Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LA HACHE DE L’HISTOIRE


de : Marc Alpozzo
samedi 22 octobre 2005 - 13h27 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 23.8 ko

"La lutte de l’homme contre le pouvoir est la lutte de l’homme contre l’oubli", Milan Kundera.

de Marc Alpozzo

Organiser l’oubli. Organiser l’oubli sur le théâtre de l’Histoire. Théâtre de l’Histoire sur lequel se réalise selon Hegel, l’Esprit universel .Une Histoire qui sévit avec une grande hache. L’homme au centre de l’Histoire. L’homme écrasé par l’Histoire. Voilà tout le principe des romans de Milan Kundera.

Doit-on croire Hegel lorsqu’il prétend que l’Histoire n’est pas contingente ? L’Histoire aurait un objet. Elle serait le théâtre des opérations de l’Esprit universel qui agite les hommes en vue d’une fin dont ils n’ont pas encore conscience. L’Histoire aurait donc un sens.

La mémoire

Mais l’Histoire ne se fait pas sans un minimum d’oubli organisé. Paradoxe de l’Histoire. Un art plus qu’une science. Elever le mensonge au niveau de la vérité. Organiser l’oubli au milieu même de la mémoire. A propos de son roman, Le livre du rire et de l’oubli Milan Kundera écrit : « C’est un roman sur le rire et sur l’oubli et sur Prague, sur Prague et sur les anges. » Récit romanesque qui mêle les tonalités historiques et fictionnelles. Comme si Kundera voulait dénoncer l’illusion de toute mémoire dans l’Histoire du communisme, l’histoire de Prague. Incipit : mise en scène de la disparition d’un grand acteur du communisme, Clementis. En février 1948, il pose au balcon d’un palais baroque de Prague aux côtés de Klement Gottwald. Il fait froid ; il neige. Plein de sollicitude, Clementis pose sur la tête de Gottwald, nu tête, sa toque de fourrure. Photo de famille ; reproduite à des milliers d’exemplaires. Quatre années plus tard, Clementis accusé de trahison est pendu. La section de propagande le fait disparaître de la photo. Il ne reste plus que sa toque de fourrure sur la tête de Gottwald, seul à présent sur le balcon. L’entreprise d’amnésie fonctionne parfaitement. Clementis est effacé de la mémoire historique. L’Histoire est oubli perpétuel. La photo historique devait être présentée comme un support de la mémoire, elle sera montrée comme une dynamique effrayante de l’oubli. Dynamique de l’oubli et du mensonge.

Pour lutter contre l’oubli : l’écrivain. Celui qui écrit, conserve la mémoire universelle. Celle de l’Esprit se réalisant sur le théâtre de l’histoire. Se réalisant jusqu’à sa fin dernière. Celle de la fin annoncée de l’histoire par Hegel. Et de fait « quand un jour (et cela sera bientôt) tout homme s’éveillera écrivain, le temps sera venu de la surdité et de l’incompréhension universelles » . L’écrivain dénonce les supercheries de l’histoire. On pense à Kafka, prophète d’une ville sans mémoire. On pense aux décennies communistes à Prague, ville où se sont articulés totalitarisme et amnésie. Ils vont bien sûr de pair.

La raison se couronne elle-même dans la philosophie de l’histoire de Hegel. Lorsque l’histoire se termine, l’emblématique système hégélien parachève la signification de l’histoire universelle de l’humanité permettant ainsi de penser les pensées de Dieu avant la création. L’humanité se met alors à réfléchir sur elle-même. Tout comme le roman pour Kundera . Quelle identité pour le roman ? Quelle identité pour l’humanité ? Peut-on répondre par les trois grands thèmes qui ouvrent Le livre du rire et de l’oubli de Milan Kundera et se clôture par L’ignorance : la mémoire, l’exil, l’oubli.

L’exil équivaut à la perte : disqualification sociale, identitaire ; départ vers un lieu : l’Ouest ! Mais ce lieu est un non-lieu. L’exilé est privé de son statut ; limité par la langue ; incapable d’exprimer son histoire personnelle. L’oubli dans l’expérience de la perte. Perte d’un passé devenu subitement trop lourd. D’où l’effacement de la mémoire incapable de ne retenir autre chose à présent que les dates des vacances de la vie.

L’exil

L’exil est une violence, car au-delà de la fuite du pays natal, c’est l’interdit de faire la cérémonie des adieux dont parlera encore L’ignorance. Il y a la honte. Le dénuement. La clandestinité. Laisser derrière soi les « archives de la vie privée » dit Milan Kundera. C’est la quête désespérée de Mirek pour récupérer ses lettres d’amour de sa jeunesse . C’est la conjugalité rompue par la mort du mari de Tamina. L’impossible probabilité du retour. La mort du mari signifie que l’exil devient une véritable maladie. Une névrose. Dans l’exil se trouve ce paradoxe : l’obsession de la mémoire ; la facilité de l’oubli. Alors pour Kundera, le langage l’emporte sur l’image. On peut le comprendre. L’image est mensongère à merci. Kundera dénonce le défaut ontologique de l’image par rapport au langage.

« Le temps du roman de Kafka est le temps d’une humanité qui a perdu la continuité avec l’humanité, d’une humanité qui ne sait plus rien et ne se rappelle plus rien et habite dans des villes qui n’ont pas de nom et dont les rues sont des rues sans nom ou portent un autre nom qu’hier, car le nom est une continuité avec le passé et les gens qui n’ont pas de passé sont des gens sans nom. » Tamina dans la sixième partie du roman de Kundera tente de reconstituer le visage de son mari défunt. Exercice purement spirituel. Mais exercice vain. L’épaisseur identitaire des noms et petits noms, des surnoms. Epaisseur existentielle saisit par le langage dans cet amour perdu. Perte de soi dans cette recherche de l’autre. La mémoire s’efface sans l’adjuvant du langage. Faut-il en rire ?

C’est la fonction de la sixième partie du roman : inverser le titre. A présent : Le livre de l’oubli et du rire.

La reprise de l’incipit, sous l’ombre de Kafka, expose la question essentielle : si la mémoire est raturée, amnésiée, comment vivre le présentisme ? Cette négation du temps, fixant les consciences dans un éternel présent. Kafka : le symbole. Symbole de ces lieux de l’oubli ; Kafka comme méditation sur l’Histoire en tant qu’espace de l’oubli. L’oubli : par l’interdiction de certains livres, de certains écrivains (Kafka/Kundera...)

L’oubli

C’est le silence des artistes. Fin de l’art . Fin de toute expression artistique et esthétique de valeur. C’est le silence des « vrais » artistes. C’est le silence des « vrais » écrivains. C’est le silence des « vrais » philosophes. C’est le triomphe du silence. Triomphe de l’« infantocratie » que Kundera dénonce en empruntant le terme à Musil. C’est le triomphe du pouvoir des enfants. Triomphe des anges.

« Concevoir le diable comme un partisan du Mal et l’ange comme un combattant du Bien, c’est accepter la démagogie des anges. Les choses sont évidemment plus compliquées.

Les anges sont partisans non pas du Bien mais de la création divine. Le diable est au contraire celui qui refuse au monde divin un sens rationnel . » L’Histoire devient l’histoire d’un grand silence. Histoire des artistes ; des philosophes bâillonnés. C’est l’Histoire des enfants comme variante de l’innocence. L’innocence que l’on peut assimiler à l’idiotie simpliste d’un monde fait pour les enfants.

L’ange annonciateur Gabriel devient ange exterminateur. Pour Kundera, c’est le triomphe de l’infantocratie. Rire des enfants. « Rire insolite, parce qu’il ne se passait rien de drôle, mais en même temps c’était un rire plaisant et contagieux : il l’invitait à oublier son angoisse . » Rire des anges. L’enfant idéal d’un avenir radieux, celui du communisme. Idéologie de la masse. Mythe de la démocratie. L’enfantocratie. L’avenir de la nation.

L’avenir de la non-individuation. Car sans autonomie comment pourraient-ils avoir une identité ? Peut-on encore faire cette expérience phénoménologique de la sortie de soi ? Lorsque Tamina fait l’amour avec Hugo, c’est le dégoût. La nausée d’une scène sexuelle tragico-grotesque. C’est la tentative vaine de Tamina de faire du corps un espace de la mémoire. Ne nous reste-t-il alors que l’oubli ? L’imagologie selon le terme de Kundera dans L’immortalité oppose au kitch totalitaire un kitch occidental tout en douceur certes, mais tout aussi terrible. Dans son expérience de l’exil, Milan Kundera dispose du recul nécessaire pour voir ce qui est inaccessible à l’occidental : un monde dominé par son narcissisme et sa frivolité.

Devant l’hystérie graphologique occidentale, - contre l’oubli ? Pour assurer son immortalité ? - devant cet attrait pour l’exhibitionnisme occidental, il ne reste plus qu’à réfléchir au roman selon Milan Kundera. Que reste-t-il du roman face à la crise du langage ? Pourquoi écrire ? Est-ce une crise existentielle cachée derrière la folie de l’écriture, de l’exhibition ? Une vengeance contre l’Histoire ? Le vide existentiel de l’homme occidental qui n’inspire plus que sarcasme et rire. Irréversible vide ontologique du dernier homme ? Irréversible exhibitionnisme de fin de l’histoire ?

« Tout le monde était ravi de cette trouvaille et un homme extraordinairement ventru développa l’idée que la civilisation occidentale allait périr et que l’humanité serait enfin libérée du fardeau asservissant de la tradition judéo-chrétienne. C’étaient des phrases que Jan avait déjà dix fois, vingt fois, trente fois, cent fois, cinq cents fois, mille fois entendues, et ces quelques mètres de plage se changèrent bientôt en amphi. L’homme parlait, les autres écoutaient avec intérêt et leurs sexes dénudés regardaient bêtement et tristement vers le sable . »

Piste à suivre : http://www.magazine-litteraire.com/...



Imprimer cet article





Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
7 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Pour se souvenir:Ernesto « Che » Guevara (1928-1967), combattant internationaliste
lundi 19 - 17h26
de : joclaude
Sortir de toute barbarie par le haut suppose de promouvoir la civilisation
lundi 19 - 00h21
de : Christian Delarue
2 commentaires
Remember (pour se souvenir)Thomas Sankara...
dimanche 18 - 15h56
de : joclaude
Plusieurs milliers de sans-papiers défilent à Paris pour la dernière étape de la Marche des solidarités
dimanche 18 - 13h09
2 commentaires
Monogamie souple ou la fin de l’exclusivisme sexuel conjugal
dimanche 18 - 09h17
de : Christian Delarue
1 commentaire
Village du peuple : d’un lieu de vie et d’expérimentation à un tas de gravats
dimanche 18 - 08h39
UFAL : Les « hussards noirs de la République » sont désormais les cibles de l’islamisme radical
samedi 17 - 23h16
de : Christian Delarue
1 commentaire
Attentat de Conflans St Honorine : ATTAC et FSU plus MRAP
samedi 17 - 21h57
de : Christian Delarue
3 commentaires
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
samedi 17 - 15h33
de : Luc JACOB
1 commentaire
Refus du séparatisme des riches actionnaires (17 octobre)
samedi 17 - 10h39
de : Christian Delarue
2 commentaires
quelques infos sur l’organisation de la marche des sans-papiers en Ile de France
vendredi 16 - 21h04
de : jean1
Propos scandaleux de M. Reda : solidarité avec le GISTI
vendredi 16 - 20h08
de : Christian Delarue (MRAP)
3 commentaires
Communiqué de presse des Mutuelles de France : Encore un coup fourré en macronie !
vendredi 16 - 12h11
de : joclaude
Toulouse : couvre-feu et situation sanitaire décuplent la colère des soignants
vendredi 16 - 12h09
BOLIVIE : Second coup d’Etat ou fraude électorale ?
vendredi 16 - 11h52
de : joclaude
3 commentaires
COVID19:Perquisitions chez Edouard Philippe et Olivier Véran
vendredi 16 - 11h36
de : joclaude
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
vendredi 16 - 09h27
de : Luc JACOB
1 commentaire
Manipulation sur le séparatisme avec un Robert Ménard raciste.
vendredi 16 - 09h02
de : Christian Delarue (MRAP)
1 commentaire
Cuba est élu au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU (pour la 5° fois)
jeudi 15 - 17h11
de : joclaude
’Urgence de vous’ ou l’urgence de parler le 21/10 à Bruxelles
jeudi 15 - 15h51
BOLIVIE : Autre démonstration de félonie du régime capitalisme !
jeudi 15 - 12h00
de : joclaude
TROISIEME RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH !
jeudi 15 - 11h32
de : jean clement
Arkéa se met au dopage, il manquait plus que ça !
jeudi 15 - 09h37
de : Breton En Colère
La grande distribution - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 14 - 20h56
de : Hdm
1 commentaire
« Vous avez aimé la première vague et le confinement … ?
mercredi 14 - 19h25
de : Lepotier
2 commentaires
Sujets sociaux : cinq syndicats réclament des réponses à Jean Castex
mercredi 14 - 16h07
2 commentaires
Etrange... ! Corée du Nord : pourquoi tout le monde est maintenant masqué
mardi 13 - 16h40
de : nazairien
1 commentaire
Répression : la mobilisation pour les 4 de Melle prend une ampleur nationale
lundi 12 - 14h52
ANTIFASCISME : Faire barrage au retour de la bête, sous toutes ses formes !
vendredi 9 - 21h36
de : Lepotier
COVID19 : Le Syndicat National des Professionnels infirmiers
vendredi 9 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
BOLIVIE : Le MAS continue de mener les intentions de vote
jeudi 8 - 16h06
de : joclaude
3 commentaires
Le gouvernement s’apprête à donner le coup de grâce à Action Logement
jeudi 8 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
DEUXIEME RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! Place de station de métro Ménilmontant - VENDREDI
jeudi 8 - 11h55
de : jean clement
COVID-19 : L’épidémie est terminée en Chine, la vie a repris son cours !
jeudi 8 - 11h33
de : joclaude
3 commentaires
Robert Ménard abandonne l’expulsion des syndicats de la Bourse du travail de Béziers
jeudi 8 - 08h33
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite