Soutenez Bellaciao
  Newsletters
  Agenda
  Commentaires
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Bellaciao version texte pour mobiles   |   Accueil  |   Qui sommes-nous ?   |   Souscription  |   Liens  |   Contact  |   Recherche
Suite à des actes de malveillance, les contributions "sous proxy" (anonymisers, TOR...) ne seront plus validées, et ce quel que soit le contenu du message.
Nous effacerons les messages à caractère diffamatoire, injurieux, xénophobe, sexiste, les menaces, la pub commerciale et politique... et quand un commentaire est effacé, les messages qui y répondent le sont aussi !
Evitez de publier des infos personnelles : adresse, téléphone...

En réponse à :

UFAL : Les « hussards noirs de la République » sont désormais les cibles de l’islamisme radical

24 octobre 2020 14:42, par Raymond H
Avec les menées islamo-fascistes de toutes formes, nous sommes revenus à la veille de l’école publique obligatoire et de 1905, quand il fallait affronter la religion dominante d’alors, la religion catholique, pour sortir le peuple de sa misère idéologique et culturelle, emprisonné par cette religion. A cause de certaines reculades, de certains accommodements, de certaines complicités de bienpensants (surtout de gauche), nous devons repartir à l’offensive. Regagner le terrain perdu et pousser l’offensive jusqu’à réduire l’islamisme mortifère, terroriste (...)


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]



accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La critique de la religion aboutit à cet enseignement que l'homme est l'être suprême pour l'homme, c'est-à-dire à l'impératif catégorique de renverser tous les rapports sociaux qui font de l'homme un être humilié, asservi, abandonné, méprisable... Karl Marx