure de cinq romans dérangeants, "véritables coups de poings salutaires", édités par le Cherche-Midi (Momo qui kills, Jean-Pôl & la môme caoutchouc, Speedy Mata, l’ultime Tabou, Pedro) vient d’être "assassinée" par le critique littéraire du Figaro magazine.

Effectivement pour être "labellisé" écrivain, selon Stéphane Guibourgé, il faut prendre la posture "avoir le poing fermé sur le coeur ... dire les mots à voix basse et en quelques phrases". Critères infaillibles et convenus du critique qui reconnaît-là, la véritable écriture.

Pour lui, l’insoumise, l’imprévisible Franca Maï, "n’est pas un vrai écrivain .... quoique..."

Là, où tout le monde s’accorde pour saluer la force de l’écriture de Franca Maï, son style particulier et novateur -"qui tord le mot et perturbe la langue française en la mettant au service de l’émotion"- inventant même "une musicalité syncopée ulcérée", le critique du Figaro Magazine lui, semble avoir perdu repère et esprit analytique en l’envoyant dare-dare dans un no man’s land tout en baptisant avec fourberie son article « les amazones se rebiffent ».

Par paresse, très certainement.

Il semble qu’il n’ait lu aucun des romans de Franca Maï car une telle pauvreté et superficialité d’analyse fleure le rendez-vous manqué.

Mais n’est-ce pas là, le lot des "femmes fatales"... L’écriture se gausse des critiques. Fort heureusement pour elle.

Et la voix rebelle de Franca Maï dans le paysage littéraire actuel -d’une rare intensité humaine- existe pour le bonheur des lecteurs et de tous ceux qui ne trouvent pas toujours les mots à leur désespoir et à leurs zones d’ombre.

 Lire la critique du Figaro

 Site de Franca Maï

 Lire Quicky une nouvelle de Franca Maï diffusée en free-littérature

Pedro
roman de Franca Maï
Cherche-Midi Editeur
ISBN n° 978 2 7491 0806 3
132 pages 14 x 21,
13 € ttc France
(2007)

http://e-torpedo.net


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Le Figaro Magazine "assassine" Franca Maï
11 mars 2007 - 21h23

Quand on s’appelle Franca MaÏ, être "critiquée" par un plumitif herbivore du Figaro, c’est l’hommage du vice à la vertu.
Mort aux cons qui confondent littérature et pages saumon.
Osémy



Le Figaro Magazine "assassine" Franca Maï
12 mars 2007 - 02h03

On s’en fout des lecteurs du Figaro, ceux qui lisent les critiques littéraires le font en buvant leur tisane et les textes de Franca feraient renverser leur tasse et leur donneraient des insomnies...

Nous on attend le prochain morceau avec la certitude de ne pas en sortir indemne, mais on aime ça !
Jacques Richaud



Le Figaro Magazine "assassine" Franca Maï
12 mars 2007 - 08h03

Bah ce n’est pas vraiment un assassinat, ce qu’ils disent donne envie de lire le livre, c’est une bonne pub. Dans ma vanité de fille je me fous de la critique du moment que la photo est belle, et là elle est très bien. Bravo Franca !

Alina



Le Figaro Magazine "assassine" Franca Maï
12 mars 2007 - 14h15 - Posté par

Déjà à la base, en paraphrasant pour la énième fois le tigraillon Clémenceau, il faut bien etre conscients que la critique littéraire est à la littérature ce que la justice militaire est à la justice tout court...

En cela je suis donc assez d’accord avec Mme Reyes : il n’y a pas eu ici de véritable "assassinat".
Tout au plus une volonté plus ou moins affichée de témoigner un non-enthousiasme stylistique (de confrère à connesoeur) par le biais d’une ellipse à mon sens incongrue...

Je me demande cependant de quel mystérieux don pense disposer M.Guibourgé pour établir ses curieuses classifications.

Franchement, quand on commet des "Il pense à ça, à la vie qui avance, à ces instants où l’on devine soudain qu’on ne peut pas atteindre les autres. Alors il reste la fuite. Puis le temps passe, et on se met à aimer ce qui nous manque..." (extrait de "Une vie ailleurs", roman de M.Guibourgé), n’est-on pas en droit de soupçonner que son auteur se livre, par le biais d’un "coming-out" autobiographique à peine voilé, à la constatation de sa chronique impuissance à déchiffrer l’autre ?

Et quand on n’arrive pas à déchiffrer l’autre, la tentation de le défricher (par défaut, par dépit, par jalmincerie etc.) peut etre très forte...

Affaire à ne pas suivre, vous dis-je !

 ;)

Brunz


Le Figaro Magazine "assassine" Franca Maï
13 mars 2007 - 08h36

Et ils ne te lâcheront plus, Franca.

Il me revient à l’esprit cette critique de mon deuxième roman par un type dont les écrits avaient du poids puisqu’ils s’adressaient aux bibliothécaires. Il avait inventé, pour mieux s’en gausser, une scène qui ne figurait pas dans le livre. Pire, alors que, pour désamorcer la critique sur ce thème-là, je m’étais forcé à coller une quinzaine de qualités à un de mes personnages chef d’entreprise, et que j’avais décrit des ouvriers violents et alcooliques, il disait que, dans ce roman manichéen, les patrons n’avaient que des défauts et les ouvriers des qualités, etc. Au début, naïf, j’ai cru qu’il avait lu deux livres à la fois et qu’il avait mélangé ses fiches. Mon éditeur m’a détrompé et conseillé de faire le dos rond.

Et si je vous disais que je connais un écrivain militant qui donne ses manuscrits de romans à un « agent littéraire », lequel prétends qu’il est « grillé » et l’invite à signer sous un pseudo ?

Il me souvient, de même, comment Fred Vargas, polardeuse adulée par la critique se fit descendre en flamme pour la mauvaise qualité de son écriture et de ses intrigues, pour son manque de talent, au plus fort de ses prises de positions courageuses pour Cesare Battisti (que j’embrasse au passage, s’il me lit).

Et voyez ce qu’ils font à Ramonet, qui a pourtant les moyens de contre-attaquer.

Finalement, quand l’establishment s’en prend à Franca et la Justice à Robert, la preuve concrète est faite que la lutte des classes existe.

Maxime







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite