Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Les collectifs antilibéraux, réunis les 28 et 29 avril, critiquent José Bové

mercredi 2 mai 2007 - Contacter l'auteur - 15 coms

Les collectifs antilibéraux, qui se sont réunis samedi 28 et dimanche 29 avril à Saint Denis, n’ont pas apprécié que José Bové (absent à cette réunion), accepte la mission que lui a confiée Ségolène Royal. Egalement aux abonnés absents, Clémentine Autain adjointe (apparentée PCF) au maire de Paris et le syndicaliste Claude Debons.

Réactions :

Jean-Jacques Boislaroussie des Alternatifs : "C’est une plaisanterie, j’espère".
Jean Malifaud, minoritaire de la LCR : "S’il a accepté, on est très mal".
Patrice Leclerc, conseiller général communiste des Hauts-de-Seine : "scandaleux passage à la gamelle".
Jacques Perreux , directeur de campagne de Bové : "C’est pas terrible d’avoir accepté entre les deux tours".
Christian Picquet de la LCR : "Le mouvement antilibéral a implosé".

La coordination des collectifs a envoyé un message à Bové pour "discuter des modalités de mise en oeuvre" de cette mission qu’ils ne peuvent admettre "qu’après la fin de la campagne électorale". Pour beaucoup, cette initiative est "un brouillage terrible" et ont jugé le discours de Bové "trop intellectuel", "agressif" à l’égard d’Olivier Besancenot, "sectaire" parfois.

Pour les législatives, une quinzaine de circonscriptions seulement verraient une candidature unitaire.

D’après le Monde


Communiqué de presse du comité de campagne présidentielle de José Bové (1er mai 2007)
Battre SARKOZY !

Mardi 1er mai se tient un « concert-meeting » de soutien à Ségolène Royal au stade Charléty.

À cette occasion, nous tenons à rappeler que :

- pas une voix ne doit manquer contre Nicolas Sarkozy pour le second tour. Il est le candidat du rassemblement de la droite et de l’extrême droite, du MEDEF et des multinationales, de la division et de l’affrontement social généralisé, de la menace sur les libertés publiques et privées, et de l’alignement sur la politique guerrière des États-unis.
- nous ne nous faisons aucune illusion sur les capacités de Ségolène Royal à porter un projet de transformation sociale anti-libéral.
- la mission sur la mondialisation, la souveraineté alimentaire, l’OMC et la politique agricole proposée à José Bové ne relève évidemment pas de la responsabilité du comité de campagne présidentielle. Cette mission a été confiée à José Bové personnellement en raison de son expérience de militant syndical et altermondialiste.

Nous poursuivons notre mobilisation dans les luttes et les urnes pour l’unité de toutes les forces de la gauche solidaire, écologiste, féministe, antiraciste et altermondialiste.

Sarkozy ne passera pas. Le 6 mai, tou-te-s ensemble, arrêtons-le.

Mots clés : Collectifs Unitaires / Dazibao / Législatives 2007 / Présidentielle 2007 /

Messages

  • "Les collectifs antilibéraux ?"

    Lesquels ?

    Les fameux "300" qui se sont rangés derrière l’auto-proclamation de Bové ?

    ha ! ha ! ha ! mieux vaut en rire...malheureusement !

    Mais bon, doutons de la source, celà vient du "Monde".

    Esteban

  • Ce médiocre démagogue à la solde d’un PS de droite (ainsi que pratiquement tous ses soutiens)...!!!

    A lire : D’UNE REVOLUTION CONSERVATRICE Didier ERIBON Editions Léo SCHEER

  • mort de rire !!! y font leur vierge effarouchée !!! ce qui devait arrivé arrive très logiquement, faut quand même pas pousser mémé dans les ortilles !!! y s’attendaient à quoi ces bobovéistes.... à faire de la politique autrement ...éé

    Ils sont les grand responsable de l’échec du mouvement antilibéral (ils ont bien essayer de mettre ça sur le dos du PC et de ces adhérents) et c’est ce que l’histoire retiendra

    • mes camarades, nous ne savons pas encore ce que "l’Histoire retiendra", mais n’y versons pas nos rancoeurs, nous qui voulons toujours "être utiles à l’émancipation populaire" !

      le PCF, "notre" parti, est une des cibles privilégiées du "dictateur fric" , mais pour quelle raison ?

      le jour où nous aurons compris ce que le peuple en question attend d’un parti "utile à son émancipation", nous aurons compris ce qui dans nos comportments "militants" et dans nos "choix stratégiques", contrarie absolument cette "utilité demandée" !

