Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

La lettre du papa de Carlo Giuliani

jeudi 8 mai 2003 - Contacter l'auteur

Sans
vérité


Que l’injustice suive son cours ? Qu’au nom du peuple italien,
on n’en parle plus ?

Que la Gênes de 2001 n’aie jamais existé ? Quels autres commentaires
arrachés à la douleur renouvelée ? Je préfère parler de désillusion
amère, un commentaire arraché à la modération et à la rationnalité incertaine.
Mais il reste pénible de penser que si l’ on archive la vérité on
ne peut l’atteindre. Combien de contradictions se sont ajoutées
les unes aux autres durant ces vingt mois ! Combien de changements,
combien de reconstitutions virtuelles et fausses d’une scène
qui reste toujours la même : Carlo arrive le dernier du côté de
ce maudit "defender", entend les cris menaçants, voit un
pistolet pointé, attrape un objet qui lui roule entre les
pieds et cherche à désarmer, avec le courage de quelqu’un
qui a le sentiment de faire une chose juste et a confiance.

Mais cette scène ne suffit pas. Les témoignages, les films,
les photographies sur ce qui est arrivé, avant, pendant et
après ne suffisent pas. Et pourtant, on l’avait, le moyen
de les évaluer, de les discuter, de les confronter les uns
aux autres. C’était le débat public. Combien de fois l’avons-nous
demandé, en explicitant, s’il en était besoin, que nous ne
voulions, que nous ne voulons pas nous venger…Mais seulement
justice et vérité. Trois niveaux de jugement, comme le prescrit
la loi, pour qu’elle soit affirmée. Et bien, au contraire,
non. On archive. On ne tranquilise que ceux qui ont peur
de la vérité. Il reste un sentiment de vide dans la partie
grande, libre et honnête du pays, chez ceux qui portent,
encore aujourd’hui, une fleur ou un petit mot place Alimonda,
chez ceux qui ne veulent pas oublier, chez ceux qui veulent
savoir, chez ceux qui ne se lassent pas d’exprimer leurs
angoisses, leurs espérances. Chez tous ceux qui partagent
le droit d’être solidaires. C’est aussi pour eux, c’est aussi
grâce à leurs sentiments que nous continuerons à demander
vérité et justice. Nous le ferons jusqu’au dernier souffle,
jusqu’à la dernière énergie.

Le papa de Carlo Giuliani
Giuliano Giuliani

traduit par mcr
08.05.2003
Collectif Bellaciao

Mots clés : Carlo Giuliani / Dazibao / Mouvement /
Derniers articles sur Bellaciao :