      ...Et justement, comme "nécessairement" ce jour approche, le dictateur fric est pressé d’en finir avec nous, en profitant de nos hésitations stratégiques ! (c’est le vrai sens des mots de Sarkoléon qui "veut en finir définitivement avec Mai 68 : il est pressé que le PCF mort ne soit pas ressuscité par le réveil des "attentes populaires" déçues -par le même PCF !- en 1968 !)

      Bien sûr, je suis moi aussi troublé par tous les comportements discutables de certains "partenaires charismatiques"...mais nous en avons l’habitude, non ?

      ce qui était entrain, peut-être bien, de pouvoir "être retenu par l’Histoire", c’était "la dynamique populaire des collectifs locaux", dont les assemblées semblaient se renforcer en sympathies nouvelles et surtout en "participation populaire".

      "les 125 points", même si certains veulent les jeter aux "pouibelles de l’Histoire", ils resteront une base de rassemblement pour peu que nous n’abandonnions pas notre stratégie d’ouverture, abandon que Marie-george Buffet a contribué à rendre impossible, car son "programme de la gauche populaire" , loin de l’abandonner, au contraire, l’abondait en précisions et en déclinaisons fort respectueuses du "rassemblement nécessaire".

      arrêtons de fulminer contre des "grandes figures qui trahissent nos espoirs" : le mouvement initié avec le PCF dans les collectifs antilibéraux mérite qu’on sorte de cette attente d’exemples venant d’en haut, car c’est bien d’en bas que devra venir "la révolution inattendue" !

      en résumé, il n’y a pas de stratégie alternative au rassemblement par la base, avec la remise en marche d’une dynamique collective, acceptant d’imaginer , enfin, que le "centre de gravité de l’Histoire en marche ne saurait rester prisonnier"... de quelques "penseurs et meneurs d’hommes providentiels" , fussent-ils ceux d’un "parti providentiel" , ou fussent’ils ceux d’une "liberté électronique virtuelle", etc...

      Moi qui ne me suis jamais fait d’illusions sur José Bové(mais qui ai milité contre les sanctions policières à l’encontre des "faucheurs !), j’approuve le fait que JB s’engage dans des responsabilités avec "une gauche non plus seulemnet de posture oppositionnelle" !

      encore un effort, messieurs"les électrons libres", et vous illustrerez "pour le peuple en attente", ce que voulait dire MGB quand elle évoquait le rassemblement d’une gauche de combat et de gouvernement" ! (tant pis pour le "vaincoeur historique de ces élections-piège-àcons", je pense à OB)...

    • Le comité antilibéral des cocufiés par Bové, la clique des Perreux, Picquet, Autain,... tous ces minos et singletons coupés des masses semblent découvrir un peu tard que la Candidature Génétiquement Modifié de leur idole n’était en fait qu’une bovée de sauvetage pour le social-libéralisme !

      Il est un peu tard !

    • Bon, les gars, pourriez vous mettre en sourdine ! Il me semble que ce que nous vivons c’est une tentative de hold-up à l’Elysée ! Donc chaque chose en son temps ! N’allons pas trop loin dans les propos, car il y a les législatives. Il faut donc se donner un maximum de chances en laissant les portes ouvertes pour ne pas avoir à regretter certains propos.

      Est-il possible de voir plus loin que ce genre de péripéties qui ne mènent nulle part !

    • La pauvre Clémentine, ne la charrie pas trop..Elle a eu drtoi à laz noix d’honneur du Cannard aujourd’hui...

      IlRosso...

    • QUAND ON NE MAITRISE PAS SON EGO ON NE S’ERRIGE PAS EN SAUVEUR SUPREME JOSE CONTINU A COUPER LES O G M .EN CAS DE VICTOIRE DE SEGO CE QUE JE SOUHAITE,UNE LOI ANTI O G M T’A ELLE ETAIT PROMISE ? SI C’EST CA ON PEUT TE TROUVER DES EXCUSES MAIS RIEN QUE DANS CE CAS .
      CETTE ELECTION AURA EU LE MERITE DE SITUER SANS AMBIGUITEE CERTAINES INDIVIDUALITEES
      DES VIRGINITEES SONT TOMBEES, MAIS C’EST DANS L’ADVERSITEE QUE L’ON COMPTE SES AMIS !

  • Désolant, il y a tant à faire pour redresser la barque et se mettre au boulot.

    Bové est passé, point final.

    Travaillons avec ceux qui restent et qui se serrent réellement les coudes dans l’adversité, c’est là qu’est l’équipe d’aujourd’hui et demain.

    J’en ai ma claque de ne voir, lire et m’obliger à penser comme on voudrait que je sois.

    JE SUIS LIBRE ET JE VEUX LA PAIX. Construire une société pour la Paix, ça ça forge les méninges. Personellement, je suis obligé de penser différemment, autrement.
    Les Autres ne sont plus des adversaires, mais des citoyens différents. Je parle ici de ceux qui me sont connus à gauche seulement.

    Alors les épiphénomènes de personalité dont l’Histoire ne retiendra rien, ceci ne m’interresse pas.

    Moi, j’ai un deuxième tour à gagner pour la gagne, c’est là que se situe mes enjeux et ceux des générations futures.

    Ne vous en déplaise détracteurs de tous bords, je veux une OGM, une Organisation génétiquement modifiée, qui prenne les gênes de l’intelligence et du courage, dans l’audace et la volonté, de toutes et de tous. Le plus fort étant tributaire du plus faible.

    Une OGM à taille humaine, à pensée humaine, pour une société humaine. C’est tout ce qui me motive.

    En bon entendeur, passez une bonne soirée.

    L’Agneau

  • Une organisation politique avec des règles claires peut éventuellement exprimer un "NOUS" là où un rassemblement flou, fait dans le but de présenter des "individus" à une élection, détruit l’expression collective, la détourne aisément de son sens et autorise bien des des dérives et surtout l’expression d’égos surdimmensionés accaparant le dévouement des militants.

    La révocation des postes électifs, chère aux révolutionnaires, doit également s’exprimer dans le cadre de ce type d’élection.

    Ainsi, un gauche réelle, courageuse, démocratique aurait dû amener le PS à ôter le statut de candidat du PS à Royal à partir du moment où elle dérivait dans le fonctionnement égocentrique et estimait que c’était à elle de déterminer son programme et non au PS. Que la règle bourgeoise exprime que la présidentielle soit la rencontre d’un homme (une femme) avec le peuple ne change rien. L’expression démocratique d’une force ne doit pas être bradée.

    A un moment donné je me souviens que la bataille dans le PS sur leur programme avait été laborieuse et avait sucité bien des commentaires et des déclamations. On sait maintenant que tout ça c’était des conneries. La candidate du PS a dit ce qu’elle voulait, proposé ce qu’elle voulait.
    Les litres de sueur, les hectolitres de salive et d’encre versées dans les débats du PS sur leur programme n’ont servi à rien (sauf à débattre, ce n’est pas si mal). Et c’était prévisible.

    On ne peut se prévaloir d’un effort collectif, démocratique, pour l’utiliser à d’autres fins dés qu’un mandat est acquis.

    Egalement, la structure qui a porté Bové aurait dû immédiatement réagir à la "mission" donnée par Royal, en disant que Bové n’était plus leur représentant à partir du moment où il allait vers une pratique inverse du désir des centaines de militants l’ayant amené là où il était.

    Le paradoxe veut que dans la structure créée qui a présenté Bové, beaucoup étaient là parce qu’ils trouvaient étouffantes les organisations, parce qu’ils trouvaient ces dernières peu démocratiques, ou maneuvrieres, et parce qu’ils voulaient faire du neuf . C’est gagné.

    Là finalement ils se retrouvent avec quelqu’un qui ne respecte ni l’esprit, ni la lettre de ses mandats.

    Inutile de le rappeler : Les candidatures de Besancenot, Marie-George Buffet et Arlette Laguiller ont été plus respectueuses des mandats que les militants des organisations sous-jacentes leur ont donné, sans que les individualités de chaque candidat ne soient bafouées par un poids disproportionné de "l’appareil". Et quoiqu’on pense de leurs programmes, leurs discours.

    La question de fond est là . Comment faire vivre des rassemblements plus larges que les seules organisations politiques, des rassemblements plus démocratiques, sans que les representants et élus fassent encore pire que ce qu’ils étaient sensés incarner : + de démocratie, + de respect des militants.

    Il existait un rare rassemblement de talents derrière la candidature Bové (je ne suis pas de ceux qui pense que c’était tous des "traîtres" ou autres cris ....), je pense à des gens comme Jennar, comme Husson, comme Piquet, comme toute une série de communistes et de personnalités (Jean Ferrat par exemple) et bien d’autres.

    Comment analysent-ils cela ? Comment expliquent-ils la dérive de la candidature Bové puis l’apotheose d’une "mission" sparadrap .
    Est-ce pour cela que vous vous êtes battus ?

    Copas

  • C’est qui Bové ?

    Un des participants de l’ile de la tentation ?

     ;-)

  • "ARRETON LE GACHIS"

    Vieux militant communiste , J’étais partisan d’une candidature unique, je soutenais celle de Clémentine AUTAIN.

    Dès le départ j’étais persuadué que nous n’aboutirions pas, car une partie de la direction des collectifs antilibéraux mettait en place de multiples barrières à certains candidats(es) à la candidature.

    Les collectifs ont votés, les communistes ont votés à deux reprises, MGB, c’est soumise à cette
    expression démocratique. même si cela ne correspondait pas à mon choix initial, j’ai respecté le vote des militants et j’ai mené campagne pour MGB.

    Je n’ai pas rencontré le même état d’esprit de la part de JB, je n’ai pas rencontré le même état d’esprit dans mon collectif de la part de militants inconditionels de JB . la méthode de s’autodéclarer candidat de JB sur la base d’ une pétition par internet, me laisse pantois !

    le résultat du premier tour n’est pas à la hauteur de la magnifique campagne de MGB et des miltants autour de JB, de nombreux salariés en luttes ont retrouvés les réunions publiques et renoués avec l’antilibéralisme. le vote utile à prédominé.

    Cela dit, laissons les amertumes au placard une autre campagne s’engage, quelque soit l’issu du second tour, il faudra se mobiliser pour lutter contre le libéralisme et la social démocratie.

    Le programme que nous avons élaboré reste d’actualité, la présence de députés anti libéraux, d’un groupe d’élus communistes et antilibéraux sera un levier indispensable. ne serions nous pas capable de le construire à l’assemblée nationale, alors qu’au parlement européens existe un groupe de la gauche unitaire ?

    Certe la mission confiée à JB par SR me laisse comme un gout amère d’une soupe indigeste.

    Qu’attendent ceux qui subissent le libéralisme ! certainement pas note épanchement sur nos état d’âmes.

    Alors militants communistes, anti libéraux, qui avons mener une campagne avec un candidat différent il est temps de retrouver le chemin de la raison et de construire dans chaque circonscription ce que nous n’avons pas été capable de construire a la présidentielle. Retrouvons le chemin du dialogue de la tolérance et du militantisme pour construire lutter et réussir ensemble.

    Nous avons besoins réciproquement d’un parti communiste fort et d’un mouvement anti libérale puissant

    papy 50

  • L’explosion des collectifs anti-libéraux se prévoyait,tout au moins chez nous,car à part les communistes qui faisaient référence aux 125 propositions débattues ensemble,pour les Bovistes,c’était d’abord et avant tout la question des OGM qui importait,je ne suis pas surprise du
    comportement de BOVE,il cherchait,là où il pouvait une place pour apparaitre,il l’a trouvé,lasuite est simpleà comprendre,si Ségolène Royale est élue ce que je souhaite,nous pouvons avoir encore des surprises

    Yvonne

  • Une "mission" confiée à Bové ??? N’est-ce pas plutôt un moyen malicieux de le récompenser de sa véritable mission : son travail de sape au sein du collectif... et donc de lui payer ses "frais de mission" c’est-à-dire ses frais de campagne électorale ?

Derniers articles sur Bellaciao :